Changer d'édition

La centrale de Cattenom génère 3.700 emplois
International 3 min. 06.02.2019 Cet article est archivé

La centrale de Cattenom génère 3.700 emplois

La centrale nucléaire de Cattenom

La centrale de Cattenom génère 3.700 emplois

La centrale nucléaire de Cattenom
Photo: Gerry Huberty
International 3 min. 06.02.2019 Cet article est archivé

La centrale de Cattenom génère 3.700 emplois

Proche de la frontière, elle préoccupe beaucoup le Luxembourg. La centrale nucléaire de Cattenom est l'une des deux plus importantes de France par sa production d'électricité. Son activité génère 3.700 emplois et dans la centrale, les salaires sont élevés, montre une étude publiée par l'Insee.

La centrale nucléaire EDF de Cattenom emploie directement 1.620 salariés. Son activité génère 900 emplois par la sous-traitance dans le Grand Est. Mais aussi 1.200 emplois induits par la consommation de ces salariés et de leurs foyers. Voilà comment la nouvelle étude de l'Insee, datée du mois de février 2019, a totalisé les 3.700 emplois directs et induits que «produit» la centrale nucléaire.

Dans les ménages concernés par ces 3.700 postes vivent 10.500 personnes. La majorité d'entre elles - soit 60% - vivent dans un périmètre de 61 communes autour de la centrale dont l'étude met en avant le «rôle économique important». La centrale de Cattenom est le 4e établissement industriel de la Moselle et le 10e du Grand Est en termes d'emplois.

En termes de pouvoir d'achat et de retombées économiques locales potentielles, «un salaire de la centrale correspond à 1,8 salaire de la région ou 1,4 salaire de travailleur frontalier», souligne l'étude. 

Avant de fournir une explication sur ces gros salaires: «La forte représentation des cadres et professions intermédiaires, triple de la moyenne régionale, explique pour moitié le niveau salarial élevé de l’établissement. De plus, ces salaires intègrent la rémunération de contraintes spécifiques (travaux postés, astreintes...)».  

La proximité du Luxembourg et son attrait économique font que la zone autour de la centrale de Cattenom compte 253 habitants/km2. Contre une centaine autour de la plupart des centres de production nucléaire en France.
La proximité du Luxembourg et son attrait économique font que la zone autour de la centrale de Cattenom compte 253 habitants/km2. Contre une centaine autour de la plupart des centres de production nucléaire en France.
Photo: Pierre Matgé

La centrale EDF emploie presque tous ses salariés à temps plein et 96% ont un emploi stable puisqu'ils ont signé un CDI. A noter que 31% des 1.620 salariés sont des cadres et 64% des professions intermédiaires (techniciens et contremaîtres).

La centrale emploie indirectement 1.300 personnes car elle passe régulièrement commande à ses fournisseurs et prestataires. Ce fort recours à la sous-traitance s'explique par «le caractère non permanent de certaines opérations».

De ces 1.300 emplois liés indirectement à l'activité de la centrale, 910 se trouvent dans le Grand Est et 840 en Moselle. L'étude indique que 650 emplois se trouvent sur le site même de Cattenom.

En préambule, l'étude précise qu' «à terme, la question de la reconversion des emplois et des effets sur les économies locales sera posée par l'objectif de réduction de la part du nucléaire dans la production électrique, dans le cadre de la mise en œuvre de la programmation pluriannuelle de l'énergie (PPE)» en France.

Une zone densément peuplée, Luxembourg oblige

Le périmètre proche de la centrale où vivent la majorité des salariés et leurs familles inclut Thionville et «est plutôt riche et attractif», note l'étude. Avant de préciser que «son développement est tributaire de facteurs externes, notamment des emplois au Luxembourg qui occupent 41 % de ses actifs».

La commune de Cattenom «n'arrive qu'au 4e rang des communes les plus concernées par les emplois liés à la centrale». En nombre de personnes, Cattenom est devancée par Thionville (2.000 personnes), Terville et Manom.

Cattenom est «une des centrales entourées des espaces les plus densément peuplés» relève encore l'étude. Comme Thionville héberge 30 % des habitants du périmètre, «la zone compte 253 habitants par km2, contre une centaine autour de la plupart des centres de production nucléaire».

Cette situation s'explique «intégralement par la proximité et l'attrait du Luxembourg», où travaillent 41 % des actifs occupés qui vivent autour de la centrale de Cattenom. Ces frontaliers représentent «8 fois la masse d'emplois générés par la centrale».



Sur le même sujet