Changer d'édition

La Belgique tombe (presque) le masque
International 4 min. 18.09.2021
Règles sanitaires

La Belgique tombe (presque) le masque

Les politiques belges n'ont suivi qu'à demi les recommandations scientifiques, lors du dernier Codeco.
Règles sanitaires

La Belgique tombe (presque) le masque

Les politiques belges n'ont suivi qu'à demi les recommandations scientifiques, lors du dernier Codeco.
Photo : AFP
International 4 min. 18.09.2021
Règles sanitaires

La Belgique tombe (presque) le masque

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Il ne sera plus nécessaire de porter le masque dans les bars, restaurants et les commerces belges, à moins que les régions n'en décident autrement.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - Assouplir ou non? Les autorités belges ont tranché la question, vendredi soir, à l’occasion d’un nouveau comité de concertation réunissant les différents niveaux de pouvoir du pays. La mesure d'assouplissement la plus en vue consiste en l’abrogation du port obligatoire du masque, partout où il n’y a pas d’exception. Attention toutefois : chaque région (Flandre, Wallonie, Bruxelles) pourra déroger à la règle et rétablir le masque si la situation sanitaire l’impose. Ce devrait être le cas dans la capitale.


(FILES) In this file photo taken on August 6, 2021 visitors show their UE digital Covid-19 certificate for scanning before entering the Vatican Museums in the Vatican, as Italy made the Green Pass, which is an extension of the EU's digital Covid certificate, required from today to enter cinemas, museums and indoor sports venues, or eat indoors at restaurants. - Visitors from Asia and across the Atlantic were missing this summer 2021, but tourism in Europe picked up a little thanks to "local" visitors, with a special bonus for sunny destinations. (Photo by Andreas SOLARO / AFP)
L'Italie généralise le pass sanitaire au travail
Dans le secteur public comme dans le privé, tous les salariés devront montrer qu'ils sont bien testés négatifs, vaccinés ou guéris contre le coronavirus pour accéder à leur poste.

Une série d’exceptions sont prévues : le masque reste de mise dans les transports en commun, les gares et les aéroports ; les transports collectifs organisés ; les établissements de soins. Le personnel du secteur médical et non médical, des magasins et des centres commerciaux, de l’horeca, doit continuer à le porter. Il en va de même pour le public lors des événements sportifs et culturels.

On note également que les discothèques rouvriront le 1er octobre, moyennant un protocole renforcé (jauge maximale et qualité de l’air). A la même date, les événements de plus de 500 personnes en intérieur et 750 à l’extérieur seront permis moyennant l’utilisation du Covid Safe Ticket (CST, pass sanitaire).

Ces assouplissements peuvent surprendre. Car les chiffres de la pandémie qui progressent à la hausse -quoique lentement- rappellent à prudence, tout comme la proximité de l’automne et la menace de nouveaux variants.

Ces derniers jours, les experts scientifiques conseillant les autorités ont recommandé le maintien des mesures sur le masque, les tests, les quarantaines. «Le port du masque demeure crucial pour les activités intérieures essentielles où les vaccinés et non-vaccinés peuvent se côtoyer», ont-ils plaidé dans un rapport, tout en recommandant «de toujours porter le masque en intérieur dans les endroits où l’on fréquente des gens dont on ne connaît pas le statut de vaccination, immunisation ou test, ainsi que dans les activités extérieures à forte fréquentation». Ils n’ont donc été qu’à moitié entendus.

Paradoxalement, la fin du port du masque obligatoire est annoncée alors que tous les regards sont braqués vers Bruxelles, plombée par une campagne de vaccination inefficace auprès des jeunes.


ARCHIV - 28.08.2019, Niedersachsen, Hannover: Ein Kinderarzt impft ein einjähriges Kind in den Oberschenkel mit dem Impfstoff Priorix (zu dpa «Kaum Probleme mit Masern-Impfpflicht an Schulen und Kitas»). Foto: Julian Stratenschulte/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
La Région bruxelloise tacle les non-vaccinés
A partir du 17 septembre, une quarantaine de dix jours sera imposée aux personnes non vaccinées provenant d’une zone rouge de l’Union européenne. La mesure est justifiée par la dégradation de la situation épidémiologique.

Sur les 211 régions de l’ECDC, la capitale est à la 8ème place des régions européennes présentant le plus haut taux d’incidence. Jeudi,  le gouvernement régional a confirmé la mise en application prochaine du Covid Safe Ticket sur le territoire de Bruxelles-Capitale dans toute une série de secteurs. Ne manque que l’aval du Conseil d’Etat avant approbation définitive.

A partir du 1er octobre, si vous vous rendez à Bruxelles, il vous faudra donc ce CST pour accéder aux établissements de l’horeca, aux dancings, salles de sport, cinémas, établissements de soins pour les personnes vulnérables ou encore aux bars et restaurants des hôtels. La mesure vaut pour les plus de 16 ans (12 ans lors des événements de masse, mais aussi dans les hôpitaux). Des contrôles seront prévus et des sanctions établies à partir du 15 octobre.

L’obligation du Covid Safe Ticket a donné lieu à une mini-crise au sein du gouvernement bruxellois. Le ministre régional de la Santé, l’écologiste Alain Maron, s’est retrouvé pointé du doigt par ses partenaires de coalition au prétexte qu’il refusait de prendre ses responsabilités dans l’imposition de ce pass sanitaire. 

La mesure est fatalement impopulaire car elle vise essentiellement les jeunes qui refusent le vaccin. Les choses sont désormais rentrées dans l’ordre et les autorités de la capitale plaident pour que le CST soit également de mise en Wallonie où les Bruxellois «rebelles» seront sans doute tentés de chercher asile.

Le futur dispositif a déjà ses failles. Nombre de restaurateurs ont fait savoir qu’ils ne se voyaient pas s’ériger en agent de police au moment d’accorder l’accès à leur établissement. Quant au personnel des mêmes restaurants, il n’a pas l’obligation de se faire vacciner. Le droit du travail dépend en effet du fédéral en Belgique, non du régional.

Enfin, à l’issue de ce comité de concertation, il est clair que la Belgique va s’orienter vers la vaccination obligatoire pour le personnel soignant, aucune date n’étant toutefois fixée à ce jour.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

S'il concernait jusque-là certains évènements, le «Covid Safe Ticket» sera étendu à partir du 1er octobre dans la capitale belge, notamment dans le secteur de l'Horeca. L'objectif: endiguer les nouvelles infections alors que les autorités peinent à vacciner ses habitants.
A compter de ce 30 août, le pass sanitaire devient obligatoire au travail pour les salariés en contact avec le public dans les restaurants, cinémas, musées ou encore les trains grandes lignes.
ARCHIV - 12.04.2021, Berlin: «Check-In» steht am Eingang eines Bekleidungsgeschäftes in der Luca-App einer Person. Sachsen bereitet sich auf den nächsten Schritt in der digitalen Nachverfolgung von Corona-Kontakten vor. (zu dpa: «Sachsen bereitet nächsten Schritt bei digitaler Corona-Verfolgung vor») Foto: Christoph Soeder/dpa +++ dpa-Bildfunk +++