Changer d'édition

La Belgique se prépare à un confinement plus musclé
International 3 min. 26.03.2020

La Belgique se prépare à un confinement plus musclé

Les autorités belges s'apprêtent à renforcer les mesures de confinement.

La Belgique se prépare à un confinement plus musclé

Les autorités belges s'apprêtent à renforcer les mesures de confinement.
Photo: AFP
International 3 min. 26.03.2020

La Belgique se prépare à un confinement plus musclé

De la bienveillance à la répression : la police devrait désormais se montrer intraitable dans l’application des mesures décidées jusqu'ici. Confirmation ce vendredi.

De notre correspondant, Max Hellef (Bruxelles) - Mise sous pression par la montée en puissance de l'épidémie de covid-19 (434 hospitalisations et 56 morts supplémentaires mercredi), la Belgique s'apprête à durcir le ton. Ce vendredi, le Conseil national de sécurité (CNS) qui réunit le fédéral, les Régions et les Communautés, allongera plus que probablement la durée de confinement initialement prévue jusqu'au 5 avril.

Selon des fuites parvenues à la presse,  un meilleur contrôle de l’application des «mesures barrières» est également prévu. Les polices passeront en mode répressif face au non-respect des mesures de distanciation sociale et de limitation des déplacements. De nombreux Belges refusent toujours de se plier aux exigences du confinement et se déplacent sans tenir compte des mots d'ordre donnés le 17 mars dernier par le CNS.


Patients are being taken care of at the 'Clinique CHC MontLegia' building, part of the relocation of the 'Clinique Saint-Joseph' hospital in Liege, on March 20, 2020 in Liege, as the country battles against the Covid-19 outbreak caused by the novel Coronavirus. (Photo by BRUNO FAHY / various sources / AFP) / Belgium OUT
La Belgique entre ce week-end dans l'œil du cyclone
L'épidémie de Covid-19 monte en puissance et multiplie les décès. Un premier pic est attendu ces prochains jours qui dira si le pays n’a pas trop tardé à se confiner.

Signe du durcissement annoncé: la circulaire que les procureurs généraux ont adressée mercredi à tous les acteurs judiciaires. Le document enjoint les forces de l'ordre à faire preuve de fermeté et rappelle les interdictions décidées précédemment (fermeture des écoles, des commerces non essentiels…). Il prévoit au sein de chaque parquet général un magistrat de référence pour la lutte contre le covid-19. Il recommande aux policiers de recourir à la vidéo pour établir les preuves d'une infraction.

Quant aux amendes qui suivront les procès-verbaux désormais systématiques, elles feront mal au portefeuille: 750 euros pour le restaurateur qui s'aventurerait à ouvrir son commerce et 250 euros pour ses clients. A payer par carte, l'argent liquide n'étant pas reçu.

La circulaire prévoit aussi des poursuites possibles «au fait de crier publiquement qu’on est porteur du covid-19». Elle menace de deux ans d'emprisonnement et de 25.000 euros d'amende ceux qui auraient «craché, toussé ou éternué vers des aliments qui sont offerts à la vente».

Plusieurs témoignages – notamment de caissiers travaillant dans les grandes surfaces – ont rapporté des altercations durant lesquelles des clients recouraient aux crachats.

Vers une augmentation du nombre de tests

Ce confinement à nouveau renforcé suffira-t-il? La députée humaniste et médecin Catherine Fonck rappelle que «l'on sait que les pays où les dispositifs de confinement sont efficaces sont ceux où l'on dépiste massivement les personnes suspectes, ce qui permet de les isoler, de tracer leurs contacts».

Mais les tests manquent cruellement jusqu'ici à la Belgique – tout comme les masques de protection. Mercredi, le libéral flamand Philippe De Backer en charge de la task force dédiée à la recherche des matériaux indispensables à la lutte contre le coronavirus s’est toutefois engagé à « augmenter progressivement le nombre de tests de 2.000 à 10.000 par jour, en étroite collaboration avec les hôpitaux et les laboratoires des hôpitaux».

A Gembloux, l'entreprise Coris Bioconcept annonce pour sa part le lancement imminent de tests capables de déceler les antigènes viraux en quinze minutes. L'objectif est d'arriver rapidement à une production de 50.000, voire 100.000 tests par semaine.

A la pression sanitaire s'ajoute la pression économique. La Fédération des entreprises de Belgique (FEB) évalue ainsi l'impact économique de la pandémie de covid-19 à 2,4 milliards d'euros par semaine en Belgique, ou 0,55% du produit intérieur brut (PIB). Quant au ministre-président flamand Jan Jambon (N-VA), il voudrait voir retourner au travail les employés de maison et les ouvriers de la construction, estimant que le mécanisme du chômage temporaire est trop rapidement demandé. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet