Changer d'édition

La Belgique s'impose une difficile catharsis
International 4 min. 10.09.2020

La Belgique s'impose une difficile catharsis

 Marqué par une hausse des contaminations et des hospitalisations, le climat devient tendu en Belgique

La Belgique s'impose une difficile catharsis

Marqué par une hausse des contaminations et des hospitalisations, le climat devient tendu en Belgique
Photo: AFP
International 4 min. 10.09.2020

La Belgique s'impose une difficile catharsis

Max HELLEFF
Max HELLEFF
La crise sanitaire est mise sous la loupe dans un climat tendu, alimenté par une nouvelle hausse des contaminations. Ce alors que le nombre de morts dans le royaume depuis le début de la pandémie affleure les 10.000.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles) - Idéalement, le travail des commissions parlementaires chargées de se pencher sur la crise sanitaire et de tracer les axes du futur aurait gagné à se dérouler dans un climat apaisé. C'est tout au contraire le regain des contaminations qui inquiète les Belges. Quelque 550 nouvelles contaminations au coronavirus ont été enregistrées ce jeudi 10 août, un chiffre en augmentation de 15% par rapport à la période de sept jours qui précède. Les hospitalisations aussi sont en nette hausse (+45%).

Il y a surtout cette donnée terrible: 9.917 morts depuis le début de la pandémie, un nombre qui affleure le seuil symbolique des 10.000 disparus. Il englobe cinq nouveaux décès enregistrés mercredi. Ici aussi, une nouvelle hausse est notée. Ces statistiques alimentent la pression médiatique. «La commission covid n'avance pas: on noie le poisson», écrit ainsi La Dernière Heure, épinglant au passage le grand brainstorming parlementaire wallon qui doit accoucher d'une série de recommandations destinées à mieux gérer les crises sanitaires futures.


(FILES) In this file photo taken on June 27, 2020 a scientist works at the Neurobiology laboratory of the Cayetano Heredia University in Lima. - Peru began registering volunteers for clinical trials of a Chinese vaccine against the new coronavirus on August 26, 2020. (Photo by ERNESTO BENAVIDES / AFP)
«L'hésitation vaccinale» en ligne de mire
Vacciner contre le coronavirus ne sera pas une sinécure: en Belgique, 20 à 30% des «groupes prioritaires» seraient opposés à cette mesure sanitaire.

La santé, les transports publics, l'économie… sont au menu de cette commission. Le libéral Willy Borsus, qui était ministre-président wallon lors de la précédente législature, y a aligné  les mesures de soutien économique décrétées par la Région durant la crise. Sans convaincre l'opposition. Le communiste Germain Mugemangango préfère évoquer le sort des travailleurs indépendants «de plus en plus nombreux à devoir se tourner vers les CPAS» - l'assistance publique.

L'examen de conscience que s'impose la Belgique officielle passe par une autre commission parlementaire qui vient elle aussi de commencer ses travaux, cette fois au niveau fédéral. Mais également – et de manière plus singulière -  par celui de ses experts scientifiques. Au cours des six derniers mois, la cacophonie a souvent régné dans leurs rangs. Un expert se disait pour le port du masque obligatoire, l'autre contre. L'un jugeait que les mesures de distanciation sociale n'étaient pas suffisamment sévères, l'autre plaidait pour davantage de tolérance au motif que la coercition ferait plus de mal à la population que le virus lui-même.

Sortir de la logique biomédicale

Il y a eu de grosses fâcheries, comme celle de l'infectiologue Erika Vlieghe, qui a présidé le groupe chargé de la stratégie de sortie du confinement (GEES) avant de claquer la porte au motif que les politiques n'étaient pas à l'écoute des scientifiques. Des cartes blanches incendiaires ont été publiées dans les médias, révélant nombre de fractures entre les scientifiques. Sans oublier des révélations, telle la montée en puissance du virologue Marc Van Ranst (KUL), un homme qui ferait presque la pluie et le beau temps sanitaires, selon ses détracteurs.

Les tensions entre experts ont été vives au point qu'une réunion de réconciliation a été organisée mercredi. La presse n'y était pas invitée, les organisateurs voulant éviter une couche de pression médiatique supplémentaire. Selon l'épidémiologiste Marius Gilbert (ULB), «l'idée était de confronter les points de vue. On voulait vraiment sortir de la logique biomédicale qui peut parfois nous amener à prendre des mesures pas tout à fait en phase avec la société. Or, il faut un groupe ouvert et assez large pour voir comment on peut apprendre à vivre avec le virus à long terme

L'épidémiologiste Marius Gilbert estime qu'«il faut un groupe ouvert et assez large pour voir comment on peut apprendre à vivre avec le virus à long terme.»
L'épidémiologiste Marius Gilbert estime qu'«il faut un groupe ouvert et assez large pour voir comment on peut apprendre à vivre avec le virus à long terme.»
Source: RTBF

«L'ambition affichée par les organisateurs, écrit Le Soir, est de pérenniser le concept et de rassembler les participants dans ce qu’ils définissent comme une nouvelle société scientifique». Un autre aspect de ce «monde d'après» jusqu'à présent très virtuel… 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La vigilance reste de mise dans les maisons de retraite
En dépit de la hausse du nombre des infections depuis fin juin, le gouvernement n'a pas imposé de nouvelles restrictions au secteur des soins et du logement des personnes âgées. Onze contaminations y sont actuellement constatées, tandis que 13 employés sont aujourd'hui placés en quarantaine.
Reportage Internationaler Tag der Pflege, CIPA op der Ruhm, Foto Lex Kleren
La Belgique gèle son déconfinement
Les mesures destinées à assouplir les conditions sanitaires en vigueur dans les secteurs culturel et sportif sont reportées d’une semaine au moins.
Belgian Prime Minister Sophie Wilmes wears a protective face mask following a plaque unveiling ceremony as part of the 60th anniversary of DR Congo's Independence, in Ixelles on June 30, 2020. - Belgium's King Philippe expressed his "deepest regrets" on June 30, 2020, for the harm done during Belgian colonial rule in DR Congo, in a first for his country. Philippe, who has reigned since 2013, made his remarks in a letter to the president of the Democratic Republic of Congo, Felix Tshisekedi, on the the 60th anniversary of Congo's independence on June 30, 1960. (Photo by JOHN THYS / AFP)
Les vacances des Belges désormais balisées
Critères sanitaires et état des frontières ont inspiré aux autorités une classification de l'Europe du tourisme. La Belgique élargit par ailleurs l'obligation du port du masque.
A member of the Catalan regional police force Mossos d'Esquadra controls a checkpoint on the road leading to Lleida on July 4, 2020. - Spain's northeastern Catalonia region locked down an area with around 200,000 residents around the town of Lerida following a surge in cases of the new coronavirus. (Photo by Pau BARRENA / AFP)