Changer d'édition

La Belgique revoit sa stratégie de (dé)confinement
International 3 min. 11.11.2020

La Belgique revoit sa stratégie de (dé)confinement

En Belgique, le déconfinement ne devrait pas intervenir avant que le nombre de contaminations ne dégringole jusqu’à 50 par jour.

La Belgique revoit sa stratégie de (dé)confinement

En Belgique, le déconfinement ne devrait pas intervenir avant que le nombre de contaminations ne dégringole jusqu’à 50 par jour.
Photo: AFP
International 3 min. 11.11.2020

La Belgique revoit sa stratégie de (dé)confinement

Max HELLEFF
Max HELLEFF
L’incertitude plane sur le « baromètre » qui aurait dû permettre au pays d’endiguer dans les meilleurs délais les vagues pandémiques. Il est loin d’être prêt.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - La Belgique a décidé de revoir la stratégie de confinement-déconfinement qui aurait dû lui permettre, à chaque nouvelle alerte, de lever des «digues» capables de freiner l’épidémie de coronavirus. Puis de les abaisser le moment venu. Le «baromètre» qui aurait dû guider les autorités dans leurs décisions est «enterré», écrit Le Soir.

Depuis des mois, le développement de ce baromètre était entre les mains d’un groupe d’experts. Sur base de critères qu’il restait à identifier formellement (nombre de contaminations, admissions à l’hôpital, occupation des lits de soins intensifs…), il devait prédéterminer une gradation dans les paliers d’alerte, de «normal» à «très grave», et fixer les mesures censées stopper le virus et protéger la population.


Radiology personnel work with a COVID-19 patient at an intensive care unit of the Central Hospital in Mendoza, Argentina, on November 6, 2020, amid the new coronavirus pandemic. - In the Central Hospital of the Argentinean city of Mendoza there is some relief for the recent decline in cases of covid-19, but those responsible are not confident and try to prepare for a possible second wave, as is currently happening in Europe. (Photo by Andres Larrovere / AFP)
Les soins intensifs belges en détresse
Alors que les paramètres montrent un recul de la pandémie, une charge de travail énorme continue à peser sur le personnel hospitalier.

L’objectif était d’éviter de déconfiner quand il fallait confiner, et vice versa. Plusieurs erreurs ont en effet été commises par les autorités, notamment à la sortie des grandes vacances. Bruxelles, qui avait imposé partout le port du masque, a été priée de l’enlever à la rentrée au moment même où le taux de contamination montait en flèche.

Le gouvernement d’Alexander De Croo veut éviter de tomber dans les ornières de l’équipe Wilmès alors que les premiers signes d’un recul de la pandémie sont enregistrés. Une semaine comparée à l’autre, le nombre moyen d'infections au coronavirus est en baisse de 46%. «La situation sanitaire reste très difficile, je me garderai de donner de faux espoirs», a toutefois indiqué le Premier ministre.


4.3. Groussregion / Report Pendler / Arloner Autobahn bei Sterpenich Foto: Guy Jallay
Appel à la responsabilité en Belgique
Si passer les frontières n’est pas interdit, Annelies Verlinden ministre fédéral de l'Intérieur, a appelé ses concitoyens à se montrer responsables et notamment à ne pas passer les frontières inutilement.

Le ministre de la Santé  Frank Vandenbroucke prévient pour sa part qu’il «faudra maintenir les efforts encore longtemps.» Il annonce dans la foulée que «nous allons devoir revoir en profondeur l’idée d’un baromètre (…) développé à un moment où l’on pensait que, si une crise frappait à nouveau, on devrait renforcer les mesures. Mais nous avons bien dû constater que c’était hélas trop simple. Ce n’est pas l’outil dont nous avons besoin aujourd’hui.»

Il y a un mois pourtant, alors qu’il prenait ses fonctions, Alexander De Croo avait fait grand cas de cet outil de mesure pandémique. Il représentait à l'en croire la solution à de nombreux problèmes. D’où sans doute le bémol apporté mardi devant la commission de la Santé de la Chambre où Frank Vandenbroucke a quelque peu rétropédalé : «Ce baromètre doit être repensé en profondeur », a nuancé le socialiste flamand avant d’affirmer qu’il n’est pas complètement enterré.

Ces tergiversations laissent plus d’un observateur dubitatif. Le gouvernement De Croo a pris la décision de consacrer ce début de législature au combat contre la pandémie de coronavirus qui fait vaciller, ici comme ailleurs, la société sur ses bases. Mais la remise en cause du baromètre – et avec lui du travail des experts qui se sont attelés à sa création – ouvre un gouffre d’incertitudes. «Un automatisme sera-t-il possible? Ou faudra-t-il toujours une réflexion au préalable (avant de confiner/déconfiner)? Le ministre n'a pas tranché la question», souligne le quotidien L’Echo.


Belgian Flemish right-wing party (N-VA) President Bart De Wever waits for the start of a news conference in Brussels October 30, 2013.     REUTERS/Francois Lenoir (BELGIUM - Tags: POLITICS HEADSHOT)
Bart De Wever s'en prend à la gestion du covid belge
Le leader nationaliste flamand attise la défiance envers les mesures anticovid. Un jeu politique dangereux, difficile à assumer.

Frank Vandenbroucke se montre également prudent vis-à-vis du vaccin Pfizer. La Belgique s’est inscrite dans le cadre européen pour la fourniture de vaccins. Le ministre de la Santé attend l’avis de l’Agence fédérale des médicaments lundi prochain pour prendre attitude. 

Quant au déconfinement, il ne devrait pas intervenir avant que le nombre de contaminations ne dégringole jusqu’à 50 par jour. Ce qui prendra des «dizaines de semaines», selon le virologue Marc Van Ranst.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Appel à la responsabilité en Belgique
Si passer les frontières n’est pas interdit, Annelies Verlinden ministre fédéral de l'Intérieur, a appelé ses concitoyens à se montrer responsables et notamment à ne pas passer les frontières inutilement.
4.3. Groussregion / Report Pendler / Arloner Autobahn bei Sterpenich Foto: Guy Jallay