Changer d'édition

La Belgique repart pour une semaine de «pause»
International 26.02.2021 Cet article est archivé

La Belgique repart pour une semaine de «pause»

Alexander De Croo a résisté aux pressions réclamant des assouplissements.

La Belgique repart pour une semaine de «pause»

Alexander De Croo a résisté aux pressions réclamant des assouplissements.
Photo : AFP
International 26.02.2021 Cet article est archivé

La Belgique repart pour une semaine de «pause»

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le Premier ministre belge entend rester sur les mesures sanitaires instaurées pour sept jours de plus. La seule concession concerne l'ouverture des métiers dits de contacts comme les tatoueurs, masseurs et autres instituts de beauté.

«Il ne faut pas prendre de décision en pleine tempête.» Tel est le cap qu'a décidé de suivre le Premier ministre belge au terme d'une semaine houleuse. Alexander De Croo devant faire avec des chiffres covid repartant en marée haute, et une opinion publique réclamant plus de largesses dans les mesures visant à limiter la propagation du virus. Au final, le chef de gouvernement aura donc décidé de ne rien assouplir. Avec ce commentaire net : «Ce serait irréfléchi et irresponsable».


Avrox réagit à la décision des autorités belges
La société "luxembourgeoise" pointée du doigt dans la livraison de masques potentiellement nocifs pour la santé prend acte du choix du ministère de la Santé belge. Elle se dit prête à collaborer à une enquête.

Vendredi, peu après 16h, Alexander De Croo a donc informé des travaux d'un énième comité de concertation. Oui, le chef de l’exécutif espère «la semaine prochaine pouvoir prendre des mesures plus soutenables pour nous tous», mais le moment n'est pas encore venu. Ainsi, statu quo sur la restriction des voyages non essentiels qui reste en vigueur.

 Le couvre-feu de 22h à 6h du matin reste d'actualité à Bruxelles. Tout juste est-il légèrement allégé, passant de minuit à 5h du matin en communauté germanophone tout comme en Wallonie (jusque-là soumise à des interdictions de sorties de 22h-6h).

Par contre, à compter du 1er mars, les métiers de contact (autres que les coiffeurs et barbiers déjà autorisés) pourront rouvrir leurs boutiques. Il s'agit notamment des instituts de beauté, salons de massage, pédicure, manucure mais aussi tatoueurs et ateliers de piercing.

Une maigre consolation sans doute pour des millions de Belges qui s'attendaient à ''mieux''. Mais pour reprendre les mots du ministre-président flamand, Jan Jambon : «Il faut tenir bon».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet