Changer d'édition

La Belgique planche sur la fermeture du gaz russe
International 3 min. 13.04.2022
Energie

La Belgique planche sur la fermeture du gaz russe

La Belgique ne consomme que peu de gaz russe, puisqu'il ne représente que 6,5% de ses importations.
Energie

La Belgique planche sur la fermeture du gaz russe

La Belgique ne consomme que peu de gaz russe, puisqu'il ne représente que 6,5% de ses importations.
Photo: AFP
International 3 min. 13.04.2022
Energie

La Belgique planche sur la fermeture du gaz russe

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Autorités et fournisseurs élaborent une série de scénarios face au risque d'un approvisionnement moindre en énergie dans les mois qui viennent.

De notre correspondant MAX HELLEFF (Bruxelles) - Le gouvernement De Croo et les secteurs concernés planchent en ce moment sur les alternatives qui pourraient être mises en place en cas de difficulté d'approvisionnement en gaz et en pétrole. La guerre russo-ukrainienne, le risque qu'elle fait peser sur l'indépendance énergétique du pays et la montée des prix ne leur donnent pas d'autres choix que d'élaborer une série de scénarios. Et cela, bien que ce soit l'augmentation de la facture davantage que l'accès aux énergies qui pose surtout problème en ce moment.


(FILES) This file photo taken on April 22, 2015 shows an employee turning a valve of a gas installation during a training exercise for handling emergencies at a gas-pumping station on the gas pipeline in the small town Boyarka in the Kiev region. - Ukrainian President Volodymyr Zelensky on October 22, 2021 accused Russia of orchestrating the gas crisis in Europe, calling on the EU to coordinate its response with Ukraine, according to written comments to AFP. (Photo by Genya SAVILOV / AFP)
A l'exception du gaz, les échanges avec la Russie restent limités
La guerre en Ukraine et les sanctions de l'UE contre la Russie ont attiré l'attention sur l'importance des échanges de biens et de services avec le Luxembourg.

La Belgique ne consomme que peu de gaz russe, puisqu'il ne représente que 6,5% de ses importations contre 43% pour le gaz venu de Norvège. Mais en raison du mécanisme qui lie les pays européens entre eux, un approvisionnement moindre ou une pénurie de gaz russe en Europe occidentale auraient des conséquences sur le royaume. L'opérateur Fluxis explique qu'un arrangement pourrait dans ce cas être trouvé avec les Pays-Bas pour «rerouter» du gaz vers la Belgique ou que du gaz pourrait être échangé certains jours avec l'Allemagne en fonction des besoins des deux pays. Reste le scénario le plus extrême où, l'approvisionnement rompu ou fortement réduit, la Belgique n'aurait d'autre choix que de se rationner drastiquement.

Une solution aussi radicale impliquerait que le gouvernement décrète une phase d'urgence. Trois niveaux existent, le stade le plus élevé de l'alerte étant déclenché par le gouvernement lorsque «toutes les mesures pertinentes fondées sur le marché ont été mises en œuvre sans que l'approvisionnement en gaz soit suffisant pour satisfaire la demande de gaz restante, de sorte que des mesures supplémentaires, non fondées sur le marché, doivent être mises en place, en vue, en particulier, de garantir l'approvisionnement en gaz des clients protégés». Le ministère de l'Economie estime toutefois que la situation actuelle est loin d'impliquer le niveau d'alerte maximum.

Un rationnement du secteur industriel?

Cependant, il n'est pas impossible que les Belges voient malgré tout leur approvisionnement peu ou prou réduit à un moment donné. Les restrictions des années 50 et 70, lorsque des journées sans voitures avaient succédé respectivement à la crise de Suez et à la crise pétrolière, tiennent lieu de point de référence. On n'en est pas là, même si officiellement les ménages et entreprises sont déjà appelés à faire attention à leur consommation d'énergie au quotidien.


L'Europe réfléchit à un encadrement des prix du gaz
Bruxelles veut imposer aux Etats de l'UE de remplir à 90% leurs réserves de gaz d'ici novembre et «réfléchit à un plafonnement des prix du gaz et de l'électricité», a indiqué mardi Maros Sefcovic, vice-président de la Commission européenne.

Le secteur industriel devrait être le premier à fermer les vannes si besoin. «Les gros industriels, premiers rationnés en cas de pénurie de gaz», titrait récemment le quotidien L'Echo. Selon le ministère de l'Economie, «il est prévu que ces entreprises soient obligées de diminuer leur consommation, mais à un niveau qui reste supérieur au minimum historique de leur consommation». Les entreprises Seveso - Air Liquide, BASF Anvers, Umicore, etc. - seraient traitées plus favorablement.

La mesure passerait d'abord par une déconnexion… administrative. Ensuite, s'il le faut, les vannes des entreprises récalcitrantes pourraient être fermées. Des ménages seraient impactés dans certains cas si des conduites étaient bloquées. Mais les services sociaux essentiels, les services d'éducation ou les administrations devraient être épargnés un temps.

L'analyse de la consommation des industriels indique que certains d'entre eux ont déjà spontanément réduit leur consommation de gaz, afin d'alléger la facture. Un geste qui suppose une production moindre a priori, avec le risque théorique que l'entreprise réduise aussi sa main-d'œuvre si cette situation venait à perdurer.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Allemagne a activé jeudi le «niveau d'alerte» sur son approvisionnement en gaz, qui rapproche le pays de mesures de rationnement après la baisse drastique des livraisons de Moscou via le gazoduc Nord Stream.
German Minister of Economics and Climate Protection Robert Habeck shows a graph featuring forecasts of storage levels as he gives a press conference on energy supply security, on June 23, 2022 at his Ministry in Berlin. (Photo by Tobias SCHWARZ / AFP)