Changer d'édition

La Belgique manquera d'enseignants à la rentrée
International 2 min. 30.07.2019 Cet article est archivé

La Belgique manquera d'enseignants à la rentrée

Le Luxembourg a fait le choix d'élargir les modalités de recrutement pour étoffer ses effectifs d'enseignants.

La Belgique manquera d'enseignants à la rentrée

Le Luxembourg a fait le choix d'élargir les modalités de recrutement pour étoffer ses effectifs d'enseignants.
Photo: Gerry Huberty
International 2 min. 30.07.2019 Cet article est archivé

La Belgique manquera d'enseignants à la rentrée

C'est surtout du côté des instituteurs que le pays peine à recruter. Mais il manque également nombre de professeurs de langues, français et sciences pour assurer les cours. Au Grand-Duché, le recrutement des enseignants a été élargi pour éviter ce genre de situation.

Pour l'année scolaire 2019/2020, de nombreuses écoles belges vont manquer de professeurs de langues, mais aussi de français ou de sciences, rapportent ce mardi les titres Sudpresse. Une inquiétude qui repose sur des chiffres obtenus auprès de la Fédération Wallonie-Bruxelles qui a dévoilé la liste des fonctions en pénurie dans l'enseignement maternel, primaire et secondaire dans le pays.

Dans le fondamental, une pénurie généralisée affecte les instituteurs maternels et primaires. Certaines zones seraient d'avantage concernées avec des manques sévères d'instituteurs «comme les zones de Bruxelles, Namur, Luxembourg, Mons-Hainaut centre et côté Wallonie picarde», relève l'agence de presse Belga.

Pour la rentrée 2019-2020, 320 nouveaux postes d'enseignants seront créés dans le fondamental, au Luxembourg.
Pour la rentrée 2019-2020, 320 nouveaux postes d'enseignants seront créés dans le fondamental, au Luxembourg.
Photo: Guy Jallay

Dans l'enseignement secondaire, le manque d'effectif sera tout aussi sévère pour les professeurs de langues (anglais ou néerlandais) dans quasiment tous les établissements de Belgique. Directeur de la communication au Secrétariat général de l'enseignement catholique, Conrad Van de Werve traduit concrètement les impacts sur l'enseignement de cette faiblesse des effectifs: «On estime qu'en moyenne, deux heures de cours de langues par semaine ne peuvent pas être assurées à cause de la pénurie». 

Toujours en secondaire, les écoles peinent à recruter suffisamment de professeurs de français, de mathématiques, de sciences, de latin ou de sciences économiques. D'autres pénuries sévères concernent la géographie, notamment sur Namur et en province de Luxembourg.

320 nouveaux postes 

Au Luxembourg, pareille information fait écho à la situation qu'avait connue le secteur scolaire en 2017. La réaction du gouvernement avait alors été double. Après avoir peiné à trouver suffisamment de candidats, le ministère de l'Éducation nationale s'était vu octroyer plus de moyens pour finaliser un recrutement massif d'enseignants pour le fondamental. Ainsi, pour l'année scolaire 2019-2020, le ministre Claude Meisch (DP) a pu annoncer la création de 320 nouveaux postes. D'autre part, le recrutement des futurs enseignants a été ouvert plus largement.

Depuis 2018, pour se retrouver admissible au concours de recrutement des instituteurs, une seconde voie a été ouverte. En plus des titulaires d’un bachelor Sciences de l'éducation, les possesseurs d’un bachelor en relation avec un des objectifs de l'enseignement fondamental (Quereinsteiger) peuvent également se présenter.

Après avoir été validés par une commission, les candidats suivent une formation d'un an. A l'issue, un certificat de formation pédagogique leur est attribué, document qui leur ouvre les portes du concours d'admission. Pour la rentrée de septembre, 183 hommes et femmes ont été retenus pour débuter cette formation pédagogique.


 


Sur le même sujet

Claude Meisch: cinq ans d'Éducation, mais pas que
La fin de la législature 2013/2018 approche pour le gouvernement Bettel-Schneider. Dans ce contexte, le ministre de l'Éducation, Claude Meisch, a fait le bilan de cinq années passées au sein d'un ministère réunissant pour la première fois l'Éducation, l'Enfance et la Jeunesse.