Changer d'édition

La Belgique jugée pour inaction climatique
International 4 min. 15.03.2021

La Belgique jugée pour inaction climatique

Ce week-end, 101 petites manifestations ont été organisées en Belgique pour sauver le climat.

La Belgique jugée pour inaction climatique

Ce week-end, 101 petites manifestations ont été organisées en Belgique pour sauver le climat.
Photo: AFP
International 4 min. 15.03.2021

La Belgique jugée pour inaction climatique

Max HELLEFF
Max HELLEFF
L’Affaire Climat débute ce mardi à Bruxelles avec l'objectif d'imposer aux autorités de prendre les mesures adéquates pour protéger la planète.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - Ce week-end, 101 petites manifestations ont été organisées en Belgique, en prélude à l’Affaire Climat qui sera débattue devant la justice bruxelloise dès ce mardi. Vêtus d’un habit noir et d’un rabat blanc, des citoyens transformés en «avocats du climat» ont dénoncé le non-respect des objectifs climatiques par l’Etat belge. Ces actions symboliques ont été mises sur pied par des collectifs citoyens, des ONG et des sections locales du parti Ecolo. 


Klima Umwelt Umweltschutz Gesund CO2 Climat Environnement
Climat et environnement s’invitent de nouveau en Belgique
Un projet de loi conditionnant la fermeture des centrales nucléaires poursuit son bonhomme de chemin.

Depuis plusieurs semaines, l’Affaire Climat est précédée d’un battage digne d’un grand procès d’assises. Sur le site affaire-climat.be, les parties civiles proposent d’envoyer chaque jour à qui le souhaite «des rapports quotidiens de notre reporter».

De quoi s’agit-il ? Tout commence en 2014 lorsqu’une dizaine de plaignants se portent devant la justice pour obliger la Belgique à respecter ses obligations dans la lutte contre le dérèglement climatique. Ils constituent alors une association nommée «l’Affaire Climat» (ou Klimaatzaak, en néerlandais). Une mise en demeure est envoyée aux gouvernements fédéral et régionaux. Depuis, quelque 60.000 personnes ont donné procuration à l’association pour les représenter dans cette action.

En 2014, Bruxelles étouffe dans les gaz d’échappement. Selon certaines études, la capitale de l’Europe serait l’une des villes les plus embouteillées au monde. Une chose est certaine : certains jours, les normes de pollution sont allègrement dépassées. D’autres villes wallonnes et flamandes subissent le même sort. Les initiatives prises par les différents gouvernements de l’époque restent sans grand effet.


Le site de Doel, près d'Anvers, a atteint la limite d'âge mais il est toujours en service.
La fin de vie contrariée des centrales nucléaires belges
Le prochain gouvernement s’engagerait à fermer Doel et Tihange en 2025, sous certaines conditions. Un dossier qui risque de faire débat.

En réalité la politique climatique et environnementale de l’ex-gouvernement Michel est un four. La Flandre, la Wallonie et Bruxelles sont en outre incapables de formuler des objectifs communs, lesquels impliquent le partage d’une charge financière que personne ne veut assumer. Le fédéral et les Régions se présentent ainsi divisés lors de l’Accord de Paris, en 2015. La N-VA de Bart De Wever, et dans une certaine mesure les libéraux francophones de Charles Michel, rechignent à abandonner le nucléaire en 2025 comme le prévoit un accord gouvernemental scellé en 2003.

Depuis, le gouvernement De Croo a rétabli le cap climatique, en assurant vouloir respecter les engagements européens pris par le pays. Bruxelles s’est ouverte davantage au vélo, les vieux diesels sont bannis de ses rues et le 30 km/h est imposé sur une partie de son réseau routier. La crise sanitaire et le télétravail aidant, la capitale s’offre momentanément un bol d’air.


BRUSSELS, BELGIUM. January 2017. Busy street traffic on the Rue de la Regence street of Brussels, Belgian tram and cars. The Justice Palace (Palais de Justice) on the background.
En 2022, Bruxelles taxera les automobilistes
A l'avenir, tout propriétaire d’une voiture devra payer une somme variable pour emprunter les rues de la capitale de l’Europe.

Mais les combattants climatiques n’entendent pas relâcher la pression. Dans l’Affaire Climat, explique le collectif d’ONG CNCD, les demandeurs estiment que la politique menée par les autorités belges constitue une faute au regard de la responsabilité civile et une violation des droits humains, notamment les droits de l’enfant. Ils exigent «une réduction des émissions de gaz à effet de serre sur le territoire belge d’au moins 42 à 48% en 2025 et d’au moins 55 à 65% en 2030 (par rapport aux niveaux de 1990). Pour 2050, l’Etat doit arriver à des émissions nettes nulles.»

Les griefs sont nombreux : la Belgique n’a pas tenu ses objectifs en termes d’énergie renouvelable pour 2020, les politiques et mesures permettant d’atteindre les objectifs climatiques et énergétiques sont insuffisantes, les efforts fournis pour réduire les émissions de gaz à effet de serre sont trop mous, etc.

L’espoir des plaignants se nourrit d’actions semblables intentées à l’étranger. La justice néerlandaise a ainsi ordonné à l’État de protéger ses citoyens contre les conséquences du changement climatique et de réduire les émissions de gaz à effet de serre de 25% en 2020 par rapport à 1990 («Affaire Urgenda»). Le 3 février dernier, la France a été condamnée pour inaction climatique («Affaire du Siècle»).


A picture shows the Manneken Pis wearing a mouth mask, in Brussels, on May 11, 2020 as Belgium goes into its ninth week of confinement due to the COVID-19 pandemic. (Photo by THIERRY ROGE / BELGA / AFP) / Belgium OUT
La relance belge manque de nerfs
Alors que le déficit public atteint un niveau abyssal, le royaume semble incapable de fixer le train de réformes de l’après-covid.

Le procès de l’Affaire Climat doit durer neuf jours. Une condamnation devrait théoriquement pousser l’Etat belge à rehausser effectivement ses ambitions en matière d’action climatique. Le moment est important : défenseurs du climat et environnementalistes savent que tous les arguments seront utiles à l'avenir, notamment pour peser dans le plan de relance post-covid de l’économie belge. Ils craignent que la vieille machine du capitalisme productiviste ne reprenne du service après la crise sanitaire, comme si de rien n'était, sans grand égard pour le climat qui pourrait continuer à payer l’addition.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que le déficit public atteint un niveau abyssal, le royaume semble incapable de fixer le train de réformes de l’après-covid.
A picture shows the Manneken Pis wearing a mouth mask, in Brussels, on May 11, 2020 as Belgium goes into its ninth week of confinement due to the COVID-19 pandemic. (Photo by THIERRY ROGE / BELGA / AFP) / Belgium OUT