Changer d'édition

La Belgique franchit la barre des 10.000 morts du covid
International 3 min. 30.09.2020 Cet article est archivé

La Belgique franchit la barre des 10.000 morts du covid

La reine Mathilde de Belgique a rencontré des volontaires belges qui testent actuellement l'efficacité d'un vaccin.

La Belgique franchit la barre des 10.000 morts du covid

La reine Mathilde de Belgique a rencontré des volontaires belges qui testent actuellement l'efficacité d'un vaccin.
Photo : AFP
International 3 min. 30.09.2020 Cet article est archivé

La Belgique franchit la barre des 10.000 morts du covid

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Le royaume voisin a enregistré un dix mille et unième décès attribué au coronavirus. Un chiffre symbolique qui ne manque pas de raviver des critiques sur la gestion de la crise sanitaire.

De notre correspondant MAX HELLEFF (Bruxelles) - « Le virus Sars-CoV-2 a causé la mort d’au moins 10.001 personnes en Belgique depuis le début de la pandémie, ressort-il mercredi des chiffres provisoires de l’Institut de santé publique Sciensano. Pas moins de 117.115 Belges ont été infectés par ce nouveau coronavirus », écrit l’agence Belga.

Ce nombre de 10.000 morts  est dû en partie à la méthode statistique qu’a adoptée la Belgique dès le début de la pandémie. D’emblée, elle a pris en compte les personnes décédées en maison de repos à un moment où le confinement les privait de tout contact extérieur. Dans la grande majorité des cas, la preuve d’une infection au coronavirus n’a pas été produite en ce qui les concerne. Les corps étaient placés directement en bière pour éviter tout risque de contamination.

Beaucoup de personnes âgées auraient en réalité succombé au grand âge, à des maladies «ordinaires» comme le diabète ou la pneumonie,  ou se seraient laissé mourir après avoir été séparées de leurs proches («syndrome de glissement»). Or, les seniors représentent plus de la moitié des morts du covid en Belgique.

Le sort réservé aux aînés au printemps dernier n’a pas fini de faire couler de l’encre. Les autorités ont été maintes fois accusées de les avoir sacrifiés au motif que l’épidémie n’avait pas été anticipée. Admettre les personnes âgées à l’hôpital revenait à prendre le risque de ne pas pouvoir donner un lit en soins intensifs à des patients jeunes ou dans la force de l’âge.


Itv avec le nouvel ambassadeur de Belgique Thomas Lambert, Interview avec Thomas Lambert, Fotos: Julian Pierrot/Luxemburger Wort / Foto: Julian PIERROT
Le nouveau visage de la Belgique au Luxembourg
Thomas Lambert a officiellement pris vendredi dernier ses quartiers à la rue des Girondins pour un mandat de quatre ans. Le nouvel ambassadeur de Belgique au Luxembourg compte encore renforcer les liens pourtant très étroits entre les deux pays.

Ces 10.000 morts renvoient plus largement aux multiples erreurs commises par les autorités politiques ces dernières années en matière de gestion épidémiologique. En mars dernier, la population a appris que les stocks de masques qui auraient dû la protéger du virus avaient été détruits. Périmés, ils n’avaient pas été remplacés.

Ce fut le premier acte d’un drame national, ponctué par une série de révélations mettant en évidence le manque criant de matériel de première ligne (masques, écouvillons, charlottes, tabliers, respirateurs…), mais aussi de personnel médical. Aujourd’hui encore, les failles du testing et du tracing sont pointées du doigt.  Au bout du compte, les mesures décrétées par le Conseil national de sécurité (confinement, règles d’hygiène, «bulle sociale», port obligatoire du masque dans les commerces et les endroits fréquentés, etc.) ont permis de stopper les ravages du virus à la fin du printemps dernier.

Mais ici comme ailleurs, les contaminations sont reparties à la hausse à la fin des vacances, avant de ralentir ces derniers jours. Elles sont passées à 1.550 quotidiennement entre le 20 et le 26 septembre (+9% par rapport à la période de sept jours précédente). Le nombre de contaminations pour 100.000 habitants du 13 au 26 septembre s’établit à 181,2 (+116%) pour l’ensemble du territoire. Les derniers chiffres faisaient mention pour la période du 19  au 25 septembre de 31 décès -soit environ 4,4 par jour en moyenne (+82%).

Selon l’intensiviste et patron du syndicat de médecins Absym Philippe Devos, les mois de novembre et de décembre seront compliqués. Le froid obligera la population à se claquemurer, aidant ainsi le virus à se propager davantage. Le 2 mars dernier, dans une carte blanche, ce médecin écrivait : «On a un gros risque donc de monter à 3,9% de 850.000 personnes c'est-à-dire 33.150 morts sur 11 millions d’habitants. C’est «peu» (on ne va pas tous mourir comme on l’entend parfois) mais quand même 100 fois plus que le nombre de tués sur les routes chaque année...»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

En 2020, la population du Grand-Duché a augmenté de 1,4% par rapport à l'année précédente. Une tendance majoritairement liée à l'immigration qui vient compenser la hausse de la mortalité, note le Statec dans son dernier rapport.
Rio de Janeiro's pedestrians cross Rio Branco avenue on March 28, 2012. According to a document released at Planet Under Pressure meeting in London, the last one before the upcoming Rio+20 UN Conference on Sustainable Development, by 2050 the world's urban population will hit 6,3 billion people in contrast with the 3,5 billions in 2012. AFP  PHOTO  ANTONIO SCORZA
Alors que la mortalité avait tendance à diminuer au cours des dernières années, la pandémie a fait grimper le nombre de décès durant les dix premiers mois de l'année. En novembre, ce chiffre a même presque doublé par rapport à 2019.
Flowers are laid on funeral urns in Pere Lachaise cemetery, in Paris on June 7, 2020, as the cemeteries reopened from June 2, during the second phase of the easing of lockdown measures taken to curb the spread of the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus. (Photo by FRANCOIS GUILLOT / AFP)
Le pays, parmi les Etats européens les plus endeuillés par la pandémie de coronavirus, a rectifié à la baisse son nombre de morts. La faute à un mauvais recensement des décès au printemps dans certaines maisons de retraite.
(FILES) In this file picture taken on April 17, 2020 cemetery workers dig graves during the COVID-19 coronavirus pandemic, at the San Vicente cemetery in Cordoba, Argentina. - Argentina surpassed 7,000 deaths from COVID-19 on August 24, 2020 and surpassed its daily record of deaths with 381 deaths, the Ministry of Health reported. (Photo by DIEGO LIMA / AFP)