Changer d'édition

La Belgique accélère sa campagne booster
International 3 min. 16.12.2021
Vaccination anti-covid

La Belgique accélère sa campagne booster

Sur les 20,1 millions de vaccins déjà administrés au royaume, 2,7 millions étaient des doses complémentaires.
Vaccination anti-covid

La Belgique accélère sa campagne booster

Sur les 20,1 millions de vaccins déjà administrés au royaume, 2,7 millions étaient des doses complémentaires.
Photo : AFP
International 3 min. 16.12.2021
Vaccination anti-covid

La Belgique accélère sa campagne booster

La mesure est présentée par les autorités comme particulièrement efficace face à l’arrivée du variant Omicron. Dans le même temps, le pays valide 43 millions d'euros d'aides pour les professionnels des soins.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - La Belgique s’arme face au variant Omicron. Mercredi, les ministres de la Santé ont décidé de raccourcir le délai minimum entre la deuxième et la troisième dose des vaccins Pfizer et Moderna : il passe de 6 à 4 mois. Un choix similaire a été fait au Luxembourg d'ailleurs. Par contre, les délais de deux mois après le vaccin Johnson&Johnson et de quatre mois après l’AstraZeneca ne sont pas modifiés.


Syringes filled with the BioNtech-Pfizer Covid-19 coronavirus vaccine are being prepared in a mobile vaccination center in Hemmingen near Ludwigsburg, southern Germany, on December 7, 2021. (Photo by THOMAS KIENZLE / AFP)
La vaccination obligatoire conforme aux droits humains
Tel est l’avis rendu par un institut proche du gouvernement belge du Premier ministre Alexander De Croo.

Cette décision a été prise avec une légère avance sur le calendrier et sur l'avis des experts de la task force vaccination. Le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke se dit «inquiet» face à l’arrivée d’Omicron mais, ajoute-t-il, «la très bonne nouvelle, c'est que le booster renforce davantage la protection contre ce variant».

Les autorités ajoutent qu’elles écouteront tous les avis venant des institutions scientifiques, dont ceux du conseil supérieur de la santé et de l’agence européenne des médicaments.

Quelque 90 contaminations au variant Omicron sont à ce jour confirmées en Belgique. La crainte est grande que cette souche soit majoritaire dans la population dès la fin décembre, au plus tard à partir de janvier prochain. L'infectiologue et porte-parole interfédéral Covid Yves Van Laethem précise qu'«il faut beaucoup plus d’anticorps pour neutraliser ce variant. Notre immunité nous protège moins bien, sous réserve d’avoir un haut taux d’anticorps. Le seul moyen, c’est de faire une troisième dose de vaccin anti-covid».

Outre l’accélération de l’administration de la troisième dose Pfizer et Moderna, plusieurs mesures sont reconduites en attendant le prochain comité de concertation qui se tiendra le 22 décembre.

L'obligation du pass sanitaire (Covid Safe Ticket ou CST) qui permet aux vaccinés et aux non-contaminés d’entrer dans les établissements horeca, au cinéma ou à la salle de fitness, est prolongée de trois mois dans la partie francophone du pays. Soit jusqu'au 15 avril. L’imposition du CST a été jugée illégale par un tribunal namurois, mais elle reste d’application durant la procédure d’appel.


08.01.2021, Baden-Württemberg, Ludwigsburg: Das Team eines Intensivtransportwagens fährt auf einer Intensivstation des RKH Klinikum Ludwigsburg einen Covid-19-Patienten, der aus einem anderen Krankenhaus verlegt wurde, auf einer Intensivtrage. In Baden-Württemberg wird die Belegung der Intensivstationen mit einem Clusterkonzept gesteuert. Zwischen den Kliniken der sechs Versorgungsgebiete können Intensivpatienten verlegt werden, um eine bessere Verteilung zwischen den Krankenhäusern zu erreichen. Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'hôpital belge accumule les problèmes
Faute de soignants, des unités ferment leurs portes un peu partout dans le pays, alors que la mortalité due au virus augmente.

Le ministre fédéral de la Santé Frank Vandenbroucke entend pour sa part faire vacciner les enfants dès l’âge de 5 ans. Il attend toutefois l’avis du comité de bioéthique. «Mon intention, explique le socialiste, est qu'on protège ainsi le monde dans lequel vivent ces enfants: les parents, les grands-parents... Ce qu'on a vu avec les 12-17 ans, c’est que le vaccin contrarie la circulation du virus» dans cette classe d'âge.

Frank Vandenbroucke prône également le maintien de l’obligation du port du masque dès 6 ans, en classe mais aussi partout où les adultes doivent le porter. «C'est une mesure qui sera en vigueur jusqu'à fin janvier, comme toutes les autres mesures, parce qu’il faudra aussi utiliser ce type de précautions contre un variant comme Omicron», justifie-t-il.

Autre décision notable : des mesures de soutien financier au personnel soignant sont prévues pour 2022 à hauteur de 43 millions d’euros. Le gouvernement va donner un complément forfaitaire aux infirmiers et aux infirmières spécialisées. Son montant culminera à 2.500 euros brut par an. L’espoir des autorités est de stopper la vague de démissions et d’absentéisme qui frappe les hôpitaux, les obligeant à fermer des unités entières de soins.

Ces nouvelles dispositions interviennent alors que tous les chiffres pandémiques sont à la baisse. Les nouvelles contaminations au SARS-CoV2 sont en recul de 24% par rapport à la semaine précédente. 3.120 personnes sont hospitalisées (-11%), dont 804 patients traités en soins intensifs (-3%). Chaque jour, 44 décès sont attribués en moyenne au covid (-11%).

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A Bruxelles, une manifestation contre les mesures anti-covid s’ajoute à la confusion née du dernier comité de concertation. Une manifestation au lendemain de l'émeute subie à Luxembourg.
Demonstrators take part during a rally to protest against Belgium government's measures to curb the spread of the Covid-19 and mandatory vaccination in Brussels on december 5, 2021. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)