Changer d'édition

La Belgique à la rescousse de ses chômeurs
International 3 min. 21.03.2020

La Belgique à la rescousse de ses chômeurs

Sophie Wilmès a surpris en annonçant cette largesse de traitement pour les sans-emplois temporaires.

La Belgique à la rescousse de ses chômeurs

Sophie Wilmès a surpris en annonçant cette largesse de traitement pour les sans-emplois temporaires.
Photo : AFP
International 3 min. 21.03.2020

La Belgique à la rescousse de ses chômeurs

Max HELLEFF
Max HELLEFF
L’aide apportée aux travailleurs impactés par le confinement se chiffrera à 8 ou 10 milliards d’euros. Au moins. Une mesure aussi importante qu’inattendue.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - La fin d’un monde, le début d’une nouvelle ère. La formule tourne en boucle dans les médias qui tentent de comprendre le cataclysme engendré par le coronavirus et d’en tirer les premières leçons.

Une autre révolution s’est produite vendredi. Le gouvernement fédéral de la Première ministre Sophie Wilmès a dévoilé un « plan de protection sociale et économique». Soit un ensemble de mesures d’urgence destinées à amortir le choc qu’encaissent les entreprises belges en ces temps de pandémie, mais aussi à soutenir tous ceux qui ont été mis au chômage ces derniers jours. Les premières estimations évaluent leur coût entre 8 et 10 milliards d’euros. Ce sera beaucoup plus, estiment déjà plusieurs experts. A fortiori si le confinement perdure au-delà du 5 avril et met en sommeil tout un pan de l’activité socio-économique du pays.

Mesure-phare : le plafond des indemnités en cas de chômage temporaire est relevé de 65 à 70% du salaire  brut. Selon la ministre de l’Emploi, la chrétienne-démocrate flamande Nathalie Muylle, «cela revient à un montant supplémentaire de 150 euros bruts par mois pour chaque chômeur». Les différentes formes de chômage concernent actuellement 671.00 personnes. Ce nombre pourrait rapidement monter à 800.000. Un coup dur pour le pays qui se réjouissait depuis plusieurs années de la baisse du "non-emploi".

D’autres mesures encore. Les pénalités de retard sont supprimées pour les entreprises qui ont passé un marché avec les services publics fédéraux ; les restaurants qui préparent des plats à emporter bénéficieront d’un assouplissement réglementaire et fiscal ; une négociation avec les partenaires sociaux est engagée pour permettre aux flexi-jobs de continuer à fonctionner en cas de chômage temporaire ; il est aussi question d’autoriser à l’avenir des transferts de personnel entre les secteurs afin de maintenir l’activité.

8 à 10 milliards d’euros : le montant est énorme. Il souligne la volonté du gouvernement Wilmès de dépasser les querelles comptables pour venir en priorité à la rescousse de ceux qui ont perdu leur emploi – peut-être définitivement. Pour établir une comparaison, cette somme se rapproche du déficit public de la Belgique fédérale estimé à 12 milliards d’euros. Celui-ci devrait donc dépasser les 20 milliards d’euros et sortir définitivement des clous fixés par la Commission européenne.

C’est en obtenant la confiance jeudi à la Chambre que l’ex-gouvernement Michel a pu adopter ce «plan de protection sociale et économique». Six partis d’opposition soutiennent l’exécutif minoritaire désormais piloté par Sophie Wilmès tout en lui accordant les pouvoirs spéciaux dans la lutte contre le coronavirus.


Flemish police stop Dutch motorists at the Belgian border at Maaseik on March 20, 2020, due to the spread of the novel coronavirus, COVID619. (Photo by Marcel VAN HOORN / ANP / AFP) / Netherlands OUT / Marcel Van Hoorn,bin,Flemish police stop Dutch motorists at the Belgian border at Maaseik, The Netherlands, 20 March 2020. Due to the strict rules in Belgium regarding the coronavirus, crossing the border is now fined. ANP MARCEL VAN HOORN,Flemish police repels Dutch motorists at the border,Stephan,Marcel Van Hoorn,GRENS netherlands out - belgium out
Les postes-frontières belges sous contrôle
Le ministre de l'Intérieur a décidé ce vendredi après-midi d'établir des contrôles aux frontières. Pour Pieter De Crem, le but est de réduire au maximum les déplacements à l'intérieur du pays mais aussi entre la Belgique et ses voisins.

Autre décision spectaculaire : la fermeture des frontières décrétée vendredi par le ministre de l’Intérieur Pieter De Crem n’impactera pas les travailleurs transfrontaliers. Ils devront toutefois produire une attestation de leur employeur pour passer d’un Etat à l’autre. La mesure n’entrave pas davantage la circulation des camions ni le retour au pays des ressortissants belges.

Cette décision laissera assurément des traces dans les relations parfois tumultueuses qu’entretiennent la Belgique et les Pays-Bas. Le Premier ministre néerlandais Marc Rutte souhaitait garder les frontières ouvertes. Mais la présence vendredi sur le territoire belge de centaines de ses compatriotes peu soucieux des règles de confinement - auxquelles ils ne sont pas astreints dans leur pays – a convaincu les autorités belges qu’il fallait employer les grands moyens.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Un gouvernement anticoronavirus en Belgique
Le gouvernement, en minorité au Parlement depuis fin 2018, a obtenu ce jeudi la confiance d'une majorité de députés pour se consacrer exclusivement à des mesures destinées à endiguer la propagation du nouveau coronavirus.
Belgian Prime Minister Sophie Wilmes delivers a speech during a plenary session of the chamber at the federal parliament, in Brussels,on March 19, 2020. - Due to the restrictive measures concerning the corona virus, only the chiefs of the party groups will be present during the discussion. (Photo by DIRK WAEM / Belga / AFP) / Belgium OUT
La Belgique confinée jusqu'au 5 avril
Le royaume impose un confinement général à partir de ce mercredi midi et ce jusqu'au 5 avril pour restreindre la circulation des personnes. Comme chez ses voisins, l'objectif est de contenir la propagation du coronavirus dans le pays.
Belgian Prime Minister Sophie Wilmes gives a press conference following a meeting of the National Safety Council on the Covid-19 (Coronavirus) , on March 17, 2020 in Brussels. - Belgians must stay at home from midday on March 18, 2020 until at least April 5 in case they spread the coronavirus further, Prime Minister Sophie Wilmes said on March 17, 2020. (Photo by Bert VANDENBROUCKE / various sources / AFP) / Belgium OUT