Changer d'édition

La BCE attendue face à l'euro fort et aux restrictions
International 3 min. 21.01.2021

La BCE attendue face à l'euro fort et aux restrictions

Le regain de la pandémie en fin d'année, avec son cortège de nouvelles restrictions en Europe, a douché les espoirs de reprise rapide de l'économie.

La BCE attendue face à l'euro fort et aux restrictions

Le regain de la pandémie en fin d'année, avec son cortège de nouvelles restrictions en Europe, a douché les espoirs de reprise rapide de l'économie.
Photo: AFP
International 3 min. 21.01.2021

La BCE attendue face à l'euro fort et aux restrictions

La Banque centrale européenne (BCE) devrait conforter jeudi ses mesures de soutien monétaire à l'économie avant un nouvel oral délicat pour évaluer les risques que font peser la poursuite des restrictions contre le covid-19 et l'appréciation de l'euro.

(AFP) - Six semaines ont passé depuis la dernière réunion de décembre. Et, selon Florian Hense, économiste chez Berenberg, la BCE «en reste à analyser l'impact de sa décision» qui a consisté à muscler son dispositif monétaire pour affronter la crise provoquée par la pandémie. 

Sa principale arme, le programme d'achat d'urgence face à la pandémie (PEPP) déclenché en mars pour maintenir des conditions de financement favorables, a été recalibrée à 1.850 milliards d'euros et prolongée jusqu'en mars 2022. L'autre programme traditionnel de rachats d'actifs, le «QE, doit continuer au rythme de 20 milliards par mois sans horizon de temps. 


Virus et euro fort, la BCE face à une équation compliquée
La virulence de la pandémie et l'appréciation de l'euro pèseront sur la réunion jeudi de la Banque centrale européenne, qui ne devrait cependant pas ajouter de nouvelles mesures à son cap monétaire très accommodant.

De même l'institution va accorder aux banques de nouvelles vagues de prêts bon marché, tandis que les taux d'intérêt naviguent à leur plus bas historique. Une partie des liquidités déposées auprès de la BCE au lieu d'être distribuées via des crédits sont taxées à -0,5% depuis septembre 2019. Cet arsenal qui permet aux Etats, entreprises et ménages d'emprunter à bas coût pour stimuler l'investissement et l'emploi, sera selon toute attente confirmé jeudi. 

Plus de risques

L'institution, qui joue les pompiers de la zone euro depuis le début de la crise sanitaire, n'est pas sous pression pour gonfler à nouveau ses interventions, s'accordent les observateurs. Mais face à la presse, à partir de 13h30, «les capacités de communication de Christine Lagarde seront à nouveau mises à l'épreuve», souligne Carsten Brzeski, économiste chez ING. Car le regain de la pandémie en fin d'année, avec son cortège de nouvelles restrictions en Europe, a douché les espoirs de reprise rapide. 

La BCE devait juger que les risques sur l'activité sont «davantage orientés à la baisse qu'en décembre», souligne Brzeski. Les craintes sont alimentées par la propagation de nouveaux variants du virus, aux effets mal connus, ainsi que des livraisons plus lentes que prévu des premières doses de vaccins. Or la présidente de la BCE veut croire que les prévisions de croissance, à savoir 3,9% du PIB de la zone euro en 2021, seront tenues. La BCE veut «attendre de voir si les restrictions liées à la pandémie dureront jusqu'au deuxième trimestre» et «dans quelle mesure cela affectera la conjoncture», commente Fritzi Köhler-Geib, cheffe économiste de la banque publique KfW. 

Euro fort 

Avec plus de 1.000 milliards d'euros restant à dépenser au titre du PEPP, il y a de quoi «acheter autant d'obligations cette année que l'année dernière, tandis que les déficits publics devraient être plus faibles», estime Franck Dixmier, directeur des gestions obligataires d'Allianz Global Investors. Les marchés obligataires restent calmes en dépit des crises gouvernementales en Italie et aux Pays-Bas. 

Cela «montre bien l'efficacité de la politique de la BCE pour contenir toute augmentation des taux longs», élément déclencheur de la crise des dettes en zone euro dans les années 2000, observe Eric Dor, directeur de recherche à l'Institut d'économie scientifique et de gestion (IESEG). L'appréciation de l'euro pose cependant un casse-tête à la BCE qui n'arrive pas à faire remonter l'inflation vers 2% en glissement annuel, le niveau jugé adéquat pour aider l'activité. 


The Euro logo can be seen outside the European Central Bank, (ECB) before the meeting of the Governing Council in Frankfurt am Main, central Germany, on November 7, 2013. The ECB, after cutting its key interests rates, still has other weapons up its sleeve to boost recovery in the euro, Mario Draghi, President of the ECB said. AFP PHOTO / DANIEL ROLAND
La BCE renforce son soutien face à la crise
La Banque centrale européenne, qui dépense sans compter pour soutenir l'économie de la zone euro face à la pandémie, va encore amplifier jeudi son intervention, signalant que ses efforts pour aider à la sortie de crise s'inscrivent dans la durée.

Depuis fin février, la monnaie unique s'est appréciée de plus de 10% face au billet vert. L'institution de Francfort doit jauger dans quelle mesure une nouvelle hausse de l'euro appellerait une réponse plus énergique de sa part. Un euro fort fait baisser le coût des importations et rend les exportations moins compétitives. L'inflation, négative en zone euro d'août à décembre, ajoute à cette équation compliquée. Même si une remontée des prix est attendue en 2021, en lien avec le relèvement de la TVA en Allemagne et la perspective d'un retour à une vie plus normale, la portée de cette hausse devrait être limitée, selon les économistes.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La BCE maintient son cap monétaire
Les gardiens de l'euro ont opté, jeudi, pour le statu quo sur leur panoplie d'outils anti-crise sensiblement renforcés lors de leur dernière réunion de décembre.
(FILES) This file photo taken on March 12, 2020 shows the headquarters of the European Central Bank (ECB) in Frankfurt am Main, western Germany. - European Central Bank governors meet on January 21, 2021 to take stock of their monetary stimulus efforts as more infectious strains of the coronavirus and stricter shutdowns cloud the economic outlook. (Photo by Daniel ROLAND / AFP)
La BCE renforce son soutien face à la crise
La Banque centrale européenne, qui dépense sans compter pour soutenir l'économie de la zone euro face à la pandémie, va encore amplifier jeudi son intervention, signalant que ses efforts pour aider à la sortie de crise s'inscrivent dans la durée.
The Euro logo can be seen outside the European Central Bank, (ECB) before the meeting of the Governing Council in Frankfurt am Main, central Germany, on November 7, 2013. The ECB, after cutting its key interests rates, still has other weapons up its sleeve to boost recovery in the euro, Mario Draghi, President of the ECB said. AFP PHOTO / DANIEL ROLAND
La fin programmée des aides d'Etat inquiète déjà la BCE
La Banque centrale européenne a mis en garde mercredi contre un arrêt prématuré des soutiens budgétaires en zone euro, pouvant retarder la reprise et précipiter l'insolvabilité des entreprises frappées par les restrictions liées à la pandémie de covid-19.
(FILES) In this file photo taken on December 13, 2018 the headquarters of the European Central Bank (ECB) is seen in Frankfurt am Main, western Germany. - The European Central Bank is widely expected to hint at, or even announce, a dive further into negative interest rates at its gathering on July 24, 2019. (Photo by Daniel ROLAND / AFP)
La BCE face au regain du virus et à l'inflation faible
La Banque centrale européenne devrait préparer jeudi les esprits à de nouvelles interventions face à une économie qui récupère très lentement des conséquences de la pandémie de covid-19, dont la propagation se poursuit, estiment les économistes.
ARCHIV - 07.09.2016, Hessen, Frankfurt/Main: ARCHIV - Die Zentrale der Europäischen Zentralbank (EZB) in Frankfurt am Main (Hessen) ragt am 07.09.2016 hinter einer Stele mit dem EZB-Logo hoch. (zu dpa "Die Folgen eines deutschen Urteils: Wankt Europas Justiz-Architektur?" am 10.05.2020) Foto: picture alliance / Arne Dedert/dpa +++ dpa-Bildfunk +++