Changer d'édition

L'UE veut une intelligence artificielle «responsable»
International 2 min. 19.02.2020 Cet article est archivé

L'UE veut une intelligence artificielle «responsable»

Ursula von der Leyen a visité l'AI Xperience Center à l'université libre de Bruxelles.

L'UE veut une intelligence artificielle «responsable»

Ursula von der Leyen a visité l'AI Xperience Center à l'université libre de Bruxelles.
Photo: AFP
International 2 min. 19.02.2020 Cet article est archivé

L'UE veut une intelligence artificielle «responsable»

La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, a présenté mercredi la stratégie européenne sur ce secteur hautement stratégique et sensible. Un domaine dans lequel le Luxembourg s'investit abondamment.

(JFC, avec l'AFP) - L'exécutif européen a dévoilé ce mercredi un plan de bataille dans le secteur des données pour rattraper son retard sur les États-Unis et la Chine, grands gagnants pour l'instant de l'ère du numérique. Consciente d'être passée à côté de la première révolution internet, qui a vu l'émergence des géants américains, comme Google et Facebook, ou chinois tels Tencent, l'UE tient désormais à jouer un rôle central dans la définition des règles et la promotion de ses propres champions.

Avec cet objectif en tête, la Commission européenne a présenté son «livre blanc» sur l'intelligence artificielle avec des pistes d'actions. «Nous voulons que l'application de ces nouvelles technologies soit digne de la confiance de nos citoyens (...) Nous encourageons une approche responsable de l'intelligence artificielle centrée sur l'homme», a dit Mme von der Leyen lors d'un point presse. «L'intelligence artificielle n'est ni bonne ni mauvaise en soi : tout dépend du pourquoi et du comment elle est utilisée», a insisté la vice-présidente de la Commission, Margrethe Vestager.

«Nous avons tout en Europe pour gagner la bataille des données» industrielles, au cœur de l'intelligence artificielle, a souligné le commissaire chargé de l'industrie, le Français Thierry Breton, lors du point de presse. Après une consultation jusqu'au 19 mai de tous les acteurs - entreprises, syndicats, société civile, les gouvernements des 27 Etats membres -, elle espère faire des propositions législatives à la fin de l'année.

De son côté, le Luxembourg apparaît comme un bon élève en Europe dans ce domaine. Le pays développe une stratégie afin de devenir un centre européen de compétences et d'innovation en matière d'intelligence artificielle (IA) appliquée au service de la finance, mais aussi au service de la musique ou encore en matière de mobilité douce. La digitalisation des différents secteurs d'activités (justice, enseignement, ...) du pays est un point central de l'accord de coalition signé en décembre 2018. 


Sur le même sujet

Ludwig van Beethoven n'avait couché que quelques notes sur un carnet lorsqu'il est mort en 1827. Une équipe de musicologues et informaticiens tentent de prolonger sa 10e Symphonie grâce à l'intelligence artificielle.
A sheet music with part of the completion of Beethoven's 10th symphony made using artificial intelligence is seen at the Telekom headquarters in Bonn, western Germany, on December 13, 2019. - Telekom supports an experiment to complete the composer's 10th symphony using artificial intelligence and a team of international experts from science and music. A string quartet and a pianist perform two minutes of the AI composition live. (Photo by Ina FASSBENDER / AFP)
Sam Tanson (Déi Gréng), ministre de la Justice, a présenté ce mercredi les grandes lignes du projet informatique «paperless justice». Ce programme, qui ambitionne de créer un portail de référence ou de renforcer l'interconnectivité, devrait voir le jour à l'horizon 2026.
Deux acteurs de la Place ont signé un nouvel accord de partenariat qui doit faire du Luxembourg un centre européen de compétences et d'innovation en matière d'intelligence artificielle (IA) appliquée au service de la finance.
Doctor on blurred background using digital artificial intelligence interface 3D rendering - Image
En discussion depuis la fin 2016, la mise en place d'une nouvelle application capable d'indiquer en temps réel les principales options de déplacement au et vers le Luxembourg sera dévoilée ce mercredi. Avec comme idée maîtresse la mise en valeur des transports en commun
Reportage Mobiliteits-App,Handy,App,Mobiliteit. Foto:Gerry Huberty
Face aux interrogations soulevées par le déploiement de l'intelligence artificielle, la Belgique, le Luxembourg et les Pays-Bas annoncent ce mardi leur volonté de lancer une étude sur le lien entre cette technologie et le comportement des salariés.