Changer d'édition

L'UE se prépare au risque accru d'un «no deal»
International 3 min. 04.09.2019

L'UE se prépare au risque accru d'un «no deal»

La Commission européenne a rappelé le risque de perturbations majeures en cas de départ brutal du Royaume-Uni.

L'UE se prépare au risque accru d'un «no deal»

La Commission européenne a rappelé le risque de perturbations majeures en cas de départ brutal du Royaume-Uni.
Photo: dpa
International 3 min. 04.09.2019

L'UE se prépare au risque accru d'un «no deal»

Bruxelles a lancé mercredi un dernier appel aux Européens pour qu'ils se préparent à un Brexit sans accord et à ses lourdes conséquences.

(AFP) - Pour la Commission européenne, les difficultés rencontrées par le Premier ministre britannique Boris Johnson, dont la stratégie sur le Brexit est contestée par des députés jusque dans son propre camp, renforcent la probabilité d'un départ brutal (ou «no deal») du Royaume-Uni le 31 octobre.

Dans une récente communication rendue publique mercredi, elle souligne que «le peu de temps qui reste et la situation politique au Royaume-Uni ont accru le risque que le Royaume-Uni se retire à cette date sans accord». Un tel scénario «entraînera évidemment des perturbations majeures pour les citoyens et les entreprises et aura de graves répercussions économiques, qui seront proportionnellement bien plus importantes au Royaume-Uni que dans les Etats membres».  


A video grab from footage broadcast by the UK Parliament's Parliamentary Recording Unit (PRU) shows Britain's Prime Minister Boris Johnson reacting as the opposition Labour Party leader Jeremy Corbyn speaks during Prime Ministers Questions (PMQs) session in the House of Commons in London on September 4, 2019. - Prime Minister Boris Johnson headed into a fresh Brexit showdown in parliament on Wednesday after being dealt a stinging defeat over his promise to get Britain out of the EU at any cost next month. (Photo by - / PRU / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / PRU " - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS - EDITORS NOTE THE IMAGE HAS BEEN DIGITALLY ALTERED AT SOURCE TO OBSCURE VISIBLE DOCUMENTS
Johnson engage une nouvelle bataille avec le Parlement
Lors d'échanges acrimonieux à la Chambre des communes, le Premier ministre britannique a mis au défi le leader de l'opposition, Jeremy Corbyn, de soutenir la tenue d'élections le 15 octobre.

La Commission invite les Européens à ne surtout «pas se fonder sur l'hypothèse selon laquelle une troisième prolongation (de la date du Brexit, ndlr) sera demandée par le Royaume-Uni». Mais, d'après un diplomate européen, il est probable que les dirigeants de l'UE accepteraient une telle demande afin d'éviter «un Brexit chaotique».

 «Le principal problème, c'est que le gouvernement et le Parlement britanniques ne s'entendent pas sur ce qu'ils veulent», explique un diplomate. Cette source estime que l'organisation d'élections législatives anticipées le 15 octobre, comme l'a proposé mercredi Boris Johnson, permettrait «une clarification».

Aucune «proposition concrète» pour le backstop

 La Commission se dit prête à «examiner toutes les propositions» britanniques pour parvenir à un accord, en particulier sur la question cruciale de la frontière irlandaise, point d'achoppement des discussions. L'accord sur le Brexit prévoit un «filet de sécurité» - ou «backstop» - qui permettrait de maintenir, en dernier recours, l'ensemble du Royaume-Uni dans l'union douanière afin d'éviter le retour d'une frontière physique entre la province britannique d'Irlande du Nord et la République d'Irlande. 

 Un dispositif dont Boris Johnson ne veut à aucun prix, mais que l'UE considère comme «la seule solution» pour préserver l'accord de paix nord-irlandais et le marché unique... et qu'elle refuse catégoriquement de renégocier sans solution alternative. Or la porte-parole de la Commission, Mina Andreeva, a souligné que les Britanniques n'avaient encore présenté aucune «proposition concrète» pour remplacer ce «backstop». 

Soutien aux Etats et aux travailleurs licenciés

Le conseiller de Boris Johnson sur l'UE, David Frost, est arrivé mercredi à Bruxelles pour des entretiens à huis clos, au niveau technique, dans l'optique d'explorer les solutions alternatives au «backstop». Une source officielle britannique a confié que les pourparlers se poursuivraient et s'intensifieraient tout au long du mois.   Face à l'impasse actuelle, la Commission a présenté de nouvelles mesures d'urgence en cas de «no deal», dernière touche à toute une série de propositions avancées ces derniers mois. 


L'Europe aidera le Luxembourg en cas de «no deal»
L’UE se prépare à soutenir financièrement les États membres les plus touchés par les retombées économiques d’un éventuel Brexit sans accord. Tout comme ses voisins économiquement très liés au Royaume-Uni, le Grand-Duché est concerné.

 Il s'agirait de fournir «un soutien financier» aux personnes et aux Etats membres «les plus touchés par un retrait sans accord» (Irlande, Luxembourg, Allemagne, Pays-Bas, France notamment). Elle propose ainsi d'«étendre le champ d'application du Fonds de solidarité de l'Union européenne» destiné à venir en aide aux Etats membres victimes de catastrophes, afin de «couvrir l'importante charge financière» qui découlerait d'un «no deal». 

 Elle souhaite également que l'actuel Fonds européen d'ajustement à la mondialisation «serve à soutenir les travailleurs» qui seraient «licenciés à la suite d'un retrait sans accord, sous certaines conditions». L'enveloppe mobilisable via ses deux fonds pourra atteindre 780 millions d'euros.


Sur le même sujet

Johnson évoque de nouvelles propositions pour le Brexit
Le Premier ministre britannique a promis, mardi, des nouvelles propositions sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE «très bientôt». Mais il n'a en rien détaillé comment il comptait régler la question de la frontière irlandaise, principal point de blocage.
Britain's Prime Minister Boris Johnson listens to a speech by Britain's Chancellor of the Exchequer Sajid Javid in the main auditorium on the second day of the annual Conservative Party conference at the Manchester Central convention complex in Manchester, north-west England on September 30, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson's office has denied allegations he made unwanted sexual advances towards two women 20 years ago. Journalist Charlotte Edwardes wrote in a column for The Sunday Times that Johnson put his hand on her thigh at a dinner party thrown by the magazine he was editing at the time. (Photo by Oli SCARFF / AFP)
Nouvelle épreuve de force pour Boris Johnson
Un nouveau bras de fer est attendu ce mercredi au parlement britannique entre Boris Johnson et les députés qui veulent empêcher un Brexit sans accord. Une épreuve de force qui pourrait déboucher sur des élections législatives anticipées.
A demonstrator holds up a smoke bomb during a protest outside the Houses of Parliament in central London on September 3, 2019, at a gathering hosted by The People's Assembly Against Austerity. - The fate of Brexit hung in the balance on Tuesday as parliament prepared for an explosive showdown with Prime Minister Boris Johnson's that could end in a snap election. Members of Johnson's own Conservative party, including Philip Hammond, are preparing to join opposition lawmakers in a vote to try to force a delay to Britain's exit from the European Union if he cannot secure a divorce deal with Brussels in the next few weeks. (Photo by Oli SCARFF / AFP)
L'Europe aidera le Luxembourg en cas de «no deal»
L’UE se prépare à soutenir financièrement les États membres les plus touchés par les retombées économiques d’un éventuel Brexit sans accord. Tout comme ses voisins économiquement très liés au Royaume-Uni, le Grand-Duché est concerné.
Juncker de retour aux affaires sur le Brexit
Absent du G7 pour cause d'opération chirurgicale subie le 18 août, le président de la Commission européenne a repris ses activités. Son premier contact a été pour Boris Johnson, le Premier ministre britannique.
Jean-Claude Juncker a eu un contact téléphonique avec le Premier ministre Boris Johnson.
Paris voit un épilogue rapide sur le «backstop»
Emmanuel Macron a estimé jeudi qu'une solution pourrait être trouvée «d'ici 30 jours» sur la question de la frontière irlandaise - clause du «backstop»- afin d'aboutir à une sortie ordonnée du Royaume-uni de l'UE.
French President Emmanuel Macron (R) welcomes Britain's Prime Minister Boris Johnson (L) prior to their meeting at The Elysee Palace in Paris on August 22, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson is visiting Paris, a day after Berlin offered a glimmer of hope that an agreement could be reached to avoid a chaotic "no deal" Brexit. On the second leg of his first foreign visit since taking office, Johnson will meet his French counterpart at the Elysee palace to press home his message that elements of the UK's impending divorce from the European Union must be renegotiated. (Photo by GEOFFROY VAN DER HASSELT / AFP)