Changer d'édition

L'UE rouvre ses frontières à 15 pays
International 4 min. 30.06.2020

L'UE rouvre ses frontières à 15 pays

L'UE rouvre ses frontières à 15 pays

Photo: Shutterstock
International 4 min. 30.06.2020

L'UE rouvre ses frontières à 15 pays

Les États membres ont convenu de laisser rentrer les voyageurs d'une liste de 15 pays au sein de l'espace Schengen à partir de mercredi. Cette liste comprend la Chine sous condition, mais elle exclut les Etats-Unis, selon un communiqué officiel publié mardi.

(AFP) -  Après des jours de tractations, les pays de l'UE ont décidé mardi d'ouvrir le 1er juillet leurs frontières aux ressortissants de 15 pays dont la situation épidémiologique est jugée satisfaisante, ce qui exclut notamment les Etats-Unis. Élaborée par les ambassadeurs des pays de l'Union européenne vendredi, la liste des visiteurs admis dans l'UE et l'espace Schengen, qui sera révisée toutes les deux semaines, compte l'Algérie, l'Australie, le Canada, la Géorgie, le Japon, le Monténégro, le Maroc, la Nouvelle-Zélande, le Rwanda, la Serbie, la Corée du Sud, la Thaïlande, la Tunisie et l'Uruguay.

Elle inclut également la Chine, mais uniquement à condition qu'elle admette sur son sol les visiteurs venant de l'UE, ce qui n'est actuellement le cas que de façon limitée. L'Union a fixé plusieurs critères pour qu'un pays soit sur la liste des admis, notamment un taux de nouveaux cas de covid-19 proche ou en dessous de 16 pour 100.000 habitants (moyenne dans l'UE) sur les 14 derniers jours. Cette évolution positive en Europe ne doit toutefois pas faire illusion: au niveau mondial la pandémie, qui vient de franchir deux seuils symboliques - plus d'un demi-million de morts et dix millions de cas - «est loin d'être finie» et «s'accélère» même, a averti lundi l'Organisation mondiale de la santé (OMS).  

«Nous voulons tous que tout cela se termine. Nous voulons tous reprendre nos vies. Mais la dure réalité est que c'est loin d'être fini», a mis en garde le directeur général de l'Organisation, Tedros Adhanom Ghebreyesus. Le virus continue de faire des ravages en Amérique du Sud, aux Etats-Unis et semble redémarrer en Chine, et dans un «monde divisé» et face à «un manque d'unité nationale et de solidarité mondiale (...) le pire est à venir» , a-t-il prévenu.

L'OMS va envoyer «la semaine prochaine» une équipe en Chine, où ce coronavirus est apparu en décembre, pour déterminer son origine et mieux le comprendre. Selon un comptage effectué par l'AFP 505.652 décès et 10,3 millions de cas étaient officiellement recensés lundi soir. Le nombre des décès répertoriés dans le monde a doublé en un peu moins de deux mois (250.000 le 5 mai) et 50.000 décès supplémentaires ont été enregistrés ces dix derniers jours.

Une «révolution par les infrastructures»

Au Royaume-Uni, le gouvernement a annoncé lundi soir le reconfinement de Leicester et de son agglomération, soit plus de 600.000 habitants, en raison d'une flambée de cas dans cette ville du centre de l'Angleterre, la première à se voir imposer des restrictions locales. Le choc est rude pour la ville, qui se préparait comme le reste de l'Angleterre à rouvrir pubs, restaurants, cinémas et salons de coiffure samedi. A la place, les magasins non essentiels ont dû  abaisser leur rideau mardi et la plupart des écoles fermeront jeudi.

En Grande-Bretagne, où la maladie a fait 43.575 morts et dont le PIB devrait fondre de plus de 10% cette année, le Premier ministre Boris Johnson a promis une «révolution par les infrastructures» inspirée du «New Deal» américain pour relancer une économie frappée de plein fouet par la pandémie. «Cela ressemble à un New Deal (...) parce que c'est ce que l'époque exige: un gouvernement puissant et déterminé qui met ses bras protecteurs autour du peuple en temps de crise», a-t-il déclaré en référence à la politique dite de la «Nouvelle donne» de Franklin D. Roosevelt qui avait permis de relancer l'économie américaine par la demande et l'intervention de l'Etat après la Grande Dépression des années 1930.

Et maintenant, le G4...

Berceau de la pandémie à Wuhan, dans le centre du pays, la Chine croyait en avoir fini avec le virus mais il a refait son apparition mi-juin à Pékin, au point que les autorités ont fermé des écoles et placé en confinement plusieurs milliers de personnes. Pékin a donné son feu vert pour utiliser sur des soldats du pays un vaccin conçu par un institut de recherche militaire et la société pharmaceutique CanSinoBIO.

Des scientifiques issus d'universités chinoises ont publié lundi, dans une revue scientifique américaine, une étude décrivant une souche de virus de grippe porcine découverte en Chine et qui présente les caractéristiques capables de provoquer une future pandémie. Les virus s'appellent G4 et descendent génétiquement de la souche H1N1 à l'origine d'une pandémie en 2009: ils «possèdent tous les traits essentiels montrant une haute adaptabilité pour infecter les humains», écrivent les auteurs.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Situation «extrêmement grave» à Pékin
Reculant en Europe, où les frontières intérieures ont été rouvertes, le nouveau coronavirus resurgit en Chine. La situation épidémique dans la capitale chinoise alerte les autorités après la contamination de plus d'une centaine de personnes.
Passengers wearing face masks walk through a subway station in Beijing on June 15, 2020. (Photo by Noel Celis / AFP)
Déconfinement prudent en Europe, rebond en Asie
Des dizaines de millions de personnes en France, au Luxembourg, en Belgique et en Espagne ont commencé lundi à retrouver une partie de leur liberté de mouvement mais la crainte d'une deuxième vague reste entière au moment où le coronavirus resurgit en Corée du Sud et à Wuhan.
A waiter serves customers at a cafe in Tarragona on May 11, 2020 as Spain moved towards easing its strict lockdown in certain regions. - One of the worst-hit countries, Spain plans a phased transition through to end-June, with around half of the 47 million population being allowed out to socialise to a limited degree from Monday and restaurants offering some outdoor service. (Photo by LLUIS GENE / AFP)
Un nombre de morts plus important en Europe qu'en Asie
Le Vieux continent est devenu mercredi le continent avec le plus de mort dus au coronavirus, selon un comptage réalisé par l'AFP à partir de données officielles. Une donnée qui a poussé la présidente de la Commission européenne à juger que les responsables politiques avaient «sous-estimé» l'ampleur du danger.
Casal Palocco hospital Chief Doctor and cardiac surgeon, Antonino Marchese tours on March 18, 2020 the new COVID 3 level intensive care unit for coronavirus COVID-19 cases at the Casal Palocco hospital near Rome, that is to open later March 18. (Photo by ANDREAS SOLARO / AFP)
Onze millions de personnes mises en quarantaine
La Chine prend les grands moyens contre le nouveau coronavirus qui a commencé à se répandre dans le reste du monde, mettant de facto en quarantaine à compter de jeudi la métropole de Wuhan au cœur de l'épidémie.
A l'intérieur même de Wuhan, les transports publics sont à l'arrêt et les festivités du Nouvel An ont été annulées