Changer d'édition

L'UE pourrait accorder moins de rabais aux Etats
International 2 min. 20.02.2020

L'UE pourrait accorder moins de rabais aux Etats

Le président du Conseil européen, Charles Michel, veut privilégier des «corrections forfaitaires».

L'UE pourrait accorder moins de rabais aux Etats

Le président du Conseil européen, Charles Michel, veut privilégier des «corrections forfaitaires».
Photo : AFP
International 2 min. 20.02.2020

L'UE pourrait accorder moins de rabais aux Etats

Six pays membres bénéficient de réductions dans leur participation au budget de l'Union européenne. Mais avec le départ du Royaume-Uni, la règle pourrait bien être revue.

(AFP) - Des Etats membres de l'UE peuvent-ils bénéficier de réductions à l'heure de participer aux quelque 160 milliards d'euros du budget de l'Union? Ce sera l'une des questions à laquelle il faudra répondre, jeudi, lors du sommet consacré sur les finances de la communauté pour les années 2021 à 2027. Mais difficile de revenir sur cette pratique des «rabais» dans les mœurs depuis trois décennies.

«I want my money back», clamait ainsi la Première ministre britannique Margaret Thatcher dans les années 1980. En 1984, la «Dame de fer» obtient ce fameux «rabais» sur la contribution de son pays. A l'époque, le Royaume-Uni justifie cette mesure par le fait que la redistribution du budget européen se fait alors principalement au travers de la Politique agricole commune (environ 70%). Or le pays n'a pas un important secteur agricole. Le mécanisme permet alors d'abaisser la contribution nationale du Royaume-Uni de près de 66% de sa contribution nette.

Au fil du temps, cinq autres pays membres ont réussi à décrocher ces rabais: Allemagne, Danemark, Pays-Bas, Autriche et Suède. «C'est une jungle en termes de transparence qui sert bien ceux qui en bénéficient», estime un haut responsable européen. Berlin, Amsterdam, Vienne et Stockholm ne paient ainsi que 25% de leur part. L'Allemagne a de fait économisé près de 967 millions d'euros en 2019.

Aujourd'hui, un groupe de 18 Etats membres estime que le Brexit est «une opportunité unique de réformer et moderniser» le calcul du Cadre financier pluriannuel. «Aucun Etat membre ne souffre d'un surpoids budgétaire assez gros pour pouvoir prétendre» à un rabais, assure ce groupe où l'on retrouve France, Espagne, Italie, Pologne, pays baltes ou encore Bulgarie, Roumanie et Hongrie.

Pour la période 2021-2027, le président du Conseil européen Charles Michel propose des «corrections forfaitaires» qui seraient «dégressives». Toutefois, le politique belge ne précise pas si elles seraient appelées à disparaître complètement.

Les pays bénéficiaires de rabais veulent évidemment les conserver, même si le budget de l'UE ne cesse de croître (proche des 160 milliards d'euros de dépenses). «La raison pour laquelle nous avons ces rabais demeure aussi clairement dans la prochaine période que dans l'actuelle», a par exemple expliqué le ministre suédois des Affaires européennes. Pas gagné donc...


Sur le même sujet

Le budget européen discuté par le Luxembourg
Les 27 ayant du mal à se retrouver sur une position commune sur les finances de l'UE pour les années 2021-2027, le commissaire européen au Budget est venu sonder la position de Xavier Bettel.
03.05.2010 Der Oestereichische EU-Kommissar Johannes Hahn, Foto: Serge Waldbillig
Londres durcit son système d'immigration
Le gouvernement britannique dévoile ce mercredi le nouveau système d'immigration à points qui sera utilisé dans le Royaume-Uni post-Brexit, privilégiant les «brillants» cerveaux au détriment des «travailleurs peu qualifiés».
«Nous répondons aux priorités des citoyens en introduisant un nouveau système à points qui fera baisser le nombre d'immigrés», a déclaré la ministre de l'Intérieur, Priti Patel (à dr.)
Londres refuse les règles imposées par l'UE
Le Royaume-Uni entend négocier avec Bruxelles un accord de libre-échange «d'égal à égal» et n'acceptera pas que l'Union européenne contrevienne à sa liberté de fixer ses propres règles, prévient le négociateur britannique sur le Brexit, David Frost.
Boris Johnson espère conclure un accord de libre-échange du même type que ceux récemment négociés par l'UE avec le Canada ou le Japon
Barnier et une «coopération intelligente» pour la Place
Le monsieur Brexit de l'Union européenne a effectué une visite de travail au Luxembourg ce lundi. Il a pu entendre les doléances luxembourgeoises sur l'après-Brexit pour préparer les négociations d'un accord de libre-échange avec Londres.
Pol, Conférence de presse avec Michel Barnier et Xavier Bettel, Premier Ministre au Château de Senningen, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le Brexit, un trou béant dans les finances de l'UE
Douze milliards d'euros par an à partir de 2021, c'est le manque financier que laissera le départ du Royaume-Uni au budget européen. Ce qui complique encore les négociations entre les 27 sur le prochain budget à long terme de l'Union européenne.
(FILES) In this file photo taken on January 05, 2020, the flags of the United Kingdom and the European Union are pictured. - Britain is set to leave the European Union at 2300 GMT on January 31, 2020, 43 months after Britons voted in the June 2016 referendum to leave the EU, ending more than four decades of economic, political and legal integration with its closest neighbours. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)