Changer d'édition

L'UE ouvre une enquête contre Ikea
International 3 min. 18.12.2017 Cet article est archivé
Avantages fiscaux indus

L'UE ouvre une enquête contre Ikea

Selon les eurodéputés verts, le géant suédois aurait évité de payer au moins un milliard d'euros d'impôts entre 2009 et 2014.
Avantages fiscaux indus

L'UE ouvre une enquête contre Ikea

Selon les eurodéputés verts, le géant suédois aurait évité de payer au moins un milliard d'euros d'impôts entre 2009 et 2014.
Photo: AFP
International 3 min. 18.12.2017 Cet article est archivé
Avantages fiscaux indus

L'UE ouvre une enquête contre Ikea

La Commission européenne a ouvert lundi une enquête contre le Suédois Ikea, numéro un mondial de l'ameublement, qu'elle soupçonne d'avoir bénéficié d'avantages fiscaux indus de la part des Pays-Bas.

(AFP) – La Commission européenne a ouvert lundi une enquête contre le Suédois Ikea, numéro un mondial de l'ameublement, qu'elle soupçonne d'avoir bénéficié d'avantages fiscaux indus de la part des Pays-Bas.

Cette investigation est l'une des plus importantes lancées jusqu'ici par Bruxelles à l'encontre d'une multinationale européenne soupçonnée de montages fiscaux.

Bruxelles a en effet fait de la lutte contre l'évasion fiscale l'une de ses priorités, comme l'avait notamment illustré à l'été 2016 le cas du géant Apple en Irlande.

Dans le collimateur de la Commission européenne: Inter Ikea, société qui exploite l'activité de franchise d'Ikea. «Nous allons procéder à un examen minutieux du traitement fiscal que les Pays-Bas leur ont appliqué», a expliqué l'exécutif européen dans un communiqué.

Ikea réagit

La Commission européenne craint en effet qu'Inter Ikea ait obtenu «des avantages fiscaux, dont ne peuvent bénéficier d'autres sociétés soumises aux mêmes règles fiscales aux Pays-Bas». Si c'est le cas, ce serait contraire au principe de concurrence, dont la Commission est la gardienne dans toute l'UE.

«Toutes les sociétés, grandes ou petites, multinationales ou non, doivent payer leur juste part d'impôts», a argué la commissaire européenne à la Concurrence Margrethe Vestager dans un communiqué.

Ikea a réagi en estimant être imposé «conformément aux règles européennes».

«Les Pays-Bas vont pleinement coopérer avec la Commission européenne pour l'aider dans son enquête», a promis de son côté un haut responsable néerlandais à Bruxelles, dans une déclaration à l'AFP.

Une entité basée au Luxembourg

La Commission européenne n'a pas donné de chiffre précis sur le montant des avantages fiscaux dont aurait pu bénéficier Ikea, mais, selon les eurodéputés verts, le géants suédois aurait évité de payer au moins un milliard d'euros d'impôts entre 2009 et 2014.

Pour son enquête, Bruxelles va se pencher plus particulièrement sur deux périodes: de 2006 à 2011, puis de 2011 jusqu'à aujourd'hui.

Pendant la première période, Inter Ikea a été autorisé par les autorités néerlandaises à verser une redevance de licence à une autre entité d'Ikea basée au Luxembourg. Ces revenus n'y étaient pas soumis à l'impôt.

Selon une source proche de la Commission, sont concernés plusieurs centaines de millions d'euros pour chaque année de la période.

Meubles d'arrangements

Pendant la seconde période, de fin 2011 à nos jours, après un changement de législation au Luxembourg imposé par Bruxelles, Inter Ikea a trouvé un nouvel arrangement avec les Pays-Bas. Cette fois-ci, il s'est entendu sur un prêt octroyé par une filiale basée au Liechtenstein, qui lui a également permis d'échapper à l'impôt.

Cette enquête de la Commission fait suite à un rapport publié par les eurodéputés verts en février 2016, dans lequel ils avaient dénoncé «la stratégie de planification fiscale agressive» du géant de l'ameublement suédois.

Les Verts -qui avaient alors incité Mme Vestager et son homologue à la Fiscalité, Pierre Moscovici, à lancer une procédure d'examen afin de vérifier l'existence d'une possible infraction à la législation européenne sur la concurrence- se sont félicités de la décision de la Commission.

«Plus grand paradis fiscal au monde»

«C'est un grand succès pour les Verts car c'est nous qui sommes à l'origine de cette enquête», a réagi auprès de l'AFP Sven Giegold, eurodéputé écologiste spécialiste des questions fiscales.

«Nous espérons que cela va aboutir à ce que Ikea soit sommé par la Commission européenne de rembourser» aux Pays-Bas les impôts qu'il n'a pas payés, a ajouté l'eurodéputé allemand, sans toutefois spéculer sur un quelconque montant.

M. Giegold s'est emporté contre les Pays-Bas, qu'il a qualifié de «plus grand paradis fiscal au monde pour les grandes entreprises». Une attitude fort regrettable, selon lui, pour un pays fondateur de l'Union.

A ce jour, la Commission européenne a conclu cinq enquêtes sur des pratiques fiscales jugées illégales, à la suite desquelles elle a ordonné à quatre pays (Luxembourg, Pays-Bas, Belgique, Irlande) d'exiger le remboursement d'avantages indus qu'ils ont accordés à de grandes entreprises, dont Starbucks (Pays-Bas), Apple (Irlande), Amazon et Fiat (Luxembourg).


Sur le même sujet

Le constructeur italien a subi une première défaite dans sa bataille contre l'Union européenne qui l'oblige à rembourser des avantages fiscaux indus au Grand-Duché. Ce qui n'est pas le cas de Starbucks dont les rulings ont été validés mardi par la Cour européenne de justice de l'UE.
A picture taken on September 24, 2019 at a car dealer in Brussels shows the logo of italian carmaker Fiat. - An EU court on September 24, 2019 annulled an order by Brussels that Starbucks pay 30 million euros in taxes to the Netherlands, saying European regulators had failed to demonstrate illegal state aid. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
La Commission européenne est de nouveau passée à l'offensive mercredi contre les montages fiscaux des géants américains du net, avec dans son viseur les pratiques d'Amazon au Luxembourg et celles d'Apple en Irlande.
Amazon rétorque: «Nous pensons qu'Amazon n'a reçu aucun traitement spécial de la part du Luxembourg et que nous avons payé nos impôts en totale conformité à la fois avec les règles fiscales internationales et luxembourgeoises».
La Belgique est à son tour soupçonnée de favoriser les multinationales par des pratiques fiscales aussi avantageuses qu'injustifiées, trois mois après le scandale LuxLeaks au Luxembourg et en pleine offensive de l'administration américaine pour empêcher les fleurons de son économie d'échapper à l'impôt.
Le siège de la Commission européenne à Bruxelles
La Commission européenne juge "légitime" d'utiliser dans ses propres enquêtes les informations révélées à l'occasion du scandale "LuxLeaks" sur un système d'évasion fiscale mettant en cause le Luxembourg.
Price Waterhouse Coopers, la société par laquelle le scandale est arrivé
Des accords fiscaux secrets entre le Luxembourg et 340 multinationales, dont Apple, Amazon, Ikea, Pepsi ou Axa, afin de minimiser leurs impôts, sont révélés jeudi par 40 médias internationaux s'appuyant sur des documents obtenus par le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ).
Pierre Gramegna, ministre des finances, donnera ce jeudi à 15 heures, une conférence de presse sur les accords fiscaux qui intriguent la Commission européenne.