Changer d'édition

L'UE menacée par l'euroscepticisme?
International 5 min. 12.05.2022
Europe

L'UE menacée par l'euroscepticisme?

Emmanuel Macron et  Olaf Scholz ou l'incarnation du couple franco-allemand.
Europe

L'UE menacée par l'euroscepticisme?

Emmanuel Macron et Olaf Scholz ou l'incarnation du couple franco-allemand.
Photo: AFP
International 5 min. 12.05.2022
Europe

L'UE menacée par l'euroscepticisme?

Charles MICHEL
Charles MICHEL
Les eurosceptiques représentent un quart des députés du Parlement européen. Nécessaire à la vie démocratique, cette voix dissonante ne serait pas si néfaste. Au contraire...

Où en est-on avec l'euroscepticisme? A la lecture de l'Eurobaromètre 96, collection hiver 2021-2022, on pouvait relever que dans 13 des 27 Etats membres, la confiance en l'Union européenne ne dépassait pas les 49%. Un an plus tôt, le même institut indiquait que 49% des Européens étaient favorables à l'UE et précisait même que ce score n'avait jamais été aussi haut depuis le printemps... 2008. Alors, qu'en est-il exactement du ressentiment européen? 


HANDOUT - 11.03.2021, Frankfurt: Christine Lagarde, die Präsidentin der Europäischen Zentralbank (EZB), spricht während einer Pressekonferenz im Anschluss an die Sitzung des EZB-Rates der Europäischen Zentralbank. Foto: Martin Lamberts/EZB/dpa - ACHTUNG: Nur zur redaktionellen Verwendung und nur mit vollständiger Nennung des vorstehenden Credits +++ dpa-Bildfunk +++
«L'euro a contribué à unir les Européens»
La présidente de la Banque centrale européenne souhaite son anniversaire à l'euro. Au 1er janvier 2022, la monnaie européenne soufflera sa vingtième bougie.

Marc Angel (Groupe de l'Alliance Progressiste des Socialistes et Démocrates) n'est guère inquiet. L’eurodéputé luxembourgeois appuie son argumentation sur un autre type de sondage : l'élection. «Les deux dernières en date, en Slovénie et en France, ont vu la victoire des pro-européens.» A Ljubljana, les législatives ont vu le succès du parti europhile du Mouvement pour la Liberté; dans l'Hexagone, la présidentielle a permis à Emmanuel Macron de décrocher un deuxième mandat aux dépens de Marine Le Pen, plébiscitée toutefois de près de 42% des suffrages exprimés. 

Faire bande à part et s'isoler du monde, c'est tout simplement suicidaire

Charles Goerens (Groupe Renew Europe)

Au Grand-Duché, seuls 43% des Luxembourgeois se disaient confiants en l'UE, suffisant pour le placer parmi les cinq derniers en compagnie de la Slovaquie (43), de l'Autriche (42), de la Grèce (39) et de la... France (32). Omniprésente durant la campagne présidentielle hexagonale, l'Europe était, avec la sécurité et l'immigration, l'un des sujets les plus prégnants dans les médias. Charles Goerens (Groupe Renew Europe) ne cache pas son inquiétude face à cette «internationalisation de l'extrême droite proche de la Russie». 


This photograph taken on April 21, 2022 in Paris shows of French far-right Rassemblement National (RN) party and presidential candidate Marine Le Pen with a sticker depicting a veiled woman. (Photo by JOEL SAGET / AFP)
Les partis luxembourgeois alertent sur le danger Le Pen
Dans une lettre ouverte le LSAP appelle les électeurs du Grand Est à voter Emmanuel Macron. Les politiciens luxembourgeois des autres partis alertent aussi sur le danger d'une victoire de Marine Le Pen pour le Grand-Duché.

Qu'ils soient de gauche ou de droite, les partis eurosceptiques ont en commun «la détestation de l'establishment» et ont, selon le député DP, «une vision assez courte de l'Etat ainsi que de leur propre avenir». «Mais faire bande à part et s'isoler du monde, c'est tout simplement suicidaire», poursuit-il avant ce clin d'œil à Laurent Fabius, ancien chef du gouvernement de François Mitterand (1984-1986): «Les populistes, ce sont de fausses réponses à de vraies questions...» Pour Charles Goerens, il ne faudrait pas oublier que l'orientation donnée à une question n'est jamais anodine. «Les médias détenus par (Robert) Murdoch ont inondé l'Angleterre de fake news qui sont à l'origine du Brexit.»

Existe-t-il un risque de voir l'un ou l'autre Etat membre suivre le même chemin? «Il faut rester vigilant, martèle Charles Goerens, guère rassuré par la présence de Steve Bannon à Bruxelles. L'ancien stratège de Donald Trump ambitionne de fédérer l'extrême droite européenne. Sur les 705 sièges que compte le Parlement, 24% d'entre eux sont occupés par des opposants à tout eurofédéralisme. Répartis entre le Groupe des conservateurs et des réformistes européens (63), Identité et Démocratie (70) et les non-inscrits (37), ils occupent le flanc droit de l'échiquier. 

«Plus conflictuel, plus politique et moins technique»

Au fond, cette opposition est-elle une si mauvaise chose pour le Parlement? Nathalie Brack est convaincue du contraire. Dans un entretien accordé en 2014 à la Fondation Wiener-Anspach, l'auteure de L'euroscepticisme au sein du Parement européen expliquait que «la présence d'eurosceptiques renforce la représentativité de l'assemblée, puisque ces députés représentent des franges de la population qui sont tout aussi légitimes». 

Aussi, la Belge qui enseigne à l'Université libre de Bruxelles, ajoute ceci: «La présence croissante d’eurosceptiques a provoqué d’une part l’irruption d’un style plus conflictuel, plus politique et moins technique, ce qui permet aux citoyens de s’identifier plus facilement avec les enjeux, de comprendre l’impact des politiques européennes sur leur vie quotidienne et donc aussi l’importance d’aller voter.»

Voir un Luxembourgeois voter pour un Italien, un Allemand ou un Belge, c'est quand même un grand pas en avant, non?

Tilly Metz (Groupe des Verts/Alliance libre européenne)

Ces voix dissonantes, on les retrouve aussi à gauche. Ainsi, le Groupe confédéral de la Gauche unitaire européenne/Gauche verte nordique (39 sièges) au sein duquel figurent des représentants de la France Insoumise, de Die Linke (Allemagne) ou de Syriza (Grèce) se dit «eurosceptique modéré».

 Au Luxembourg, où l'on observe toujours avec beaucoup d'attention ses voisins, on ne verrait pas d'un bon œil une éventuelle arrivée de Jean-Luc Mélenchon au poste de Premier ministre en France. «Ce serait la fin du couple franco-allemand tel qu'on le connait», assure Charles Goerens. «Espérons que son association avec les socialistes et les Verts l'assagisse un peu...» Marc Angel, lui, n'est pas un fervent supporter du tribun de la France Insoumise. «Je n'aime pas sa désobéissance à l'Europe.»


France's President Emmanuel Macron (L), European Parliament president Roberta Metsola (C) and European Commission President Ursula von der Leyen (R) hold a joint press conference at the Conference on the Future of Europe and the release of its report with proposals for reform, in Strasbourg, eastern France, on May 9, 2022. (Photo by Ludovic MARIN / POOL / AFP)
Macron et von der Leyen veulent réformer l'UE
Le président français Emmanuel Macron et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, se sont dits lundi favorables à des changements des traités européens afin de rendre l'UE plus «efficace et indépendante», une proposition qui se heurte déjà à l'opposition de près de la moitié des Etats membres.

Pour Tilly Metz (Groupe des Verts/Alliance libre européenne), «l'Europe est une aventure» qui s'écrit de manière permanente. Ainsi, le 3 mai, elle a voté en faveur de l'adoption d'une proposition visant à réformer les élections européennes afin de n'en faire qu'une seule et pas 27. «Voir un Luxembourgeois voter pour un Italien, un Allemand ou un Belge, c'est quand même un grand pas en avant, non?» 

Pour avancer plus vite, Emmanuel Macron et Ursula von der Leyen, la présidente de la Commission, souhaitent une réforme des traités et l'abandon du vote à l'unanimité pour la majorité qualifiée. Une manière de réduire l'euroscepticisme à sa plus simple expression? 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La ministre allemande de la Défense, Ursula von der Leyen, candidate des 28 dirigeants de l'UE pour prendre la tête de la Commission européenne, a rencontré ce jeudi matin à Bruxelles le président sortant Jean-Claude Juncker.
Outgoing president of the European Commission Jean-Claude Juncker (R) meets with German Defence minister and newly-appointed EU Commission Chief Ursula von der Leyen in Brussels on July 4, 2019. (Photo by Fran�ois WALSCHAERTS / AFP)
Les Européens se sont rendus aux urnes en rangs serrés pour élire le nouveau Parlement européen, au dernier jour du scrutin entamé jeudi aux Pays-Bas et Royaume-Uni, qui s'est achevé dimanche dans 21 pays dont l'Allemagne, la France, l'Italie et l'Espagne.