Changer d'édition

L'UE face au défi d'une armée commune
International 4 min. 11.05.2022
Europe

L'UE face au défi d'une armée commune

L'UE souhaite mutualiser davantage ses achats concernant l'armement.
Europe

L'UE face au défi d'une armée commune

L'UE souhaite mutualiser davantage ses achats concernant l'armement.
Photo: AFP
International 4 min. 11.05.2022
Europe

L'UE face au défi d'une armée commune

Charles MICHEL
Charles MICHEL
La guerre en Ukraine a fait ressurgir la question de la défense commune. Un secteur dans lequel l'UE a incontestablement pris un sérieux retard.

«Armée européenne». Ce vieux serpent de mer, dont personne n'a jamais vu la queue ou la tête, a laissé place à un autre concept : celui d'une Union de la défense. Depuis l'invasion des forces russes en Ukraine le 24 février dernier, l'idée semble légitime et nécessaire. «L'armée doit être la servante de la paix...»  


European Union High Representative for Foreign Affairs and Security Policy Josep Borrell rings the bell at the start of a Foreign Affairs Council (FAC) meeting at the EU headquarters in Brussels on March 21, 2022. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
L'Union européenne élabore sa stratégie de défense
L'Union européenne a approuvé lundi la constitution d'une force de 5.000 combattants et s'est engagée sur une augmentation de ses dépenses militaires afin d'être en mesure de mener seule des interventions d'ici 2025.

La formule de l'eurodéputé luxembourgeois Charles Goerens (groupe Renew Europe) rappelle la fameuse maxime latine «Si vis pacem, para bellum (si tu veux la paix, prépare la guerre)». Or, l'actualité met en lumière les lacunes et le manque de cohésion militaire de l'Union européenne. «L'Union européenne est en danger. L'agression de la Russie contre l'Ukraine n'est pas de la rhétorique et constitue un rappel à l'ordre», assurait Josep Borrell, chef de la diplomatie européenne, au mois de mars dernier. 

100.000 Américains déployés en Europe

En juin 2007, le traité de Lisbonne ambitionnait déjà de renforcer la politique européenne de sécurité et de défense commune (PSDC). Or, face aux éventuelles menaces extérieures, l'UE compte essentiellement sur l'Organisation du traité de l'Atlantique Nord (OTAN) - et donc des Etats-Unis - pour assurer sa sécurité en cas de menace extérieure. Ainsi, au 7 mars, avec quelque 100.000 soldats  déployés en Europe et la livraison d'avions de chasse,  les Américains ont participé au renforcement des capacités de défense de l'Alliance sur son flanc est. Sans l'aide du pays à la bannière étoilée, l'UE pourrait-elle assurer seule sa propre sécurité? Pas sûr. 


Ukrainian Preident Volodymyr Zelensky speaks during a joint press conference with UN Secretary-General following their talks in Kyiv on April 28, 2022. - The Security Council failed to go far enough in its efforts to "prevent and end" Russia's war in Ukraine, UN Secretary-General  admitted while visiting Kyiv. (Photo by Sergei SUPINSKY / AFP)
L'Ukraine dans l'UE? «Cela ne va pas se faire en deux ans»
Favorables à son intégration au sein de l'Union européenne, les eurodéputés luxembourgeois estiment que le pays de Volodomyr Zelensky devra au préalable donner quelques garanties...

«J'aime bien le concept d'armée européenne, mais celle-ci serait trop compliquée à mettre en place. En revanche, une Union de la défense est envisageable», déclare Christophe Hansen (groupe du Parti Populaire Européen). Charles Goerens, lui, estime qu'il doit y avoir une «convergence des systèmes de défense». Pour cela, le matériel doit être interopérationnel et complémentaire. 

Il faut préserver la démocratie et développer la notion d'Etat de droit tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des frontières européennes.

Tilly Metz (groupe des Verts/Alliance libre européenne)

Selon l'Eurobaromètre publié le 11 avril mais dont l'étude fut effectuée entre le 18 janvier et le 14 février, soit dix jours avant le début de la guerre en Ukraine, 77% des Européens étaient favorables à une politique de défense et de sécurité commune aux Etats membres. Reste à en définir les grandes lignes. Pour cela, Marc Angel (groupe de l'alliance progressiste des socialistes et démocrates) se réfère au discours de Mario Draghi, le 3 mai, devant le Parlement à Strasbourg. 


L'action de l'UE en Ukraine satisfait la moitié des résidents
Aide humanitaire, don de matériel militaire, accueil de réfugiés... Depuis le début de la guerre en Ukraine, l'Union européenne a multiplié les initiatives pour aider son voisin. Et ce n'est pas du goût de tous, selon la dernière enquête Eurobaromètre.

Ce jour-là, l'ex-président de la Banque centrale européenne (2011-2019) et actuel Premier ministre italien s'est longuement exprimé sur l'avenir d'une Europe qu'il veut réformer. Il en appelle à un «fédéralisme pragmatique» et souhaite que les Etats membres coordonnent leurs efforts militaires : «Nos dépenses de sécurité sont environ trois fois supérieures à celles de la Russie, mais elles sont réparties en 146 systèmes de défense. Les Etats-Unis n'en ont que 34...» Ainsi, les achats en commun ont diminué. Avec 4,1 milliards de dollars, les dépenses liées à la défense coopérative ont baissé de 13%. En 2008, et alors que le sujet n'était pas si brûlant, elles étaient de 6,3 milliards.

«Pas qu'une question militaire»

Pour ce chantier, Mario Draghi estime que «les décisions ne peuvent plus être prises à l'unanimité mais à la majorité qualifiée». Cette vision, conforme à cette réforme de l'UE que souhaite le président français, Emmanuel Macron, et son homologue de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, ne fait pas l'unanimité puisque pas moins de 13 pays dont la Pologne, la Roumanie, la Finlande et la Suède ont d'ores et déjà fait part de leur réticence. 

Pour Marc Angel, l'UE se doit de «rationaliser et optimiser ses dépenses militaires» et être «moins dépendante des Etats-Unis». Créé en juin 2017, le  Fonds européen de défense encourage, comme il est stipulé sur son site officiel, «la compétitivité, l'efficacité et la capacité d'innovation de la base industrielle et technologique de défense européenne dans l'UE» et dispose pour la période 2021-2027 d'un budget total de 7,953 milliards d'euros. 

De son côté, dans une «approche très féministe», Tilly Metz ( groupe des Verts/Alliance libre européenne) dit se «méfier d'une éventuelle hystérie» sur le sujet. «La sécurité n'est pas qu'une question militaire, mais s'appuie aussi sur une aide humanitaire. Il faut préserver la démocratie et développer la notion d'Etat de droit tant à l'intérieur qu'à l'extérieur des frontières européennes.»  Certes, mais qui veut la paix... 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les eurosceptiques représentent un quart des députés du Parlement européen. Nécessaire à la vie démocratique, cette voix dissonante ne serait pas si néfaste. Au contraire...
German Chancellor Olaf Scholz and French President Emmanuel Macron (L) wave as they visit the landmark Brandenburg Gate illuminated in the colors of the Ukrainian flag in Berlin on May 9, 2022, to show solidarity with Ukraine amid the ongoing Russian invasion. (Photo by John MACDOUGALL / AFP)
Le président français Emmanuel Macron et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, se sont dits lundi favorables à des changements des traités européens afin de rendre l'UE plus «efficace et indépendante», une proposition qui se heurte déjà à l'opposition de près de la moitié des Etats membres.
France's President Emmanuel Macron (L), European Parliament president Roberta Metsola (C) and European Commission President Ursula von der Leyen (R) hold a joint press conference at the Conference on the Future of Europe and the release of its report with proposals for reform, in Strasbourg, eastern France, on May 9, 2022. (Photo by Ludovic MARIN / POOL / AFP)
Aide humanitaire, don de matériel militaire, accueil de réfugiés... Depuis le début de la guerre en Ukraine, l'Union européenne a multiplié les initiatives pour aider son voisin. Et ce n'est pas du goût de tous, selon la dernière enquête Eurobaromètre.
L'Union européenne a approuvé lundi la constitution d'une force de 5.000 combattants et s'est engagée sur une augmentation de ses dépenses militaires afin d'être en mesure de mener seule des interventions d'ici 2025.
European Union High Representative for Foreign Affairs and Security Policy Josep Borrell rings the bell at the start of a Foreign Affairs Council (FAC) meeting at the EU headquarters in Brussels on March 21, 2022. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Une armée européenne, que le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a appelée de ses vœux en pleine période de tension avec la Russie, est une chimère vieille de 60 ans qui n'a jamais réussi à prendre corps, soulignent les analystes.
"Une armée commune à tous les Européens ferait comprendre à la Russie que nous sommes sérieux quand il s'agit de défendre les valeurs de l'Union européenne", avait expliqué M. Juncker au journal allemand Welt am Sonntag.
Pour être pris au sérieux par la Russie
Jean-Claude Juncker, Le président de la Commission européenne, a appelé dimanche à la création d'une armée européenne, au vu notamment des relations de plus en plus tendues avec la Russie sur le sujet de l'Ukraine.
Jean-Claude Juncker: "Une telle armée nous aiderait à mettre au point une politique étrangère et de sécurité commune".