Changer d'édition

L'UE exige l'arrêt de l'offensive turque en Syrie
International 09.10.2019

L'UE exige l'arrêt de l'offensive turque en Syrie

Les premières manœuvres d'engins militaires ont été dénoncées par la France et l'Union européenne.

L'UE exige l'arrêt de l'offensive turque en Syrie

Les premières manœuvres d'engins militaires ont été dénoncées par la France et l'Union européenne.
Photo: AFP
International 09.10.2019

L'UE exige l'arrêt de l'offensive turque en Syrie

Le président de la Commission européenne a demandé mercredi la fin des combats en terres kurdes. Jean-Claude Juncker a averti qu'aucun financement européen ne serait accordé «pour une zone de sécurité» dans ce secteur.

(AFP) - «La Turquie doit cesser l'opération militaire en cours. Elle ne donnera pas de résultat. Et si le plan de la Turquie est la création d'une zone de sécurité, n'attendez pas de financement de l'Union européenne.» Le message de Jean-Claude Juncker a été très clair, mercredi, devant le Parlement européen réuni à Bruxelles.

Si le président de la Commission européenne, jusqu'au 1er novembre, reconnait volontiers que la Turquie a des problèmes de sécurité à sa frontière avec la Syrie, il a appelé Ankara à agir avec retenue. «Une incursion exacerbera les souffrances des civils, ce qui est déjà au-delà de ce que les mots peuvent décrire», a-t-il affirmé.

Contre les terroristes

Le message de Jean-Claude Juncker fait écho à la déclaration de ce même jour signée du président turc, Recep Tayyip Erdogan. Ce dernier a annoncé le début d'une nouvelle opération militaire contre la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), soutenue par les pays occidentaux, mais bête noire d'Ankara.

Cette opération vise, selon lui, «les terroristes des YPG et de Daech (acronyme arabe du groupe Etat islamique)» et a pour objectif de mettre en place une «zone de sécurité» dans le nord-est de la Syrie. La zone de sécurité que nous allons créer va permettre le retour des réfugiés syriens dans leur pays», a-t-il assuré.


Sur le même sujet

Asselborn «condamne» l'action militaire turque
La Turquie a lancé depuis trois jours une offensive contre les forces kurdes du nord-est de la Syrie, faisant fi des mises en garde internationales. Le Luxembourg, par la voix de son ministre des Affaires étrangères, appelle Erdogan à «cesser» son opération.
Asselborn sur la politique de l’immigration et l’asile au Luxembourg - Photo : Pierre Matgé
Les premières victimes de l'offensive turque en Syrie
La Turquie a lancé mercredi, comme elle s'y était engagée, son offensive contre les forces kurdes du nord-est de la Syrie, alliées des Occidentaux dans la lutte antijihadistes. La Turquie fait fi des mises en garde internationales.
TOPSHOT - Civilians ride a pickup truck as smoke billows following Turkish bombardment on Syria's northeastern town of Ras al-Ain in the Hasakeh province along the Turkish border on October 9, 2019. - Turkey launched an assault on Kurdish forces in northern Syria with air strikes and explosions reported along the border. President Recep Tayyip Erdogan announced the start of the attack on Twitter, labelling it "Operation Peace Spring". (Photo by Delil SOULEIMAN / AFP)
Erdogan rencontre Poutine à Moscou
Le président russe a accueilli mardi son homologue turc, les deux dirigeants cherchant à trouver un terrain d'entente sur la Syrie où des combats meurtriers ont repris dans la région d'Idleb.
Russian President Vladimir Putin (R) and his Turkish counterpart Recep Tayyip Erdogan deliver a joint speech during the opening ceremony of the MAKS-2019 International Aviation and Space Salon in Zhukovsky outside Moscow on August 27, 2019. (Photo by Alexey NIKOLSKY / SPUTNIK / AFP)