Changer d'édition

L'UE exhorte Erdogan à respecter l'accord sur les migrants
International 3 min. 10.03.2020 Cet article est archivé

L'UE exhorte Erdogan à respecter l'accord sur les migrants

Le Président du Conseil européen Charles Michel (au centre) et la présidente de la Commission Ursula von der Leyen ont reçu le chef de l’exécutif turc Recep Tayyip Erdogan à Bruxelles.

L'UE exhorte Erdogan à respecter l'accord sur les migrants

Le Président du Conseil européen Charles Michel (au centre) et la présidente de la Commission Ursula von der Leyen ont reçu le chef de l’exécutif turc Recep Tayyip Erdogan à Bruxelles.
Photo: AFP
International 3 min. 10.03.2020 Cet article est archivé

L'UE exhorte Erdogan à respecter l'accord sur les migrants

Les dirigeants de l'UE ont exhorté, lundi, la Turquie à respecter les termes d'un accord visant à éloigner les migrants des frontières européennes. La discussion «franche» avec le président turc Erdogan, venu à Bruxelles réclamer du soutien, après avoir ouvert ses frontières au passage des réfugiés.

(AFP) – Les dirigeants de l'UE ont exhorté, lundi, Ankara à respecter les termes d'un accord visant à éloigner les migrants des frontières européennes, lors d'une conversation «franche» avec le président turc, venu à Bruxelles réclamer du soutien. Une certaine tension était visible après la discussion, Recep Tayyip Erdogan ayant notamment choisi de se rendre directement à l'aéroport plutôt que de tenir une conférence de presse avec la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, et celui du Conseil européen, Charles Michel.

«Il est clair que nous avons nos désaccords, mais nous nous sommes parlé franchement [...] C'était une bonne conversation», a affirmé Mme von der Leyen. Charles Michel a lui appelé la Turquie à «respecter les engagements» issus de l'accord UE-Turquie de mars 2016, qui prévoit que les migrants restent en Turquie, en échange d'une aide financière européenne. Or, le dirigeant turc, qui demande plus de soutien face à la situation en Syrie, a décidé d'ouvrir ses frontières au passage des migrants et des réfugiés pour faire pression sur les pays européens.  


TOPSHOT - A man helps an injured boy following an air strike by pro-Syrian regime forces in the town Maarrat Misrin in Syria�s northwestern Idlib province, on February 25, 2020. (Photo by Mohammed AL-RIFAI / AFP)
Dans l'oeil du cyclone
2016, Alep en Syrie est sous les bombes. Hamza, jeune chirurgien, opère les blessés, son épouse Waad filme la guerre, pour Sama, leur fille, afin que plus tard elle sache.

Des milliers de migrants, qui tentent de rejoindre l'Union, sont depuis regroupés à la frontière gréco-turque. Le président turc, qui avait dit à son arrivée à Bruxelles vouloir «porter les relations entre l'Europe et la Turquie à un niveau bien plus fort», ne s'est pas exprimé après cette rencontre.  

 M. Erdogan et les deux dirigeants européens ont chargé le chef de la diplomatie de l'UE, Josep Borrell, et son homologue turc, Mevlut Cavusoglu, «de clarifier la mise en oeuvre de l'accord» UE-Turquie «pour être certains» que les deux parties en ont «la même interprétation», a expliqué M. Michel. «Il est bon que les lignes de communication avec la Turquie restent ouvertes et actives», a pour sa part insisté Mme von der Leyen, pour qui l'accord de 2016 est «toujours en vigueur». Ankara juge cependant insuffisante l'aide octroyée pour la prise en charge de quatre millions de migrants et de réfugiés, principalement Syriens, qu'elle accueille depuis des années.  


Migrants walk as police push back them back from Moria camp who gathered near the port of Mytilene on the island of Lesbos, hoping to get a ferry to Athens on March 4, 2020. - Turkey's president warned on Wednesday that a fresh migrant crisis could be resolved only if Europe supports its efforts in Syria, as violent clashes broke out between refugees and police on the Greek border. (Photo by LOUISA GOULIAMAKI / AFP)
Le Luxembourg recueillera 12 réfugiés mineurs
«Au XXIe siècle, on ne devrait pas jouer avec la vie des gens qui sont dans la misère», estime Jean Asselborn. Le ministre des Affaires étrangères a annoncé au conseil extraordinaire consacré à la crise migratoire à la frontière gréco-turque que son pays accueillera 12 enfants non accompagnés.

Après la crise de 2015-2016 pour laquelle l'UE avait mis en place des solutions temporaires de relocalisation des migrants, la réforme des règles sur l'asile en Europe a calé. Mme von der Leyen a indiqué lundi que la Commission allait publier une nouvelle proposition «juste après Pâques». Depuis Berlin, le gouvernement allemand a annoncé qu'une coalition de pays «volontaires»(dont, outre l'Allemagne, la France, le Portugal, le Luxembourg et la Finlande) de l'UE envisage de prendre en charge jusqu'à 1.500 enfants migrants bloqués sur les îles grecques. 

L'offensive du régime syrien, appuyée par Moscou, contre la province d'Idleb (Nord-Ouest), dernier bastion rebelle en Syrie, a provoqué une catastrophe humanitaire, avec près d'un million de personnes déplacées. Plus de 1.700 d'entre elles sont arrivées sur les îles grecques, venant s'ajouter aux 38.000 déjà présentes qui surpeuplent les camps de réfugiés.


Sur le même sujet

Erdogan devra s'expliquer à Bruxelles
Le président turc se rend lundi devant les dirigeants de l'Union européenne pour aborder la question migratoire alors que des pays «volontaires» du bloc des 27 envisagent de prendre en charge 1.500 enfants migrants bloqués sur les îles grecques.
Turkish President Recep Tayyip Erdogan looks on as he and his Russian counterpart hold a joint press statement following their talks at the Kremlin in Moscow on March 5, 2020. (Photo by Pavel Golovkin / POOL / AFP)
Le chantage d'Ankara met les 27 au pied du mur
Visite des dirigeants de l'UE en Grèce et en Turquie, réunion en urgence des ministres mercredi à Bruxelles: les 27 se mobilisent face au chantage d'Ankara qui a décidé de laisser passer les migrants, réveillant le spectre de la crise de 2015.
Migrants wait next Turkish soldiers as they resumed efforts to enter Europe next to the fences near Pazarkule border gate in Edirne on March 4, 2020. - Migrants and refugees clashed with Greek police on the Turkish border on March 4, 2020, as they resumed efforts to enter Europe, leaving at least one person injured according to AFP correspondents. (Photo by Ozan KOSE / AFP)
Craintes d'escalade dans le conflit entre Turquie et Syrie
Au moins 33 soldats turcs ont été tués jeudi dans la province d'Idleb dans des raids attribués au régime syrien. Ankara a riposté en bombardant des positions de Damas mais a aussi fait savoir qu'elle n'est «plus en mesure de retenir» les migrants qui veulent se rendre en Europe.
TOPSHOT - A Turkey-backed Syrian fighter fires a truck-mounted gun toward the town of Saraqeb from the outskits of the villages of Afis and Salihiyah situated near the regime-controlled town, in the eastern part of the Idlib province in northwestern Syria, on February 26, 2020. (Photo by Omar HAJ KADOUR / AFP)
Colère et grogne pour le sommet de l'OTAN
Les dirigeants des pays de l'OTAN se réunissent ces mardi et mercredi en sommet à Watford, près de Londres, pour le 70e anniversaire de l'alliance, mais l'ambiance est loin d'être festive à cause de multiples différends.
Le Norvégien Jens Stoltenberg, secrétaire général de l'OTAN assure qu'en 2020, les alliés non-américains auront augmenté leurs dépenses pour la défense de 130 milliards de dollars depuis 2016
«Le Luxembourg nous a offert une nouvelle vie»
Quatre ans et demi après leur arrivée au Grand-Duché, Bilal et Mamo coulent des jours heureux avec leur famille, à Schuttrange. Fuyant la Syrie en guerre, à l'image de milliers d'autres réfugiés, ils ont pris un nouveau départ et ne regrettent rien.
Flüchtlinge in Luxemburg: was ist aus ihnen geworden, drei Jahre später?, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort