Changer d'édition

L'UE envisage un troisième report du Brexit
International 3 min. 23.10.2019 Cet article est archivé

L'UE envisage un troisième report du Brexit

La Chambre des communes a approuvé le nouvel accord de divorce mais elle a refusé de se prononcer sur le texte.

L'UE envisage un troisième report du Brexit

La Chambre des communes a approuvé le nouvel accord de divorce mais elle a refusé de se prononcer sur le texte.
Photo: AFP
International 3 min. 23.10.2019 Cet article est archivé

L'UE envisage un troisième report du Brexit

Le président du Conseil européen Donald Tusk a recommandé aux Etats membres d'accepter un nouveau report de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne après un vote à double tranchant des députés britanniques.

(AFP) - Mardi, la Chambre des communes a approuvé sur le principe, par 329 voix contre 299, le nouvel accord de divorce conclu par leur Premier ministre Boris Johnson et les dirigeants de l'UE, tout en exigeant plus de temps pour l'examiner.

Elle a en effet refusé par 322 voix contre 308 de se prononcer sur ce texte d'ici à jeudi soir, un délai jugé trop court pour débattre d'un pavé de 110 pages. Boris Johnson a alors annoncé qu'il suspendait l'examen de l'accord par le Parlement jusqu'à ce que l'Union européenne prenne une décision sur un report de la date du divorce, fixée en principe au 31 octobre.


Demonstrators with placards and EU and Union flags gather in Parliament Square in central London on October 19, 2019, as they take part in a rally by the People's Vote organisation calling for a final say in a second referendum on Brexit. - Thousands of people march to parliament calling for a "People's Vote", with an option to reverse Brexit as MPs hold a debate on Prime Minister Boris Johnson's Brexit deal. (Photo by ISABEL INFANTES / AFP)
Toutes les options restent ouvertes concernant le Brexit
Le gouvernement de Boris Johnson a martelé ce week-end que le Brexit aurait lieu le 31 octobre comme prévu, bien qu'il ait été contraint par le Parlement d'écrire à Bruxelles pour demander un report, un coup de théâtre qui relance l'incertitude sur les modalités du divorce.

«Le Brexit est au purgatoire», titrait mercredi le Daily Telegraph. «Oui, mais non, mais...» ironisait pour sa part le tabloïd The Sun face à ce nouveau vote ambivalent des députés britanniques.

«Notre position reste que nous ne devrions pas faire de report, que nous devrions quitter l'UE le 31 octobre», a ajouté Boris Johnson, qui n'a jamais varié dans sa promesse de mettre en oeuvre le Brexit à la fin du mois, comme prévu.

A la suite du vote britannique, M. Tusk a recommandé aux dirigeants de l'UE d'accepter de retarder une nouvelle fois le Brexit, lequel a déjà été différé à deux reprises, du 29 mars au 12 avril puis au 31 octobre.

«Je recommande aux dirigeants des 27 membres de l'Union européenne d'accepter la demande britannique pour un nouveau report de la date de sortie (du Royaume-Uni) et je propose que cela soit décidé par procédure écrite», sans besoin de convoquer un sommet, a tweeté M. Tusk.

«Problème de calendrier»

Une réunion des ambassadeurs des pays membres auprès de l'UE a été planifiée mercredi pour discuter de cette recommandation, a indiqué l'un des représentants. Mais il n'est pas question de décider dès mercredi, a averti ce dernier. Il s'agira, a-t-il expliqué, de vérifier si l'ensemble des pays membres partagent la même analyse de la situation et de voir si un nouveau report est nécessaire.

«La bonne nouvelle est que Boris Johnson a trouvé une majorité et elle n'est pas courte. Il a réussi son pari. Mais le Parlement a bloqué le calendrier. Nous ne sommes pas dans une situation de crise, mais face à un problème de calendrier devenu trop serré», a expliqué à l'AFP un responsable européen.


Les anti-Brexit ont applaudi le choix des députés qui ont adopté un amendement reportant l'approbation du Parlement.
Boris Johnson privé d'adoption du Brexit
Le Premier ministre britannique s'est vu refuser, lundi, un vote du Parlement sur l'accord de Brexit décroché la semaine dernière à Bruxelles. Une nouvelle péripétie politique prolongeant la confusion à dix jours de la date prévue pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Boris Johnson avait demandé samedi une prolongation de trois mois, jusqu'au 31 janvier 2020. Donald Tusk a préconisé de répondre favorablement à cette requête, mais l'UE peut proposer une durée différente.

La durée de la prolongation doit être décidée par les Européens en concertation avec Londres, a soutenu le responsable européen. «L'UE est disposée à accepter une prolongation, mais elle décidera ce qui est nécessaire, et sa durée exacte devra faire l'objet d'échanges politiques», a-t-il commenté. «Un report de trois mois n'est pas acceptable. Il doit être limité», a-t-il estimé.

L'accord règle les conditions du divorce entre le Royaume-Uni et l'UE après 46 ans de vie commune et permet une sortie négociée assortie d'une période de transition courant au moins jusqu'à fin 2020. Une fois approuvé par le Parlement britannique, il devra aussi être adopté par le Parlement européen.    


Sur le même sujet

Boris Johnson privé d'adoption du Brexit
Le Premier ministre britannique s'est vu refuser, lundi, un vote du Parlement sur l'accord de Brexit décroché la semaine dernière à Bruxelles. Une nouvelle péripétie politique prolongeant la confusion à dix jours de la date prévue pour la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne.
Les anti-Brexit ont applaudi le choix des députés qui ont adopté un amendement reportant l'approbation du Parlement.
Toutes les options restent ouvertes concernant le Brexit
Le gouvernement de Boris Johnson a martelé ce week-end que le Brexit aurait lieu le 31 octobre comme prévu, bien qu'il ait été contraint par le Parlement d'écrire à Bruxelles pour demander un report, un coup de théâtre qui relance l'incertitude sur les modalités du divorce.
Demonstrators with placards and EU and Union flags gather in Parliament Square in central London on October 19, 2019, as they take part in a rally by the People's Vote organisation calling for a final say in a second referendum on Brexit. - Thousands of people march to parliament calling for a "People's Vote", with an option to reverse Brexit as MPs hold a debate on Prime Minister Boris Johnson's Brexit deal. (Photo by ISABEL INFANTES / AFP)
L'UE pose ses conditions au report du Brexit
Theresa May va présenter jeudi à Bruxelles sa demande d'un report de trois mois du Brexit, censé avoir lieu dans huit jours, face à des dirigeants européens lassés des atermoiements britanniques.
Theresa May au 10, Downing Street, mercredi.