Changer d'édition

L'OMS n'envisage pas l'immunité collective en 2021
International 2 min. 12.01.2021

L'OMS n'envisage pas l'immunité collective en 2021

Parmi les récents vaccinés anti-covid aux USA figure le président élu des Etats-Unis, Joe Biden.

L'OMS n'envisage pas l'immunité collective en 2021

Parmi les récents vaccinés anti-covid aux USA figure le président élu des Etats-Unis, Joe Biden.
Photo : AFP
International 2 min. 12.01.2021

L'OMS n'envisage pas l'immunité collective en 2021

Bien que les campagnes de vaccination au covid-19 se multiplient à travers le globe, l'OMS a averti que l'épidémie se prolongerait au moins jusqu'à la fin de l'année. Cela en raison des milliards de doses nécessaires pour endiguer la diffusion du virus.

(AFP) - Les temps sont durs pour l'optimisme. Même si les campagnes de vaccination ont débuté partout dans le monde (le 28 décembre au Luxembourg), l'Organisation mondiale de la santé (OMS) a averti lundi qu'elles ne suffiront pas à «garantir une immunité collective en 2021». 


LOS ANGELES, CALIFORNIA - JANUARY 08: Registered nurse Arpa Davoudian watches as a nurse prepares a dose of the Moderna COVID-19 vaccine to administer to a resident at the Ararat Nursing Facility in the Mission Hills neighborhood of Los Angeles on January 8, 2021 in Los Angeles, California. Residents and staff at long term care facilities are on the CDC's highest priority list for vaccinations. While COVID-19 cases in nursing facilities represent just 5 percent of the total cases in California, they account for 35 percent of all Covid deaths in the state.   Mario Tama/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
1.200 doses du vaccin Moderna arrivent
Deux semaines après l'arrivée au Luxembourg des premiers vaccins anti-covid, voilà qu'une deuxième formule va être rendue disponible pour injection. Après la version Pfizer/BioNTech, place à celle de Moderna.

Des milliards de doses de vaccins devraient en effet être déployées pour atteindre ce seuil. Soumya Swaminathan, responsable scientifique de l'OMS, exhorte à faire «preuve de patience».  Masques, distanciation sociale et lavages des mains devraient encore constituer le quotidien de l'humanité «au moins jusqu'à la fin de cette année». 

 De son côté, Emanuele Capobianco, le directeur de la Santé de la Fédération internationale des Sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (IFRC), a mis en garde contre un «potentiel faux sentiment de sécurité dû au déploiement des vaccins». 

Une inquiétude justifiée par la circulation mondiale du variant identifié en Grande-Bretagne et d'une contagiosité accrue. «Plus le Covid-19 se répand, plus il y a de chance qu'il évolue encore», a prévenu Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l'OMS.


A nurse administers a dose of the Pfizer-BioNtech coronavirus disease (Covid-19) vaccine to an elderly person on January 4, 2020 in the Bellevue gerontology center in Montpellier in the south of France. - French president faced on January 4, 2020 growing pressure to accelerate France's Covid-19 vaccination drive which has seen just a few hundred people receive the jab. (Photo by Pascal GUYOT / AFP)
La vaccination arrive en maisons de retraite
Après les soignants, c'est au tour des retraités de bénéficier du vaccin anti-covid au Luxembourg. Mardi, la campagne de protection des aînés luxembourgeois a débuté avant de se poursuivre dans dix autres résidences seniors maintenant.

Si au Luxembourg l'épidémie semble marquer le pas en attendant un éventuel rebond dû aux fêtes de fin d'année, beaucoup d'autres Etats européens durcissent le ton. Le Portugal, où l'épidémie atteint de nouveaux records, «décrétera quelque chose de très semblable au premier confinement de mars», selon le chef du gouvernement Antonio Costa. 

En France, où le nombre de malades du covid-19 hospitalisés continue de grimper, le couvre-feu a été étendu dans huit départements. La Belgique a dépassé le seuil des 20.000 décès des suites du virus dimanche. En Allemagne, qui compte plus de 40.000 morts, les prochaines semaines constitueront «la phase la plus dure de la pandémie» avec un personnel médical travaillant au maximum de ses capacités, a déclaré la chancelière Angela Merkel. 

Plus de 90 millions de cas ont été recensés dans le monde, un an après l'annonce par Pékin du premier décès du covid-19. 


Sur le même sujet

L'OMS prête à réagir face aux variants
Le comité d'urgence de l'organisme international doit émettre vendredi des recommandations face à l'apparition de variants plus contagieux du coronavirus, susceptibles de provoquer une nouvelle explosion de la pandémie qui approche déjà deux millions de victimes.
ARCHIV - 16.12.2020, Baden-Württemberg, Stuttgart: Passanten gehen an geschlossenen Läden vorbei. Viele Menschen in Baden-Württemberg befürchten eine Verödung der Innenstädte als Folge der Corona-Krise. Das ergab eine Umfrage des Instituts für Demoskopie Allensbach im Auftrag aller Tageszeitungen im Südwesten. Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
L'épidémie poursuit sa course
Si l'espoir d'un vaccin se concrétise, le virus continue de faire des victimes à travers le monde. Au total, plus de 1,2 million de personnes sont décédées des suites de la maladie. En Europe, les gouvernements durcissent à nouveau le ton.
(FILES) In this file photo taken on April 22, 2020 a woman in a mask walks past a mural of a hand on the side of a building in Midtown New York City  April 22, 2020. - The United States recorded its 10 millionth case of the coronavirus Monday, according to a count by Johns Hopkins University, the same day that Pfizer and BioNTech announced their vaccine showed 90 percent effectiveness.
Shortly before 1400 GMT on November 9, 2020 the tracker by the Baltimore-based university showed 10,018,278 cases recorded in the US since the pandemic began, and 237,742 deaths. Both are the highest tolls in absolute terms in the world. (Photo by TIMOTHY A. CLARY / AFP)
Situation «extrêmement grave» à Pékin
Reculant en Europe, où les frontières intérieures ont été rouvertes, le nouveau coronavirus resurgit en Chine. La situation épidémique dans la capitale chinoise alerte les autorités après la contamination de plus d'une centaine de personnes.
Passengers wearing face masks walk through a subway station in Beijing on June 15, 2020. (Photo by Noel Celis / AFP)