Changer d'édition

L'Italie réclame plus de souplesse à l'Europe
International 2 min. 09.09.2019

L'Italie réclame plus de souplesse à l'Europe

Le premier ministre Giuseppe Conte, serein avant d'intervenir devant les parlementaires ce lundi.

L'Italie réclame plus de souplesse à l'Europe

Le premier ministre Giuseppe Conte, serein avant d'intervenir devant les parlementaires ce lundi.
AFP
International 2 min. 09.09.2019

L'Italie réclame plus de souplesse à l'Europe

Le chef du gouvernement italien estime qu'il faut «améliorer le pacte de stabilité» de l'Union européenne qui impose aux pays membres que leur déficit budgétaire ne dépasse pas les 3% du PIB et leur dette les 60% du PIB.

(AFP) - «Il faut améliorer le pacte de stabilité et son application pour soutenir les investissements, dont ceux devant permettre un développement respectueux de l'environnement et équitable sur le plan social», n'a pas manqué de souligner le «nouveau» premier ministre Giuseppe Conte devant les députés rassemblés pour entendre le programme de son gouvernement. Les parlementaires italiens devant procéder, ce lundi, à un vote de confiance. 


Le nouveau gouvernement Conte investi
Le chef du gouvernement italien a présenté mercredi les membres de son nouvel exécutif dans lequel l'eurodéputé pro-européen du Parti démocrate (PD, centre gauche) occupera le poste stratégique de ministre de l'Economie et des Finances.

Aux yeux du responsable politique, des règles budgétaires de l'Union européenne trop rigides «risquent de réduire à néant les efforts importants accomplis pour relancer la croissance potentielle du pays». Mais nul conflit avec l'UE n'est envisagé.

Relance et renouvellement

Voilà qui contraste avec l'attitude de ces derniers mois, quand Matteo Salvini, chef de la Ligue (extrême droite) et Luigi Di Maio, chef du Mouvement 5 Étoiles (M5S, antisystème) multipliaient les attaques contre Bruxelles sur de nombreux sujets, allant du respect du Pacte de stabilité à la gestion des flux migratoires.

«L'Italie sera le moteur d'une phase de relance et de renouvellement de l'Union, visant à construire une Europe plus solidaire (...) plus proche des citoyens», a assuré le premier ministre. Dans ce contexte, il a réitéré les priorités de la politique étrangère, celles «que l'histoire, la géographie et la tradition politico-culturelle» imposent à l'Italie. 

Terre de grandes opportunités

«Outre notre responsabilité d'État-membre de l'UE», les autres lignes directrices sont «les relations transatlantiques, avec comme conséquence l'appartenance à l'Otan et les liens essentiels avec les États-Unis, ainsi que la stabilisation et le développement de la région de la Méditerranée», a assuré Giuseppe Conte.

La Méditerranée «est marquée par des crises humanitaires et des conflits croissants mais elle reste aussi une terre de grandes opportunités», a remarqué le président du conseil italien dont la nouvelle majorité est soutenue par le M5S, le Parti démocrate (PD, centre-gauche) et le petit parti de gauche Libres et Egaux (Liberi e Uguali, LEU). 

Ces trois partis devraient lui permettre d'obtenir sans problème la confiance des députés. Ce sera un peu plus compliqué mardi au Sénat.


Sur le même sujet

Giuseppe Conte garde les commandes de l'Italie
Le Mouvement 5 Etoiles (antisystème) et le Parti démocrate (centre gauche) se sont entendus mercredi soir pour former un gouvernement. Un exécutif qui restera sous la houlette du Premier ministre sortant.
Italy�s outgoing Prime Minister Giuseppe Conte arrives to address the media following a meeting with the Italian president, after he was given a mandate to form a new government, on August 29, 2019 at the Quirinal presidential palace in Rome. - The anti-establishment Five Star Movement (M5S) and the centre-left Democratic Party (PD), once bitter foes, agreed on August 28 to govern in coalition following the collapse of Italy's populist government earlier this month. (Photo by Filippo MONTEFORTE / AFP)
Le suspense continue en Italie
Le président Sergio Mattarella a décidé de donner jusqu'à mardi aux formations politiques pour s'entendre sur une nouvelle majorité, deux jours après la chute de la coalition formée par la Ligue de Matteo Salvini et le Mouvement 5 Etoiles (M5S).
Leader of M5S movement (Five Stars), outgoing deputy Prime Minister and Minister of Economic Development, Labour and Social Policies, Luigi Di Maio gives a press conference after a meeting with Italian President on the second day of consultations of political parties, on August 22, 2019 at the Quirinal palace in Rome. - The Italian President began talks with key political leaders on August 21 to see if a new coalition can be formed, as a proposed alliance between the anti-establishment Five Star Movement and opposition centre-left Democratic Party appeared to gain traction. (Photo by Vincenzo PINTO / AFP)