Changer d'édition

L'impôt mondial déjà taclé par l'Irlande
International 2 min. 26.05.2021

L'impôt mondial déjà taclé par l'Irlande

Au-delà d'une certaine équité fiscale, le président US compte sur le nouveau taux d'imposition pour financer une bonne partie de son plan d'infrastructures nationales.

L'impôt mondial déjà taclé par l'Irlande

Au-delà d'une certaine équité fiscale, le président US compte sur le nouveau taux d'imposition pour financer une bonne partie de son plan d'infrastructures nationales.
Photo : AFP
International 2 min. 26.05.2021

L'impôt mondial déjà taclé par l'Irlande

Dublin a jeté un froid sur le projet de Joe Biden de taxer les bénéfices des multinationales d'au moins 15% à l'échelle mondiale au moment où un consensus semblait se dessiner au G7.

(AFP) - Le ministre des Finances irlandais Paschal Donohoe a déclaré, mardi, que son pays n'avait pas l'intention d'augmenter son taux d'imposition sur les sociétés (qui est l'un des plus bas au monde). Une annonce qui signe, du même coup, le rejet de la proposition américaine dévoilée la semaine dernière par la secrétaire au Trésor Janet Yellen. «Nous avons des réserves vraiment importantes concernant un taux d'imposition minimum mondial à un niveau tel que cela signifierait que seuls certains pays, et certaines grandes économies, pourront bénéficier de cette base», a expliqué le ministre.


Lupe Tax Taxes
Ce qu'un impôt minimal mondial changerait au Luxembourg
En discussion depuis 2017 au sein de l'OCDE, la mesure est revenue la semaine dernière sur le devant de la scène avec le soutien officiel de l'administration Biden. Si le Grand-Duché assure que cela va «dans le bon sens», la mise en oeuvre concrète de la mesure s'annonce ardue.

L'Irlande ne fait pas partie du G7. Mais le pays, qui applique un taux de 12,5% et attire ainsi de nombreuses grandes entreprises du monde entier, est un acteur-clé dans les discussions se déroulant sous l'égide de l'Organisation pour la coopération et le développement économique (OCDE).

La semaine dernière, Janet Yellen avait souligné que 15% était «un plancher» et que les discussions allaient se poursuivre avec l'objectif d'être «ambitieux» et «d'augmenter ce taux». C'est la première fois que Washington proposait formellement un tel ratio.

Au sein du G7 (qui regroupe Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Italie, Japon, et  Royaume-Uni), Paris et Berlin ont immédiatement apporté leur soutien à cette proposition estimant que 15% était un bon compromis. Côté Luxembourg, le ministre des Finances a réaffirmé il y a peu son soutien à la démarche. Et cela même si, a priori, pareil taux ne serait guère favorable à l'attractivité du pays. Pierre Gramegna (DP) estimant que la taxation des grandes multinationales allait «dans le bon sens». 

Accord au prochain G7 ?

Selon une source proche des discussions en Europe, la proposition américaine a reçu un large soutien et un «accord politique» pourrait être annoncé la semaine prochaine lors du G7 finance à Londres des 4 et 5 juin. D'autres sources ont, elles, évoqué une simple déclaration de principe, renvoyant au G20 de Venise (Italie) les 9 et 10 juillet. L'OCDE, qui regroupe 36 pays, avait elle-même signalé l'échéance de juillet.

Des seuils allant de 12,5% à 21%, soutenus notamment par la France, l'Allemagne et le Parlement européen, avaient jusqu'ici été évoqués. Mardi, la directrice générale du Fonds monétaire international, Kristalina Georgieva, est venue apporter son soutien à la proposition américaine, soulignant que tout taux supérieur à l'imposition actuelle serait «bénéfique» à l'économie mondiale et aux pays.


Amazon Luxembourg - Clausen - Photo : Pierre Matgé
Le Luxembourg occupe le cœur du «système Amazon»
Une étude de chercheurs de la City University of London, publiée ce vendredi, démontre que le Grand-Duché sert d'épicentre au modèle d'optimisation fiscale à l'échelle de la planète du géant américain.

Lors d'une conversation avec le Washington Post, elle a souligné qu'il était crucial de mettre fin au «nivellement par le bas» en matière de fiscalité pour permettre de remplir les caisses des Etats et investir dans l'éducation, la santé, les infrastructures ou encore l'industrie du numérique.

Le président américain compte précisément utiliser la fiscalité des entreprises aux Etats-Unis et dans le monde pour financer son ambitieux plan d'infrastructures de 1.700 milliards de dollars, qui rencontre pour l'heure la farouche opposition des républicains. 


Sur le même sujet

Les ministres des Finances du G7 sont tombés d'accord samedi sur la fiscalité des entreprises multinationales. Un accord «sans précédent», salué entre autres par Pierre Gramegna, ministre luxembourgeois.
TOPSHOT - From Left, European Commissioner for Economy Paolo Gentiloni, Eurogroup President Paschal Donohoe, President of the World Bank David Malpass, Italy's Economy and Finance Minister Daniele Franco, France's Economy and Finance Minister Bruno Le Maire, Canada's Finance Minister Chrystia Freeland, Britain's Chancellor of the Exchequer Rishi Sunak, Managing Director of the IMF Kristalina Georgieva, Germany's Finance Minister Olaf Scholz, US Treasury Secretary Janet Yellen, Secretary-General of the Organisation for Economic Co-operation and Development (OECD) Mathias Cormann, and Japan's Finance Minister Taro Aso pose for a family photoon the second day of the G7 Finance Ministers Meeting, at Lancaster House in London on June 5, 2021. - Finance ministers from wealthy Group of Seven (G7) nations are on Saturday expected to announce support for a minimum global level of corporate tax, aimed at getting multinationals -- especially tech giants -- to pay more into government coffers hit hard by the pandemic. (Photo by HENRY NICHOLLS / POOL / AFP)
Ravivé par l'administration du président américain Joe Biden, ce «pilier» d'une vaste réforme fiscale portée par l'OCDE est au programme de la rencontre des sept ministres des Finances ce vendredi. Il est décrié par certains pays européens.
Britain's Health Secretary Matt Hancock prepares to welcome his G7 counterparts to Mansfield College at Oxford University, Oxford, England on June 3, 2021, as G7 health ministers convene for a two-day event ahead of the G7 leaders' summit which is to be held in mid-June. - Attendees are due to discuss the issues of global health security, antimicrobial resistance, clinical trials, and digital health. (Photo by Stefan Rousseau / POOL / AFP)
Avec une baisse de 18,1% du résultat annuel des banques implantées au Luxembourg, 2020 restera comme une année compliquée, indique mercredi la CSSF. Principalement pour les établissements universels et les banques spécialisées dans le financement des entreprises.
Wirtschaft,Beilage Classement des Banques.Banken,Finanzplatz,BIL siège Hollerich.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort.
Lutte contre les incendies qui ravagent l'Amazonie, reprise en main des négociations avec l'Iran sur son programme nucléaire ou taxation des GAFA: les trois jours de rencontres entre les présidents des sept Etats les plus riches auront permis de bouger certaines lignes.
Les ministres des Finances des pays du G7 ont fait un pas «important» vers un accord mondial sur la taxation du numérique lors de leur réunion à Chantilly, au nord de Paris, malgré les tensions entre les Etats-Unis et la France.
G7 Finance Ministers and other participants attend a working session during the G7 Finance Ministers and Central Bank Governors' meeting in Chantilly on July 17,2019. (Photo by ERIC PIERMONT / AFP)