Changer d'édition

L'idée d'épargne salariale de nouveau sur les rails
International 3 min. 25.05.2020

L'idée d'épargne salariale de nouveau sur les rails

L'idée de relancer l'actionnariat salarié a été émise à titre personnel par Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics

L'idée d'épargne salariale de nouveau sur les rails

L'idée de relancer l'actionnariat salarié a été émise à titre personnel par Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics
Photo: AFP
International 3 min. 25.05.2020

L'idée d'épargne salariale de nouveau sur les rails

A côté des exonérations ou reports de cotisations sociales proposés par le gouvernement de l'Hexagone pour venir en aide aux secteurs économiques les plus touchés, Gérald Darmanin, le ministre de l'Action et des Comptes publics a émis l'idée de relancer l'actionnariat salarié.

(JFC, avec AFP) - Esquissant des pistes de sortie de crise, Gérald Darmanin, ministre de l'Action et des Comptes publics a exposé ce week-end à titre personnel une proposition pour l'après-crise: «généraliser» et «étendre l'actionnariat salarié, en versant aux salariés des montants importants, et non plus symboliques», comme il l'a indiqué dans un entretien au Journal du dimanche. Une telle généralisation de l'intéressement et de la participation salariale pour toutes les entreprises est «une vieille idée du général de Gaulle (...) qui réconcilie le capital de travail», ajoute-t-il. Cette voie de sortie de crise consiste à faire «confiance aux acteurs économiques et la croissance crée la richesse qui permet de rembourser cette dette».

A l'heure actuelle, la participation est obligatoire dans les entreprises de plus de 50 salariés et l'intéressement ne l'est pas. Il est également possible de faire évoluer le plafond des primes, aujourd'hui fixé à 20% du salaire brut. Une nouvelle réduction du forfait social pourrait être envisagée. Gérald Darmanin doit répondre aux appels à une hausse des salaires, dans une situation de crise, où l'exécutif cherche surtout à préserver la compétitivité des entreprises.

Dans cette optique, le gouvernement français compte exonérer de cotisations sociales des entreprises de secteurs particulièrement affectés par les conséquences de l'épidémie de covid-19. «Ces exonérations de charges représentent trois milliards d'euros et concerneront près de 500.000 entreprises», a détaillé le ministre. Cette mesure va s'appliquer «dans le secteur du tourisme, des arts et spectacles, de la restauration, de l'hôtellerie, de la culture, du sport», a-t-il énuméré. En dehors de ces secteurs, les sociétés ayant vu leurs cotisations sociales reportées pourront étaler leur paiement sur une période pouvant atteindre 36 mois, a-t-il ajouté.

Depuis le début de la tempête économique provoquée par la crise sanitaire du nouveau coronavirus, le gouvernement a multiplié les mesures pour tenter d'aider les entreprises à passer le cap. Fonds de solidarité, prêts garantis par l'État, chômage partiel: au total, l'exécutif a déployé 450 milliards d'euros d'aides et de garanties de l'État, selon le ministre de l'Économie Bruno Le Maire.

Nous avons choisi l'endettement, qui est préoccupant, contre la faillite qui aurait été désastreuse

Mais toutes ces mesures auront un coût et la dette française va «sans doute » dépasser le seuil de 115% du produit intérieur brut, a prévenu Gérald Darmanin. Le ministre s'est toutefois refusé à donner une estimation plus précise: «ce sont des choses trop importantes pour pouvoir faire des commentaires avec le doigt mouillé», a-t-il dit.

«La dette, c'est à la fois les dépenses que l'on fait, et on en fait beaucoup, et les recettes qu'on n'a pas. Dans cette crise il y a une sorte d'effet ciseau, vous dépensez plus et vous avez moins de recettes fiscales parce qu'il y a moins d'activité», a-t-il encore expliqué. «Ce qui est certain, c'est que nous avons choisi l'endettement, qui est préoccupant, contre la faillite qui aurait été désastreuse», a ajouté M. Darmanin.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Une stratégie prudente, mais payante
Au micro de RTL, le ministre du Travail et vice-Premier ministre est revenu samedi sur la situation de crise que traverse le pays depuis le mois de mars. Il a par ailleurs défendu les choix du gouvernement dans sa lutte contre le covid-19.
LSAP-Minister Dan Kersch: "Steuerpolitik und Klimapolitik müssen so aufgestellt werden, dass die Schere zwischen Arm und Reich wieder näher zusammenkommt. Wenn uns das gelingt, steigt auch die Akzeptanz für eine offensive Klimapolitik."
Franz Fayot pousse à l'investissement
Le ministre de l'Economie, via les mesures du plan "Neisttart Lëtzebuerg", ne souhaite pas voir les entreprises dans la crainte d'avancer et «rester assises sur leurs liquidités».
Politik, Pressekonferenz mit Lex Delles und Frantz Fayot, Corona virus, Civid-19, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Une aide au redémarrage des commerces
Pour les trois mois à venir, le gouvernement s'engage à verser une enveloppe exceptionnelle pour aider les magasins à rouvrir. A condition que ceux-ci s'engagent à ne pas licencier plus qu'un quart de leur personnel.
Reportage horaires d'ouverture des magasins, photo : Caroline Martin
Le Luxembourg met «5% de son PIB» sur la table
Le pacte de redémarrage, annoncé mercredi par le Premier ministre, a été détaillé par le ministre des Finances. Un plan supplémentaire de «700 à 800 millions d'euros» voué à permettre que tout le monde «joue le jeu des liquidités».
Politik, Sommerinterview Pierre Gramegna, Minister der Finanzen, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Le chômage partiel étendu jusque fin 2020
L'Etat luxembourgeois a déjà dépensé 725 millions d'euros pour accompagner les mesures de chômage partiel depuis la mi-mars. Mais le dispositif sera maintenu «jusqu'au 31 décembre, au moins» a annoncé le ministre du Travail.
L'Etat promet 800 millions d'euros d'aides nouvelles
Chômage partiel prolongé, fonds de relance et solidarité pour les secteurs encore à l'arrêt, allocation de vie chère doublée, incitation fiscale à baisser les loyers : le gouvernement a présenté, mercredi, de nouvelles mesures pour soutenir tant les sociétés que les particuliers.
Visite entreprise Circuit Foil Luxembourg avec le Premier Ministre, Foto Lex Kleren
Le plan de stabilisation luxembourgeois bien noté
L'effort des mesures anti-crise par rapport à la richesse produite au Grand-Duché est important. Il devrait atteindre près de 19% du PIB national. Un ratio qui classe le pays parmi les cinq Etats les plus engagés à soutenir son économie par rapport à sa capacité économique.