Changer d'édition

L'Europe relancée par un plan de 500 milliards d'euros
International 3 min. 19.05.2020 Cet article est archivé

L'Europe relancée par un plan de 500 milliards d'euros

Le couple franco-allemand Macron-Merkel prend les devants pour remobiliser l'unité européenne.

L'Europe relancée par un plan de 500 milliards d'euros

Le couple franco-allemand Macron-Merkel prend les devants pour remobiliser l'unité européenne.
Photo : AFP
International 3 min. 19.05.2020 Cet article est archivé

L'Europe relancée par un plan de 500 milliards d'euros

France et Allemagne ont proposé un dispositif financier afin d'aider l'Union européenne à surmonter la crise historique engendrée par la pandémie de coronavirus. Ce plan, pas encore accepté, passerait par un mécanisme inédit de mutualisation de la dette européenne.

(AFP) - «Pour soutenir une reprise durable qui rétablisse et renforce la croissance dans l'UE, l'Allemagne et la France soutiennent la création d'un Fonds de relance ambitieux, temporaire et ciblé» dans le cadre du prochain budget de l'UE doté de 500 milliards d'euros. Telle a été la déclaration commune de la chancelière allemande et du président français lundi soir. Paris comme Berlin proposent que ce soutien soit financé par des emprunts de la Commission sur les marchés «au nom de l'UE».

Cet argent sera ensuite reversé en «dépenses budgétaires» aux pays européens et aux secteurs et régions les plus touchés, souligne le texte du couple franco-allemand. «Ces 500 milliards ne seront pas remboursés par les bénéficiaires de ceux qui utiliseront cet argent», a affirmé le président français Emmanuel Macron. «Ce ne seront pas des prêts mais des dotations» directes aux pays les plus touchés, a martelé Emmanuel Macron.

 La portée politique d'une telle proposition est très forte, pour une UE qui s'était déchirée, presque jusqu'au point de rupture, lors de la crise financière et le Grexit, sur l'épineuse question de la mutualisation des dettes. «C'est vraiment important», a réagi sur Twitter Jacob F Kirkegaard du Peterson institute for International Economics. «Signal historique» pour Henrik Enderlein, directeur du Centre Jacques Delors de Berlin. Pour l'économiste Jean Pisani-Ferry, c'est un «reboot pour le couple franco-allemand. Impressionnant. Maintenant commence le plus dur: la négociation de l'UE à 27» .

Un tel plan constituerait ainsi un pas inédit vers une mutualisation de la dette au niveau européen, à laquelle Berlin mais aussi des pays de l'Europe du Nord ont longtemps été hostiles. Ces 500 milliards viendraient s'ajouter aux 500 milliards environ déjà décidés par les ministres des Finances de la zone euro et constitués de capacités de prêts notamment. Au total, l'Europe débloquerait donc environ 1.000 milliards d'euros pour contrer la récession historique qui se profile pour 2020 dans la zone euro (-7,7% selon les dernières prévisions de la Commission).


Politik, ITV Xavier Bettel für Europa Tag, Foto. Lex Kleren/Luxemburger Wort
«La pérennité de l'UE dépend de sa solidarité»
Le Vieux continent commémore sans grande pompe en raison de la crise du covid-19, les 70 ans de la déclaration de Robert Schuman. L'occasion d'un entretien avec le Premier ministre Xavier Bettel qui rappelle l'importance de l'unité européenne, surtout en cette période de pandémie.

Reste désormais au couple franco-allemand à convaincre l'ensemble des Etats membres de l'UE. La négociation à 27 pourrait être délicate, suivant les lignes de fracture traditionnelle de l'Union entre pays du Nord et du Sud. Le chancelier autrichien Sebastian Kurz a réagi en disant qu'il était favorable à des «prêts», et qu'il ne voulait pas d'augmentation du budget de l'UE mais une redistribution de ses ressources. Il s'est entretenu sur ce sujet avec les dirigeants du Danemark, des Pays-Bas et de Suède, autres pays susceptibles de s'opposer à la proposition franco-allemande.

L'entourage du Premier ministre italien Giuseppe Conte comme le gouvernement espagnol ont, eux, salué «un pas dans la bonne direction», que les deux pays appelaient de leurs vœux. «Les propositions franco-allemandes sont ambitieuses, ciblées et bienvenues», s'est félicitée la présidente de la Banque centrale européenne, Christine Lagarde. La présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, s'est également «réjouie de la proposition constructive de la France et de l'Allemagne». Elle doit elle-même présenter le 27 mai prochain son propre plan pour la relance économique de l'UE.


Sur le même sujet

Il aura fallu quatre jours et quatre nuits et de multiples prises de bec. Mais les 27 dirigeants européens ont fini par trouver mardi un accord sur un plan destiné à soutenir leurs économies frappées par la crise du coronavirus. Pour la première fois, il se base sur une dette commune.
European Commission President Ursula Von Der Leyen (L) and European Council President Charles Michel (R) bump elbows at the end of the news conference following a four days European summit at the European Council in Brussels, Belgium, early July 21, 2020. - EU leaders approved a 750-billion-euro package to revive their coronavirus-ravaged economies after a tough 90-hour summit on July 21, along with a trillion-euro budget for the next seven years. (Photo by STEPHANIE LECOCQ / POOL / AFP)
Avec un fonds de relance destiné à soutenir les Etats membres mis à mal par le coronavirus, la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen dévoile mercredi un plan d'aide exceptionnelle, très attendu.
Ursula von der Leyen
En sommant la semaine dernière la Banque centrale européenne (BCE) de rendre des comptes, la justice allemande soulève de nombreuses questions sur la cohésion de l'UE face au naufrage économique provoqué par la crise du coronavirus.
ARCHIV - 07.09.2016, Hessen, Frankfurt/Main: ARCHIV - Die Zentrale der Europäischen Zentralbank (EZB) in Frankfurt am Main (Hessen) ragt am 07.09.2016 hinter einer Stele mit dem EZB-Logo hoch. (zu dpa "Die Folgen eines deutschen Urteils: Wankt Europas Justiz-Architektur?" am 10.05.2020) Foto: picture alliance / Arne Dedert/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Face à la crise du coronavirus, l'Union européenne pourrait financer un fonds de 1.500 milliards d'euros à partir d'emprunts garantis par les États membres, a évoqué mardi l'un des trois vice-présidents de la Commission européenne.
European Commissioner for Crisis Management Janez Lenarcic talks at a press conference at the EU headquarters, during a partial lockdown aimed at curbing the spread of the COVID-19 pandemic, caused by the novel coronavirus, in Brussels, on April 7, 2020. (Photo by Francisco Seco / POOL / AFP)