Changer d'édition

L'Europe entend dissiper ses divergences avec la Chine
International 3 min. 22.06.2020

L'Europe entend dissiper ses divergences avec la Chine

Pour l'Europe, le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales doit former «une part importante des négociations sur l'accord d'investissement UE-Chine».

L'Europe entend dissiper ses divergences avec la Chine

Pour l'Europe, le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales doit former «une part importante des négociations sur l'accord d'investissement UE-Chine».
Photo: AFP
International 3 min. 22.06.2020

L'Europe entend dissiper ses divergences avec la Chine

Européens et Chinois organisent lundi un sommet en visioconférence pour tenter de redéfinir leur partenariat et préparer une réunion extraordinaire de leurs dirigeants, dont le point d'orgue sera la signature d'un accord sur la protection des investissements.

(AFP) - Tenter d'aplanir leurs divergences. Voilà l'objectif du sommet organisé lundi entre Européens et Chinois. En cause ? «L'imposition unilatérale de la loi sur la sécurité nationale par Pékin à Hong Kong est une atteinte globale à l'autonomie, à l'Etat de droit et aux libertés fondamentales de la ville», ont affirmé les élus dont la résolution a été adoptée vendredi à une large majorité de 565 voix contre 34 et 62 abstentions. 

L'Union européenne (UE) et ses États membres entendent veiller au grain. En outre, si cette nouvelle loi est appliquée, ils pourraient «envisager de porter cette affaire devant la Cour internationale de justice». Les élus préconisent également d'adopter des «sanctions contre les dirigeants responsables de la répression à Hong Kong et des violations graves des droits de l'homme». 


European Commission President Ursula von der Leyen (top), speaks via videoconference to top leaders during an EU-Eastern Partnership Leaders' summit at the Europa building in Brussels, on June 18, 2020. (Photo by Francisco Seco / POOL / AFP)
Première passe d'armes sur le plan de relance de l'UE
Les 27 se retrouvent ce vendredi en sommet virtuel pour lancer les tractations, aussi complexes qu'incertaines, sur un plan de relance post-coronavirus massif, qui marquerait une étape historique dans la construction européenne.

Dans cette démarche, l'Europe compte sur ses «alliés démocratiques», tels que l'Australie, le Canada, les États-Unis ou le Japon. Ils recommandent par ailleurs la création d'un système de «canots de sauvetage» pour les citoyens de Hong Kong «en cas de nouvelle détérioration des droits de l'homme et des libertés fondamentales». 

Les Européens s'inquiètent de l'emprise grandissante de Pékin sur Hong Kong avec la mise en cause de l'autonomie du territoire et les atteintes aux libertés fondamentales. L'UE a exigé vendredi la libération de plusieurs défenseurs des droits de l'homme. Elle a aussi dénoncé les campagnes de désinformation orchestrées par la Chine sur la pandémie de Covid-19. 

Pour le Parlement européen, l'adoption de ce projet de loi sur la sécurité nationale serait considérée comme «une violation des engagements et obligations de la République populaire de Chine (RPC) en vertu du droit international», et menacerait par ailleurs de porter «gravement atteinte à la relation de confiance entre la Chine et l'Union ainsi qu'à leur coopération future», ajoutent-ils. 

Entre attentes et méfiance

Autrement dit, ce projet de loi «entamerait la confiance du monde des affaires dans Hong Kong en tant que centre financier majeur d'envergure mondiale», précisent les dirigeants européens. Et pour qui le respect des droits de l'homme et des libertés fondamentales doit former «une part importante des négociations sur l'accord d'investissement UE-Chine».   

De son côté, la Chine attache «une grande importance à cette rencontre», a assuré le porte-parole du Ministère des Affaires étrangères chinois Zhao Lijian. L'Empire du milieu serait ainsi prêt à collaborer avec l'UE pour obtenir «des résultats positifs». Mais si chacun a exprimé ses attentes et ses préoccupations au cours de réunions préparatoires, la méfiance domine et transparaît sous forme de mises en garde voilées. 

Un partenaire nécessaire

La Chine est en effet préoccupée par la nouvelle législation européenne sur les investissements étrangers et la prise de distance de l'UE à leur égard. Engagés dans un conflit commercial et politique avec Washington, Pékin cherche des soutiens. Bien que les Européens refusent de se laisser prendre dans le jeu des tensions entre les deux puissances, affirmant ne pas souhaiter être «le champ de bataille des Etats-Unis et de la Chine», a affirmé dimanche le commissaire européen à l'industrie Thierry Breton.  

«Malgré les nombreuses divergences avec l'administration américaine, le partenariat transatlantique reste la relation la plus importante pour l'UE», a rappelé Josep Borrell. Mais «la Chine est un partenaire nécessaire», a-t-il insisté. Les échanges de biens entre la Chine et l'UE représentaient 1,5 milliard d'euros par jour en 2019, selon les données de la Commission. «La relation avec la Chine est complexe et elle le restera», a reconnu M. Borrell. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'UE envisage des contrats d'achat anticipé de vaccins
Bruxelles a dévoilé ce mercredi sa stratégie pour accélérer la mise au point, la fabrication et la distribution de vaccins contre le covid-19. En échange d'un certain nombre de doses, la Commission financera une partie des coûts supportés par les laboratoires.
(FILES) This file photo taken on April 29, 2020 shows an engineer displaying an experimental vaccine for the COVID-19 coronavirus that was tested at the Quality Control Laboratory at the Sinovac Biotech facilities in Beijing. - China has mobilised its army and fast-tracked tests in the global race to find a coronavirus vaccine, and is involved in several of the dozen or so international clinical trials currently under way. (Photo by NICOLAS ASFOURI / AFP) / TO GO WITH Health-virus-China-vaccines,FOCUS by Ludovic EHRET
La criminalité en col blanc dans le viseur de l'UE
L'Union européenne ambitionne prochainement de mettre sur pied une agence de lutte contre le banditisme financier. Les chances de voir cet organisme rejoindre le Luxembourg sont peu élevées d'autant que le pays a d'autres dossiers à traiter avec la Commission.
Lokales, Kirchberg ist leer, Place de l’Europe, Avenue J-F Kennedy, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
«Un nouvel élan» aux négociations post-Brexit
Alors que le fossé est béant entre leurs positions, les dirigeants de l'UE et le Britannique Boris Johnson appellent à trouver «rapidement un terrain d'entente sur les principes qui sous-tendent tout accord». Car pour le moment, «on n'est nulle part», résume un haut responsable européen.
European Council President Charles Michel (R) and European Commission President Ursula von der Leyen are sen on screen as they hold a videoconference  prior to EU-UK talks via videoconference, at the European Council building in Brussels on June 15, 2020. - EU chiefs held a videoconference with the British prime minister on June 15 to breathe new life into stalled post-Brexit trade talks, with both sides entrenched in long-held positions. Expectations are low for the long-planned meeting, with all sides agreeing last week that trade negotiations would be intensified over the coming months. (Photo by Francisco Seco / POOL / AFP)
L'Europe rouvre ses frontières, la Chine craint un rebond
Alors que la plupart des frontières intérieures de l'UE et de l’espace Schengen sont accessibles ce lundi, les autorités chinoises ont annoncé des dizaines de nouveaux cas de covid-19 et le placement en quarantaine de dix nouveaux quartiers de Pékin.
People holding European, French and German flags gather on the passerelle des Deux-Rives (footbridge of the Two Banks) connecting Strasbourg, France, to Kehl, in Germany, on June 14, 2020 on the eve of the reopening of the borders between France and Germany, after the two countries' measures to stop the spread of the COVID-19 pandemic caused by the novel coronavirus. (Photo by PATRICK HERTZOG / AFP)