Changer d'édition

L’enseignement belge passe à l’orange
International 3 min. 21.10.2020

L’enseignement belge passe à l’orange

L'association de parents d'élèves, la Fapeo, estime que la gestion sanitaire laissait trop à désirer dans maintes écoles.

L’enseignement belge passe à l’orange

L'association de parents d'élèves, la Fapeo, estime que la gestion sanitaire laissait trop à désirer dans maintes écoles.
Photo: Boris Roessler/dpa
International 3 min. 21.10.2020

L’enseignement belge passe à l’orange

Après la Flandre, la Wallonie et Bruxelles donnent une dernière chance aux cours en classe.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - Comme son homologue flamand, l’enseignement obligatoire francophone passera au «code  orange adapté» d’ici la Toussaint. Cette décision a été annoncée sans surprise mercredi par la ministre de l’Education, la socialiste Caroline Désir. Elle est justifiée par la nécessité de protéger les enfants du covid-19 tout en leur permettant de continuer à fréquenter la classe.

Concrètement, les écoliers francophones de l’enseignement obligatoire (de 6 à 18 ans) suivront toujours les cours en présentiel. Le distanciel reste l’exception, contrairement à ce qui fut annoncé en juin dernier. Les experts estiment en effet que la présence en classe est un facteur important du développement chez l’enfant, tant au point social, cognitif que psychologique. En contrepartie, les règles sanitaires seront renforcées au sein des établissements afin d’entraver la propagation du virus.


Students wear protective facemasks as they arrive for their first day of school at Mendel College, in Haarlem, The Netherlands. - Pupils and employees of a number of secondary schools must wear protective facemask when they walk through the corridors as part of the rules adopted to fight against the spread of the COVID-19 (novel coronavirus). (Photo by Robin VAN LONKHUIJSEN / ANP / AFP) / Netherlands OUT
Le SNE exige plus de mesures anti-covid dans les écoles
Alors que la ministre de la Santé a reconnu que le milieu scolaire était devenu le deuxième foyer d'infection épidémique, le Syndicat national des enseignants attend qu'un nouveau dispositif de prévention soit instauré.

Cette décision va à l’encontre des revendications de la Fapeo, l’association des parents des élèves de l’enseignement officiel (soit la moitié des écoliers francophones). Mercredi, au terme d’une enquête menée auprès de 1.700 familles, elle a estimé que la gestion sanitaire laissait trop à désirer dans maintes écoles. Elle a exigé en conséquence que le mode d’enseignement à distance soit davantage privilégié. «On est en train d’éteindre nos jeunes. Qu’on cesse de transformer l’école en “bagne” pour les élèves !», ont martelé les porte-parole de cette association.

A l’arrivée, ce sont toutefois les partisans d’une école toujours ouverte qui l’ont emporté. Pour combien de temps ? C’est la question. La décision de conserver le mode présentiel fait en effet tache dans un contexte alarmiste. Tous les indicateurs épidémiologiques sont au rouge en dépit des nouvelles mesures de confinement en application depuis le 19 octobre. Seul un léger ralentissement des contaminations permet d’entrevoir une embellie.


Couvre-feu sur le Luxembourg belge
Dès mercredi, il sera interdit de circuler dans la province entre 1 et 6 heures du matin. La mesure vaut également pour le Brabant wallon.

Plusieurs personnalités se sont déjà prononcées pour demander un reconfinement plus drastique. Celui-ci pourrait viser les sports et les milieux de la culture qui ont obtenu de continuer à fonctionner moyennant une série de règles strictes. Mais aussi les commerces. 

Le libéral Georges-Louis Bouchez fait partie de ceux qui demandent des mesures plus fortes. «Tout le monde doit se réveiller, plaide-t-il. Si on continue comme ça, on va arriver à la saturation de la capacité hospitalière dans les toutes prochaines semaines […] 850 contaminations pour 100.000 habitants, c’est 8,5 fois plus que ce qui permet de maîtriser le virus». Le Mouvement réformateur, le parti présidé par Georges-Louis Bouchez, participe à la coalition Vivaldi au pouvoir.

Cette sortie confirme que la perspective d’un reconfinement pur et dur vit fortement au sein du gouvernement fédéral, ainsi que parmi les scientifiques qui le conseillent. Vendredi, une nouvelle réunion au sommet doit officiellement lancer le « baromètre » censé donner en permanence à la population le dernier état des lieux de la crise sanitaire tout en stipulant les règles à respecter. Toutefois, il n’est pas impossible que d’autres dispositions soient annoncées dans le même temps, sans attendre la quinzaine de jours qui doivent permettre de dire si les précédentes mesures ont eu -  ou non - des effets positifs.


A medical staff member takes a sample from the mouth of a student at a newly-opened coronavirus testing centre for students at the KULeuven University, in Leuven, on October 19, 2020, as part of the special safety and security measures taken to prevent the spread of COVID-19 (novel coronavirus). (Photo by ERIC LALMAND / BELGA / AFP) / Belgium OUT
La Belgique réduit sa stratégie de tests
Seuls les cas symptomatiques seront désormais testés afin de désengorger les centres de dépistage et les laboratoires.

Mercredi, la tension est montée à nouveau d’un cran avec la décision de la VUB – l’homologue  flamande de l’Université libre de Bruxelles – de passer en code rouge dès le lundi 26 octobre. Les cours à distance seront ici la règle. Des mesures d’accompagnement seront prévues pour les 1er bac et pour les étudiants venus de l’étranger.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le Grand Est passe au rouge
La région connaît une nouvelle hausse des cas de covid-19. Selon les chiffres publiés jeudi par l'Agence régionale de santé, le taux d'incidence moyen a atteint 53,8 infections pour 100.000 habitants la semaine dernière.
A youth wearing a protective face mask passes by a sign asking to wear a mask in Rennes, western France, on September 7, 2020. (Photo by Damien MEYER / AFP)
Bruxelles ferme ses bars et cafés pour un mois
Au lendemain de la décision du Conseil national de sécurité de ramener la fermeture des établissements en Belgique de minuit à 23 heures, la capitale, à l'instar de Paris, se montre plus coercitive. La mesure entrera en application dès jeudi à 7 heures du matin.
La Belgique durcit à nouveau le ton
Face à la reprise de l'épidémie de covid-19, le gouvernement belge a annoncé mardi de nouvelles restrictions sur la vie sociale et les rassemblements à compter de vendredi.
Women wear face masks or coverings due to the COVID-19 pandemic, as they walk in Liverpool, north west England on October 2, 2020, following the announcement of new local restrictions for certain areas in the northwest of the country, due to a resurgence of novel coronavirus cases. - The British government on Thursday extended lockdowns to Liverpool and several other towns in northern England, effectively putting more than a quarter of the country under tighter coronavirus restrictions. Health Secretary Matt Hancock said limits on social gatherings would be extended to the Liverpool City region, which has a population of about 1.5 million. (Photo by Oli SCARFF / AFP)