Changer d'édition

L'efficacité des masques en débat
International 02.04.2020 Cet article est archivé

L'efficacité des masques en débat

L'Organisation mondiale de santé (OMS) continue de déconseiller le port du masque pour le grand public

L'efficacité des masques en débat

L'Organisation mondiale de santé (OMS) continue de déconseiller le port du masque pour le grand public
Photo: AFP
International 02.04.2020 Cet article est archivé

L'efficacité des masques en débat

Le recours aux masques face au coronavirus a été spontané et massif dans certaines régions d'Asie, tandis que les pays occidentaux, d'abord réticents, commencent à recommander leur usage généralisé. Cependant l'efficacité de cette stratégie fait toujours débat.

(AFP) - Les experts s'accordent à dire qu'il y a peu d'éléments, voire aucun, attestant que les masques chirurgicaux ordinaires, couramment utilisés en Asie durant la saison de la grippe en hiver et du rhume des foins au printemps, protègent efficacement contre le Covid-19. 

Les partisans des masques mettent cependant en avant que les personnes contaminées doivent en porter pour éviter de transmettre le virus, et qu'il a été démontré qu'une personne atteinte peut déjà être contagieuse avant de ressentir des symptômes. Le nombre de cas de Covid-19 relativement faible jusqu'à présent au Japon et à Hong Kong par exemple a encore renforcé les convictions des pro-masques. Dans ces territoires le port du masque a été l'une des réponses immédiates à la crise sanitaire.  


Dès leur arrivée à l'entrée d'un des quatre centres, les patients se font prendre la température
Voyage en immersion dans les centres de soins avancés
Le centre culturel de Grevenmacher, Luxexpo The Box au Kirchberg, la Rockhal à Belval et le hall du Deich à Ettelbruck accueillent les patients soupçonnés d'infection au coronavirus. Ces structures de première ligne à grande capacité sont pleinement opérationnelles depuis la semaine dernière.

Le gouvernement japonais vient d'ailleurs d'annoncer que chaque foyer recevrait prochainement deux masques réutilisables. A Hong Kong aussi, les habitants perçoivent le port du masque comme «un moyen pour l'individu de protéger le reste de la société autant que lui-même», explique à l'AFP Keiji Fukuda, directeur et professeur à l'université de santé publique de Hong Kong.  Il met toutefois en garde ceux qui croient à une force protectrice quasi «magique» des masques. 

Pour Ben Cowling, un autre professeur de la même université à Hong Kong, le mérite revient plutôt aux mesures de santé publique prises par certains gouvernements en Asie. Cela comprend «l'identification des cas et leur isolement, la mise en quarantaine de leurs proches, et l'application d'un principe de distanciation sociale», dit-il à l'AFP. 

L'Organisation mondiale de santé (OMS) continue de déconseiller le port du masque pour le grand public, attirant l'attention sur la pénurie mondiale de ces produits et la nécessité cruciale de les distribuer en priorité au personnel médical en première ligne. Par ailleurs, certains experts soulignent qu'un port généralisé de masques peut avoir des effets pervers, même si les stocks sont abondants. «Les masques peuvent donner aux gens un faux sentiment de sécurité», prévient Simon Clarke, un professeur associé de l'université de Reading (Royaume-Uni), spécialiste en microbiologie cellulaire.