Changer d'édition

L’école belge abandonne les tests salivaires
International 3 min. 13.04.2021 Cet article est archivé

L’école belge abandonne les tests salivaires

Plusieurs clusters avaient été détectés, décelés uniquement grâce au testing salivaire. Au total, deux écoles ont ainsi fermé leurs portes.

L’école belge abandonne les tests salivaires

Plusieurs clusters avaient été détectés, décelés uniquement grâce au testing salivaire. Au total, deux écoles ont ainsi fermé leurs portes.
Photo: Marijan Murat/dpa
International 3 min. 13.04.2021 Cet article est archivé

L’école belge abandonne les tests salivaires

Ce mode de dépistage avait pourtant été présenté comme un frein à la propagation du virus dans l’enseignement obligatoire.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - C’est un nouveau couac dans la course contre le virus. En Belgique, les tests salivaires devaient permettre une «rentrée» scolaire en toute sécurité à partir de ce 19 avril. Ils sont au contraire tout bonnement abandonnés en raison de la lourde logistique et du coût qu’implique cette méthode de dépistage.


SOS détresse dépression alleine
Des pensées suicidaires chez 20% des étudiants belges
Une enquête universitaire réalisée dans l’enseignement supérieur francophone diagnostique le mal-être de toute une jeunesse.

Début mars, un projet-pilote avait pourtant été lancé à grand renfort de publicité dans les médias. Vingt écoles côté francophone, quarante côté flamand, y avaient participé. Directeurs et enseignants s’étaient pliés au rituel peu avenant du crachat matinal sous l’œil des caméras. De 45% la première semaine, la participation était passée à 70% la dernière. Un taux de positivité de 0,3% avait été mesuré au terme du projet-pilote. Plusieurs clusters avaient été détectés, dont un à Ottignies (sud de Bruxelles), décelés uniquement grâce au testing salivaire. Au total, deux écoles ont ainsi fermé leurs portes.

«Ce qui est positif», a confié au Soir Fabrice Bureau, vice-recteur à la recherche de l’ULiège et promoteur du projet, «puisque cela a permis de limiter la propagation du virus avant que des membres du personnel ne présentent des symptômes».

Mais les problèmes se sont multipliés. En Flandre, les réceptacles utilisés n’étaient pas adéquats pour récolter la quantité de salive nécessaire aux laboratoires. Puis l’encodage s’est révélé en partie défaillant. La pratique des tests salivaires, enfin, n’a pas suffi à taire les appréhensions de ceux qui devaient se rendre chaque jour à l’école pour y travailler. Ecole qui, rappelons-le, avait fini par être fermée anticipativement avant les congés de Pâques car suspecte de propager activement le virus.


This illustration photo taken on April 8, 2021 shows an injection needle next to letters forming the name of the vaccine against the coronavirus (Covid-19) AstraZeneca in Salzburg, Austria. - The EU's medicines regulator said on April 7, 2021 that blood clots should be listed as a rare side effect of the AstraZeneca jab but the benefits continue to outweigh risks, as several countries battle fresh virus surges amid vaccine shortfalls. A number of nations have suspended the use of AstraZeneca's vaccine for younger populations after it was earlier banned outright in several places over blood clot scares. (Photo by BARBARA GINDL / APA / AFP) / Austria OUT
La Belgique limite AstraZeneca aux plus de 56 ans
Ce choix n’a pas d’incidence immédiate sur la campagne de vaccination et évite en outre tout nouveau retard.

Le projet-pilote a ainsi mis en lumière les limites des tests salivaires. Ceux-ci ne dispensent pas du respect des mesures sanitaires habituelles. Mais au bout du compte, c’est bien la lourdeur logistique liée à l’acheminement des tests vers les laboratoires qui leur a été fatale. Selon la ministre francophone de l’Education Caroline Désir, «le défi logistique est un casse-tête insoluble pour la stratégie de tests salivaires, en Fédération Wallonie-Bruxelles comme en Flandre, et les premières analyses font apparaître des bénéfices très limités ». Accusations dont le promoteur du projet s’est défendu, affirmant que ces écueils avaient clairement été identifiés avant son lancement. «Il suffit que les ministres claquent des doigts et le lendemain, on est dans les écoles», a plaidé Fabrice Bureau.

L’école belge se tourne désormais vers les autotests. Selon le commissaire Corona Pedro Facon, ils ne seront toutefois pas distribués avant la fin du mois, laissant ainsi les directions des établissements scolaires sans dépistage ad hoc pendant les quinze jours qui sépareront ce moment de la rentrée du 19 avril.


24.11.2020, Belgien, Br¸ssel: Alexander De Croo, Premierminister von Belgien, tr‰gt eine Mund-Nasen-Bedeckung bei seinem Besuch im Flughafen Br¸ssel-Zaventem. De Croo wird dort auch Mitglieder der Flughafengesellschaft treffen. Foto: Pool Christophe Licoppe/BELGA/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le sprint législatif du gouvernement De Croo
Quitte à être élaguée, la loi "Pandémie" censée soutenir les mesures sanitaires en vigueur doit être absolument votée d’ici mai.

Ce choix est synonyme d’efficacité moindre : les tests salivaires sont fiables entre 65% et 80% pour les personnes très infectées. Les autotests sont faillibles selon une fourchette estimée entre 40 et 60%. 500.000 tests salivaires ont toutefois été commandés. Ils pourraient être à l’avenir destinés aux seules écoles de l’enseignement supérieur.

Cette valse-hésitation n’augure rien de bon pour la réouverture des écoles, lundi prochain. La Flandre a décidé d’un retour à la situation antérieure : école en présentiel pour les élèves de la maternelle à la deuxième secondaire et enseignement hybride (50% de présentiel, 50% de cours à distance) pour les 14-18 ans. La Belgique francophone se tâte encore.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si le projet-pilote prendra fin ce vendredi, les résultats ne seront pas communiqués avant la fin des vacances de printemps, précise Claude Meisch ce jeudi. Les conclusions tirées permettront de réfléchir à sa «mise en oeuvre concrète» à plus grande échelle.
dpatopbilder - 22.03.2021, Sachsen-Anhalt, Halle (Saale): Ein Schüler des Lyonel Feininger Gymnasiums macht seinen ersten Corona Schnelltest. Zum ersten Mal werden in der Schule auf Initiative des Schulleiters Schnelltests für und von den Schülern durchgeführt. Foto: Holger John/dpa-Zentralbild/dpa +++ dpa-Bildfunk +++