Changer d'édition

Salman Rushdie «sur la voie du rétablissement»
International 3 min. 14.08.2022
Après l'attaque de vendredi

Salman Rushdie «sur la voie du rétablissement»

Salman Rushdie a toujours défendu dans ses livres la satire et l'irrévérence.
Après l'attaque de vendredi

Salman Rushdie «sur la voie du rétablissement»

Salman Rushdie a toujours défendu dans ses livres la satire et l'irrévérence.
Photo: AFP
International 3 min. 14.08.2022
Après l'attaque de vendredi

Salman Rushdie «sur la voie du rétablissement»

L'écrivain est toujours hospitalisé mais n'est plus sous respirateur. Quant à son agresseur, un jeune Américain d'origine libanaise, il a été présenté à un juge de l'Etat de New York devant lequel il a nié la «tentative de meurtre».

(AFP) - Salman Rushdie est «sur la voie du rétablissement», a affirmé dimanche son agent Andrew Wylie cité par des médias américains, deux jours après que l'écrivain britannique eut été poignardé une dizaine de fois par un jeune Américain d'origine libanaise lors d'une conférence dans le nord des Etats-Unis.

Il n'est plus sous assistance respiratoire et «la voie du rétablissement a commencé», a indiqué M. Wylie dans un communiqué transmis notamment au Washington Post. «Les blessures sont graves, mais son état évolue dans la bonne direction», a ajouté l'agent de l'auteur des «Versets sataniques» poignardé vendredi au centre culturel de Chautauqua (Etat de New York) au cou et à l'abdomen.


In this file photo taken on April 19, 2013, British author Salman Rushdie, poses for a portrait during 'Midnight's Children' press day on April 19, 2013 in Los Angeles, California. - It has been reported that Rushdie was attacked on stage today during an event in New York. (Photo by Joe KLAMAR / AFP)
Poignardé sur scène, Salman Rushdie est dans un état grave
Salman Rushdie, auteur des «Versets sataniques» et cible depuis plus de 30 ans d'une fatwa de l'Iran, a été placé sous respirateur après avoir été poignardé vendredi au cou et à l'abdomen dans l'Etat de New York par un homme qui a été arrêté.

Lors d'une audience de procédure au tribunal de Chautauqua, Hadi Matar, 24 ans, poursuivi pour «tentative de meurtre et agression», a comparu en tenue rayée noire et blanche de détenu, menotté et masqué, et n'a pas dit un mot, d'après le New York Times (NYT) et des photos de la presse locale.

Attaque préméditée

Les procureurs ont estimé que l'attaque de vendredi dans un centre culturel de Chautauqua était préméditée. A 75 ans, l'intellectuel a été poignardé au moins à dix reprises au cou et à l'abdomen.

Le suspect, qui vit dans le New Jersey, a plaidé «non coupable» par la voix de son avocat et comparaîtra une nouvelle fois le 19 août.

Samedi, les autorités et les proches de Salman Rushdie ont gardé le silence sur l'état de santé du Britannique naturalisé Américain. Il a été hospitalisé vendredi sous assistance respiratoire à Erié, en Pennsylvanie, au bord du lac qui sépare les Etats-Unis du Canada.

Toutefois, son agent Andrew Wylie, alarmiste vendredi soir auprès du New York Times - «Salman va probablement perdre un oeil, les nerfs de son bras ont été sectionnés et il a été poignardé au foie» - a simplement confié que son client a recommencé à parler samedi soir, sans dire s'il restait ou pas sous assistance respiratoire.

L'attentat provoque une onde de choc, surtout dans les pays occidentaux: le président américain Joe Biden a condamné «une attaque brutale» et rendu hommage à Salman Rushdie pour son «refus d'être intimidé et réduit au silence».

Vivant à New York depuis 20 ans, Salman Rushdie avait repris une vie à peu près normale tout en continuant de défendre, dans ses livres, la satire et l'irrévérence.

L'attaque saluée en Iran et au Pakistan

Dans le sud du Liban, Ali Qassem Tahfa, le chef du village de Yaroun, a indiqué à l'AFP que Hadi Matar était «d'origine libanaise». Le jeune homme «est né et a grandi aux Etats-Unis. Sa mère et son père sont de Yaroun», a-t-il assuré sans commenter l'attaque.

L'attaque a été largement dénoncée dans les pays occidentaux. De nombreux chefs d'Etat ont réagi suite à l'agression de l'écrivain britannique, dont le Premier ministre luxembourgeois Xavier Bettel, qui s'est dit «choqué» et «consterné» par «l'attaque lâche» dont a été victime Salman Rushdie, ajoutant que «le droit à la liberté de pensée et d'expression nous concerne tous».


L'attaque a par contre été saluée au Pakistan et en Iran. Dans ce dernier pays, le quotidien ultraconservateur Kayhan a félicité l'assaillant: «Bravo à cet homme courageux et conscient de son devoir qui a attaqué l'apostat et le vicieux Salman Rushdie», écrit le journal. «Baisons la main de celui qui a déchiré le cou de l'ennemi de Dieu avec un couteau».

Au Pakistan voisin, le parti Tehreek-e-Labbaik Pakistan -- réputé pour sa violence contre ce qu'il appelle du blasphème antimusulman -- a jugé aussi que Rushdie «méritait d'être tué».