Changer d'édition

L'«Arizona» a déjà du plomb dans l'aile
International 3 min. 07.07.2020

L'«Arizona» a déjà du plomb dans l'aile

Sophie Wilmès et son gouvernement devaient présenter ce mardi un plan ambitieux de revalorisation des métiers de la santé.

L'«Arizona» a déjà du plomb dans l'aile

Sophie Wilmès et son gouvernement devaient présenter ce mardi un plan ambitieux de revalorisation des métiers de la santé.
Photo: AFP
International 3 min. 07.07.2020

L'«Arizona» a déjà du plomb dans l'aile

La tentative de former une coalition réunissant six partis pour gouverner la Belgique est un échec.

De notre correspondant Max Helleff (Bruxelles) - Trois bons mois encore et la Belgique aura battu le record des 541 jours sans exécutif fédéral qui avait finalement débouché sur la formation du gouvernement Di Rupo. C’était en 2011.

Depuis les élections du 26 mai 2019, quelque 408 jours se sont en effet écoulés sans que l’espoir de voir une fumée blanche s’élever au-dessus du 16, rue de la Loi, ne soit comblé. La libérale francophone Sophie Wilmès est toujours à la tête d’un gouvernement minoritaire que la fin des pouvoirs spéciaux dédiés à la lutte contre le covid-19 a ramené aux affaires courantes.

La dernière tentative de coalition en date s’appelle «Arizona», elle est menée par les trois partis encore au pouvoir (libéraux francophones et flamands, chrétiens-démocrates flamands). Si cette alliance devait être scellée, elle réunirait six formations politiques. Côté flamand: les libéraux, les nationalistes, les chrétiens-démocrates et les socialistes. Côté francophone: les libéraux et les humanistes (ex-sociaux-chrétiens).

Mais lundi, les socialistes flamands ont fait un pas de côté alors que les humanistes francophones jugeaient que le terrain ne leur était pas favorable. Le Centre démocrate humaniste (CDH) «estime, à ce stade, que les conditions ne sont pas remplies pour entamer un travail dans pareille configuration». Mais il se veut «constructif pour qu’une solution puisse enfin être trouvée afin de doter ce pays d’un gouvernement et d’un plan de relance dont il a cruellement besoin».


Belgian Prime Minister Sophie Wilmes (R) speaks during a press conference following a meeting of the National Safety Council, gathering politicians and intelligence services, to discuss how to tackle the spread of the COVID-19, the novel coronavirus, in Brussels on April 15, 2020. (Photo by Benoit DOPPAGNE / BELGA / AFP) / Belgium OUT
Haro sur les pouvoirs spéciaux en Belgique
La N-VA mène la fronde contre les dispositions particulières confiées au gouvernement Wilmès dans la lutte contre le coronavirus. Les pouvoirs spéciaux pourraient ne pas être renouvelés en juin.

Le CDH – qui ne compte que cinq députés sur 150 à la Chambre – a été piqué au vif par l’accueil distant qui lui aurait été réservé par ses partenaires de négociation. Leur président Maxime Prévot a expliqué avoir été traité comme quantité négligeable alors que tous les protagonistes invités auraient dû être mis sur pied d’égalité.  Il y aurait de surcroît un flou sur les intentions du trio gouvernemental aux commandes des discussions: «Le monde d’après doit s’esquisser de manière volontariste mais nous ne connaissons rien des intentions du trio à ce stade, faute de concertation suffisante en amont», explique le CDH.

Les libéraux francophones refusent de croire en ce scénario. Pour leur président Georges-Louis Bouchez, les humanistes ont en réalité fait marche arrière parce que les socialistes flamands ont eux-mêmes reculé. A priori, à défaut d’être appuyés sur leur gauche, on voit mal comment les humanistes pourraient construire avec la droite «le monde de demain» dont ils rêvent, ce monde servi par une «forte ambition environnementale», «avec un nouvel équilibre tirant vers le haut les secteurs marchand et non marchand et non plus une gouvernance qui se base sur des idées du passé et dépassées».


Bart De Wever.jpg
Bart De Wever relance le jeu politique belge
Le leader nationaliste flamand entend ne pas croupir dans l’ombre. Il réitère ses propositions d'alliance au PS francophone.

Comme pour faire mentir ces doutes, le gouvernement Wilmès devait présenter ce mardi un plan ambitieux de revalorisation des métiers de la santé, lourd de quelque 800 millions d’euros. La crise sanitaire a du bon: elle l’a contraint à prendre enfin en compte les plaintes d’un secteur mis jusque-là à la diète.

Ce n’est toutefois pas cette décision qui sauvera la tentative de former une coalition «Arizona», même si les partis qui composent le gouvernement Wilmès ne renoncent pas à l’idée de ramener la N-VA de Bart De Wever dans le prochain exécutif fédéral. Mais pour cela, il leur faut trouver des alliés pour décrocher une majorité à la Chambre. Sans les humanistes francophones et les socialistes flamands, cette possibilité est on ne peut plus réduite.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Maggie De Block, une proie pas si facile
A tort ou à raison, la ministre belge est pointée du doigt pour sa responsabilité dans la crise sanitaire. Son parcours est en tout cas emblématique du sort réservé à la politique de Santé
Belgium minister of Health, Social Affairs, Asylum Policy and Migration Maggie De Block addresses a press conference on February 4, 2020 in Brussels, on test results of the evacuated Belgians from Wuhan, in China, following the outbreak of the new corona virus. (Photo by BENOIT DOPPAGNE / various sources / AFP) / Belgium OUT
Fin des pouvoirs spéciaux en Belgique
Le recul de la crise sanitaire renvoie le gouvernement Wilmès et les partis politiques au «business as usual». La mise sur pied d'un gouvernement et la relance économique du pays vont rythmer les prochaines semaines.
Belgian Prime Minister Sophie Wilmes addresses a plenary session of the Chamber at the Federal Parliament in Brussels on May 20, 2020. - Due to the social distancing rules in the ongoing coronavirus crisis, only a restricted number of parliament members is present during the session. (Photo by LAURIE DIEFFEMBACQ / Belga / AFP) / Belgium OUT
Les communes wallonnes dans le rouge
Les municipalités ont dû prendre en charge une partie de la gestion de la crise sanitaire et son financement. Elles en paient aujourd’hui le prix fort.