Changer d'édition

L'application de traçage séduit dix millions d'Allemands
International 19.06.2020 Cet article est archivé

L'application de traçage séduit dix millions d'Allemands

L'application de traçage séduit dix millions d'Allemands

International 19.06.2020 Cet article est archivé

L'application de traçage séduit dix millions d'Allemands

Plus de 11% de la population allemande a déjà téléchargé l'appli «Corona warn-app» depuis le début de la semaine. Une annonce faite ce vendredi par l'Institut Robert Koch, l'organisme qui lutte contre les maladies infectieuses en république fédérale.

(JFC) - Alors que le débat éthique fait toujours rage au Luxembourg quant à l'utilisation des données personnelles des patients covid via une application de traçage, le voisin allemand a pris une longueur d'avance. Une telle application, dénommée «Corona warn-app» est disponible depuis le début de la semaine en Allemagne. Le téléchargement se fait sur base volontaire. L'objectif est de faciliter la découverte de nouveaux foyers de coronavirus en république fédérale, où les mesures sont allégées.

Jusqu'à présent, 9,6 millions de personnes ont téléchargé l'application, ce qui représente 11,5% de l'ensemble de la population allemande. «Chaque nouvel utilisateur rend l'application plus utile. Il est donc important que le plus de gens possible la téléchargent», écrit l'Institut Robert Koch sur Twitter.

Contrairement à d'autres applications, la version allemande n'utilise pas la détection de localisation pour créer des profils de mouvement. Elle utilise plutôt le bluetooth pour détecter quels autres utilisateurs de l'application se trouvent à proximité. En outre, les données des utilisateurs ne sont pas stockées sur des serveurs centraux. Pour rappel, la Chine et la Corée du Sud avaient déjà mis au point des applications de traçage plus tôt cette année. Un exemple suivi en Europe par la France et la Norvège.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Après avoir été amendées, puis adoptées mercredi en commissions conjointes de la Santé et de la Justice, les «lois covid» repartent au Conseil d'État pour un nouvel avis. Avant le vote final prévu à la Chambre lundi, vu que l'état de crise expire mercredi, lendemain de la Fête nationale.
Pol, Chambre des Députés , Lamberty Asselborn-Bintz,Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Dans un avis rendu lundi, la commission nationale d'éthique indique avoir conseillé au gouvernement d'envisager la mise en place d'une application pour smartphone destinée à suivre les patients infectés par le covid-19. Mais avec plusieurs réserves.
La divulgation des informations de localisation des utilisateurs de l'application Google Maps suscite de nombreuses interrogations. Pour Xavier Bettel (DP), le recours aux nouvelles technologies dans la gestion de la crise sanitaire requiert un suivi particulier.
La mise en place d'une application de traçage va de pair avec une stratégie de dépistage.
Face à l'absence de stratégie commune de déconfinement au sein de l'Union européenne, le recours à l'utilisation des smartphones apparaît en revanche comme une piste partagée. Mais elle soulève des craintes, notamment au Luxembourg.
A man uses the Robert Koch Institute's coronavirus app 'Corona-Datenspende' (Corona Data Donation) on his smartphone in Dortmund, western Germany, on April 27, 2020 amid the novel coronavirus COVID-19 pandemic. - German Robert Koch Institute, responsible for disease control and prevention, developped an app to help to provide information and detect infections with the SARS-CoV-2 coronavirus which causes the Covid-19 disease. (Photo by Ina FASSBENDER / AFP)
Le Premier ministre et la ministre de la Justice ont échangé avec les députés, mardi matin, sur la manière dont pourraient être utilisés les smartphones pour lutter contre la propagation du covid-19. Un sujet pour le moins sensible.
Soucieux de la protection des données personnelles, le gouvernement pose un regard critique sur les programmes destinés au traçage et à la surveillance du covid-19. Quand bien même ce genre d'outil pourrait s'avérer très utile dans une stratégie de sortie de crise graduelle.