Changer d'édition

L'Allemagne s'apprête à subir une récession
International 4 min. 15.05.2020

L'Allemagne s'apprête à subir une récession

Le gouvernement d'Angela Merkel s'apprête à subir quelques turbulences

L'Allemagne s'apprête à subir une récession

Le gouvernement d'Angela Merkel s'apprête à subir quelques turbulences
Photo: AFP
International 4 min. 15.05.2020

L'Allemagne s'apprête à subir une récession

Le produit intérieur brut allemand du premier trimestre, publié vendredi, devrait donner un avant-goût du choc infligé par la pandémie de coronavirus à la première économie européenne, avant un plongeon bien plus brutal au printemps.

(ASdN avec AFP) - Même en débutant mi-mars, peu avant la fin du trimestre, les mesures de restriction suffisent à déprimer l'activité : les experts cités par l'outil d'analyse financière Factset prévoient ainsi une chute de 2,1% de l'économie allemande sur cette période par rapport au trimestre précédent, et de 2,5% sur un an. Du jamais-vu depuis la crise financière de 2008.   

Comme l'ensemble des pays européens, l'économie allemande a subi un choc multiforme. Le confinement décrété face à la crise sanitaire a paralysé la production de nombreux secteurs, fortement ralenti les échanges et bridé la consommation. Le deuxième trimestre, entre début avril et fin juin, devrait quant à lui connaître un plongeon de 10% du PIB allemand sur un an, selon des projections communes des principaux instituts économiques publiées début avril. 

Industrie en souffrance

L'espoir d'un rebond rapide après quelques semaines de ralentissement s'est donc dissipé et, malgré l'assouplissement des restrictions en mai, la pandémie devrait peser sur l'économie tout au long de l'année. Pour 2020, le gouvernement allemand prévoit une récession de 6,3%, la plus forte depuis le début des calculs en 1970. Et la pandémie devrait amputer de près de 100 milliards d'euros les recettes fiscales par rapport à la précédente prévision d'octobre, a précisé jeudi le ministre des Finances. 

«Après dix ans de croissance, les conséquences de la pandémie» posent «un grand défi économique et politique», a déclaré fin avril le ministre de l'Economie Peter Altmaier. L'industrie exportatrice, pilier du modèle économique allemand, est particulièrement en souffrance, après avoir déjà été plombée en 2019 par les tensions commerciales et les inquiétudes liées au Brexit. En mars, la production industrielle a reculé de 9,2% sur un mois, du jamais-vu depuis 1991, selon l'office fédéral des statistiques Destatis. 

Le secteur automobile a lui aussi calé : les immatriculations se sont effondrées en mars de 37,7% sur un an. En avril, l'Allemagne a produit 97% de voitures en moins sur un an. Les conglomérats industriels sont également à la peine, Thyssenkrupp et Siemens ayant vu un fort recul de leurs résultats nets en début d'année, victimes d'une baisse de la demande dans de nombreux secteurs clients, dont l'automobile. 

Vers un rebond ?

La compagnie allemande Lufthansa, premier groupe européen aérien, perdrait par ailleurs actuellement un million d'euros «par heure» à cause de la chute du trafic aérien. De son côté, le numéro un mondial du tourisme TUI, s'apprête à supprimer 8.000 emplois. 

Avec la réouverture en mai des magasins et de nombre de lieux publics, l'objectif est désormais d'accélérer la relance économique. Berlin prévoit un rebond dès 2021, avec une croissance attendue de 5,2%, espérant renouer en 2022 avec les niveaux de production de 2019. «L'Allemagne sortira de la crise plus rapidement et plus vigoureusement que les autres pays occidentaux», car elle a «dépensé plus d'argent pour sauver son économie», et a été «moins touchée» par le virus, prédit de son côté Carsten Brzeski, économiste au sein d'ING Allemagne.


die Luxair Boeingflotte fast gänzlich am Boden / Foto: Serge Braun
«Il faut un minimum de cohérence entre pays de l'UE»
Déconfinement, investissement ferroviaire ou encore législation européenne sur les droits des passagers, les ministres européens des Transports de l'UE avancent encore en ordre dispersé. De son côté, François Bausch plaide pour davantage de coopération.

Pour faire face à la crise, Berlin a tourné le dos à la rigueur budgétaire, adoptant un plan ambitieux de garanties publiques de prêts et d'aides directes aux entreprises, représentant un volume de 1.100 milliards d'euros. Mais l'économie «ne pourra reprendre que si les principaux partenaires commerciaux» de l'Allemagne, dont «ses voisins européens», la Chine et les Etats-Unis, «renouent avec la croissance», souligne Jens-Oliver Niklash, économiste pour la banque LBBW. Une condition d'autant plus délicate à remplir que le coronavirus attise les tensions sino-américaines, qui pourraient, comme en 2019, plomber le commerce mondial, et l'activité de l'industrie exportatrice allemande. 

L'Allemagne est d'ailleurs «structurellement plus faible» qu'il y a dix ans, lors de la «crise de 2008/2009», estime Carsten Brzeski. Avant même la pandémie, le PIB n'a progressé que de 0,6% en 2019, freiné par les difficultés de l'industrie. Signe des incertitudes de la reprise, le constructeur Volkswagen a annoncé mercredi interrompre pour quelques jours certaines lignes de montage, tout juste rouvertes en mai, en raison d'une faible demande automobile.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Luxair suscite le débat à la Chambre
Au cœur des discussions des députés mercredi, la situation économique difficile de la compagnie aérienne nationale en raison de la pandémie, ainsi que la nomination de Gilles Feith comme nouveau directeur général.
Lokales, flughafen, Luxair, Luxairport,  Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La frontière avec l'Allemagne rouverte dès samedi
Horst Seehofer, le ministre de l'Intérieur de la république fédérale en a fait l'annonce ce mercredi. Pour le reste, l'Allemagne vise une levée à la mi-juin de toutes les restrictions de circulation mises en place à ses frontières.
Lokales, Grenze bei Remich wieder geöffnet , Coronavirus, Covid-19, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Déconfinement prudent en Europe, rebond en Asie
Des dizaines de millions de personnes en France, au Luxembourg, en Belgique et en Espagne ont commencé lundi à retrouver une partie de leur liberté de mouvement mais la crainte d'une deuxième vague reste entière au moment où le coronavirus resurgit en Corée du Sud et à Wuhan.
A waiter serves customers at a cafe in Tarragona on May 11, 2020 as Spain moved towards easing its strict lockdown in certain regions. - One of the worst-hit countries, Spain plans a phased transition through to end-June, with around half of the 47 million population being allowed out to socialise to a limited degree from Monday and restaurants offering some outdoor service. (Photo by LLUIS GENE / AFP)
L'UE s'attend à une récession historique en 2020
La Commission européenne a prédit mercredi un ralentissement économique majeur cette année parmi les Etats membres, dévastés par les répercussions économiques de la pandémie de coronavirus, qui nécessitent un plan de relance sans précédent.
Paolo Gentiloni
«Il faut un minimum de cohérence entre pays de l'UE»
Déconfinement, investissement ferroviaire ou encore législation européenne sur les droits des passagers, les ministres européens des Transports de l'UE avancent encore en ordre dispersé. De son côté, François Bausch plaide pour davantage de coopération.
die Luxair Boeingflotte fast gänzlich am Boden / Foto: Serge Braun
L'Allemagne craint une possible récession
L'économie allemande pourrait ralentir au troisième trimestre, a prévenu lundi la Bundesbank alors que le débat sur des mesures gouvernementales de soutien à l'économie enfle à Berlin.
L'économie allemande souffre de la guerre commerciale entre Chine et Etats-Unis.