Changer d'édition

Si les mesures doivent prendre fin dans quatre jours, pour Angela Merkel, «nous n'avons rien à gagner d'une sortie prématurée maintenant du confinement».
Brèves International 10.02.2021

Si les infections ralentissent dans le pays, les variants du coronavirus se répandent. Un constat qui rend nécessaire «que les restrictions restent en place dans les prochaines semaines», note le gouvernement dans le texte qui sera soumis aux chefs des régions lors d'une réunion cet après-midi.  

Les fermetures des écoles, commerces, restaurants, lieux de culture, de sports de loisir sont maintenues depuis la mi-décembre, voire depuis début novembre pour certains secteurs. Programmées à ce stade jusqu'au 14 février, ces mesures doivent désormais être prolongées d'un mois, selon le document. 

En parallèle, les régions peuvent décider indépendamment de rouvrir plus tôt les écoles et crèches, secteur prioritaire dans la réouverture. Les coiffeurs pourraient, eux, reprendre leur activité à partir du 1er mars en respectant des règles d'hygiène. Le document laisse ouvertes les prochaines étapes du déconfinement, évoquant la possibilité de rouvrir les commerces, musées et autres services à partir d'un taux d'incidence de 35 infections pour 100.000 habitants sur sept jours.  

Ces mesures ont permis de faire nettement baisser la courbe des infections ces dernières semaines mais provoquent aussi la lassitude de la population et l'impatience du monde économique. Néanmoins, «nous n'avons rien à gagner d'une sortie prématurée maintenant du confinement» partiel, avait déjà fait valoir mardi Angela Merkel lors d'une réunion avec les députés conservateurs, selon des sources proches de son parti. Pour rappel, l'Allemagne a enregistré près de 2,3 millions de cas de covid-19 et près de 70.000 morts.