Changer d'édition

L'Allemagne a connu un babyboom en 2021
International 03.08.2022
Impact de la pandémie

L'Allemagne a connu un babyboom en 2021

Chez les femmes de nationalité allemande, le taux de fécondité de 1,49 enfant par femme l'année dernière était nettement plus élevé qu'en 2020.
Impact de la pandémie

L'Allemagne a connu un babyboom en 2021

Chez les femmes de nationalité allemande, le taux de fécondité de 1,49 enfant par femme l'année dernière était nettement plus élevé qu'en 2020.
Photo: Shutterstock
International 03.08.2022
Impact de la pandémie

L'Allemagne a connu un babyboom en 2021

Selon l'Office fédéral des statistiques, 795.492 bébés sont nés l'an dernier, soit 22.000 de plus qu'un an auparavant. Des bébés conçus notamment pendant les confinements de la pandémie de covid.

(dpa) - La pandémie de covid semble avoir eu un impact sur le nombre de naissances en Allemagne. Selon l'Office fédéral des statistiques, 795.492 bébés sont nés l'an dernier, soit 22.000 de plus qu'un an auparavant.

Ainsi, en 2021, le taux de natalité agrégé a augmenté pour la première fois depuis 2017, a annoncé l'office mercredi. L'année dernière, le taux de natalité était de 1,58 enfant par femme. La situation relativement stable sur le marché du travail, associée à la situation particulière de la pandémie de covid au moment de la procréation, a probablement contribué à cette hausse selon l'étude réalisée.


Les Luxembourgeoises ont fait un peu plus d'enfants en 2020
Pour la première fois depuis une dizaine d'années, le nombre d'enfants par femme a légèrement augmenté en 2020. Mais les Luxembourgeoises restent parmi celles qui font le moins d'enfants en Europe.

Comme l'augmentation est surtout due aux naissances du premier et du quatrième trimestre, les raisons devraient être multiples : «Pour les naissances du premier trimestre, le moment de la conception se situe au premier confinement, les gens étaient encore optimistes quant à la fin prochaine de covid».

 «De nombreuses questions encore en suspens» 

Grâce aux allocations de chômage partiel et aux aides, la situation économique de nombreuses personnes était également plus sûre. Comme les nouveau-nés étaient surtout d'autres enfants de parents mariés, le confinement a probablement été utilisé pour la planification familiale.

L'augmentation des naissances au quatrième trimestre 2021 laisse les statisticiens perplexes. Car le moment de la procréation se serait situé dans une «période plutôt difficile»: le confinement de l'automne 2020 n'était pas encore terminé, l'attente d'une possibilité de vaccination se poursuivait. «Nous avons encore trop peu de données pour savoir quelles familles sont concernées», a-t-on expliqué à l'Office fédéral des statistiques.

Ce recensement encore cours, pourrait apporter de nouvelles informations. «De nombreuses questions sont encore en suspens». Les résultats de l'enquête ne seront publiés que l'année prochaine.

Chez les femmes de nationalité allemande, le taux de fécondité de 1,49 enfant par femme l'année dernière était nettement plus élevé qu'en 2020. A l'époque, 1,43 enfant par femme était né. Chez les femmes de nationalité étrangère, le taux de natalité est resté quasiment inchangé avec 2,01 enfants par femme.


Sur le même sujet

Flexibilité de l'emploi du temps, meilleur équilibre ou encore possibilité de vivre de leur passion... L'entrepreneuriat séduit de plus en plus de mamans qui y voient un bon moyen de concilier leur parentalité avec leur carrière professionnelle. Non sans difficultés.
L'AMMD réagit à la fermeture temporaire de la maternité d'Ettelbruck. L'association de médecins regrette un manque d'anticipation concernant le manque d'effectif au niveau des pédiatres et avance quelques solutions.
Maternité Dr. Bohler - Photo : Pierre Matgé
À Esch, les mamans et les papas peuvent se détendre un moment au Café des parents et les enfants peuvent être tout à fait eux-mêmes. De l'aide est également disponible en cas d'urgence.
Zu hohe Ansprüche an sich selbst kann Eltern in die Erschöpfung abrutschen lassen.
Actuellement dans les mains du Conseil d'Etat, le projet de loi sur la connaissance des origines est perçu comme «discriminant» par certains parents et professionnels de santé. A leurs yeux, l'Etat confond «identité du donneur et secret de famille».