Changer d'édition

L’adhésion au vaccin va croissant en Belgique
International 3 min. 05.01.2021

L’adhésion au vaccin va croissant en Belgique

A nurse administers a dose of the Pfizer-BioNtech coronavirus disease (Covid-19) vaccine on January 4, 2020 in the Bellevue gerontology center in Montpellier in the south of France. - French president faced on January 4, 2020 growing pressure to accelerate France's Covid-19 vaccination drive which has seen just a few hundred people receive the jab. (Photo by Pascal GUYOT / AFP)

L’adhésion au vaccin va croissant en Belgique

A nurse administers a dose of the Pfizer-BioNtech coronavirus disease (Covid-19) vaccine on January 4, 2020 in the Bellevue gerontology center in Montpellier in the south of France. - French president faced on January 4, 2020 growing pressure to accelerate France's Covid-19 vaccination drive which has seen just a few hundred people receive the jab. (Photo by Pascal GUYOT / AFP)
AFP
International 3 min. 05.01.2021

L’adhésion au vaccin va croissant en Belgique

Les autorités se montrent optimistes alors que la campagne de vaccination commence officiellement dans les maisons de retraite.

De notre correspondant, Max Helleff (Bruxelles) - Mardi, la Belgique a lancé officiellement sa campagne de vaccination dans les maisons de repos. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : 83 % des résidents en Wallonie et 92 % à Bruxelles acceptent de recevoir le vaccin de Pfizer/BioNTech.

Il s’agit toutefois de données partielles, qui incluent en outre une partie du personnel soignant. En Belgique, rappelons-le, la moitié de la mortalité attribuée au coronavirus a été enregistrée dans les maisons de repos.


A Cremona Hospital health worker holds a vial of the Pfizer-BioNTech Covid-19 vaccine at the Cremona hospital in Cremona, Lombardy, on December 27, 2020, as Italy begins Covid-19 (novel coronavirus) vaccination. - EU countries on December 27 embarked on a vaccination campaign to defeat the "nightmare" of Covid-19, with the first to be immunised expressing emotion after their jab and leaders hailing a milestone in the fight against the pandemic. (Photo by PIERO CRUCIATTI / POOL / AFP)
La Belgique vaccine en toute égalité
Les trois Régions du pays lancent simultanément une phase-test ce lundi. La vaccination à grande échelle commencera le 5 janvier.

Selon la ministre wallonne de la Santé Christie Morreale, la première dose du vaccin devrait pouvoir être administrée à tous les résidents qui le souhaitent dans les trois prochaines semaines. La seconde dose suivra dans les temps, des stocks suffisants étant constitués.

En revanche, aucune indication précise n’a été donnée quant à la date à laquelle commencera la seconde phase, celle qui concernera les hôpitaux et les professionnels de la santé. Tout dépendra de la capacité de production de Pfizer.

La ministre Morreale ne se laisse toutefois pas enfermer dans le calendrier fixé par la firme pharmaceutique américano-allemande. Elle parie sur l’arrivée des vaccins concurrents. «On vaccine en fonction des arrivées des doses. Si on a des bonnes nouvelles sur le vaccin de Moderna, dont on nous dit que l’autorisation pourrait être délivrée début février, on pourra accélérer le processus. Nos espoirs vont aussi vers celui d’AstraZeneca chez qui on a sécurisé 7 millions de doses», confie-t-elle. 


A nurse prepares a dose of the Pfizer-BioNTech Covid-19 vaccine, during a vaccination operation at the "Woonzorgcentrum Sint-Pieters" rest home on December 28, 2020 in Puurs, in Belgium's Flemish region, as the country starts its national vaccination campaign to fight against the spread of the novel coronavirus. - The vaccine doses were transported earlier from the University Hospital in Leuven to the residential care home, as the vaccination program starts with the most vulnerable. Belgium is the country with the highest number of deaths compared to its population with 165 fatalities per 100,000 inhabitants. (Photo by Dirk WAEM / POOL / AFP)
A chaque pays sa stratégie de vaccination
En Europe, les campagnes de vaccination contre le covid-19 ont démarré depuis le week-end dernier. Mais tous ne s'y prennent pas de la même manière. Tour d’horizon des différentes stratégies adoptées en Grande Région.

L’Allemagne et le Royaume-Uni n'ont-ils pas une longueur d'avance? «Si on ramène le nombre de vaccinés à l’échelle de la Wallonie, on va deux fois plus vite qu’en Allemagne !», rétorque la socialiste. «Toutes les méthodes sont louables mais on voit qu’il y a des ruptures de stock là-bas, ce qui va générer d’autres types de frustrations.»

La Belgique a déjà sécurisé plus de 22 millions de doses. Elle s’attend à en recevoir 300.000 en janvier, soit 150.000 personnes a priori vaccinées. Cela peut sembler peu par rapport à une démographie forte de plus de 11 millions d’individus. En réalité, c’est inespéré pour les autorités qui ont affronté ces derniers mois l’incrédulité d’une partie de la population, dubitative quant à la capacité des vaccins à vaincre le coronavirus et anxieuse face à l’apparition d’effets secondaires éventuels.

60% de la population

Pour convaincre à grande échelle, une première campagne a été lancée qui parie sur «l’esprit critique de la population» sans «tomber dans le matraquage» . Une autre doit suivre. Les communicants avancent en terrain plutôt favorable, les manifestations de type «anti-vaccs» n’ayant jamais réellement pris ici.


Si les policiers patrouillent, le commissariat de Charleroi évoque également des «dizaines de dénonciations par jour».
La délation en hausse en Belgique
Les dénonciations pour non-respect des normes sanitaires abondent dans les commissariats, signes évidents d’une détérioration du vivre-ensemble.

Les chiffres d’adhésion obtenus aujourd’hui auprès des maisons de repos confirment une tendance relevée il y a quinze jours par l’Institut de santé publique Sciensano, cette fois auprès de la jeunesse. 60% de la population de 18 ans et plus dit vouloir se faire vacciner, soit 10 % de plus par rapport à une enquête livrée en septembre.

L’espoir d’un retour à la vie normale constitue sans surprise l’une des principales motivations des adeptes de la vaccination.

La pression, il est vrai, ne faiblit guère. Après l’arrivée la semaine dernière d’un variant venu du Royaume-Uni, un autre aurait engendré plusieurs foyers de contamination en Campine (nord-est du pays) au cours des derniers jours. Son ADN est actuellement examiné, mais rien ne prouverait pour l’instant qu’il soit plus contagieux selon les autorités sanitaires.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Une vaccination réalisée au compte-goutte
Si la campagne officielle a bel et bien démarré ce lundi au Luxembourg, seule une petite partie de la population sera immunisée d'ici la fin du mois de mars. Environ 6%, selon les données du ministère de la Santé.
(de g. à dr.) Kettami Mohand, infirmier au Centre de vaccination ; Dr Pedro Matos, médecin au Centre de vaccination
A chaque pays sa stratégie de vaccination
En Europe, les campagnes de vaccination contre le covid-19 ont démarré depuis le week-end dernier. Mais tous ne s'y prennent pas de la même manière. Tour d’horizon des différentes stratégies adoptées en Grande Région.
A nurse prepares a dose of the Pfizer-BioNTech Covid-19 vaccine, during a vaccination operation at the "Woonzorgcentrum Sint-Pieters" rest home on December 28, 2020 in Puurs, in Belgium's Flemish region, as the country starts its national vaccination campaign to fight against the spread of the novel coronavirus. - The vaccine doses were transported earlier from the University Hospital in Leuven to the residential care home, as the vaccination program starts with the most vulnerable. Belgium is the country with the highest number of deaths compared to its population with 165 fatalities per 100,000 inhabitants. (Photo by Dirk WAEM / POOL / AFP)
La délation en hausse en Belgique
Les dénonciations pour non-respect des normes sanitaires abondent dans les commissariats, signes évidents d’une détérioration du vivre-ensemble.
Si les policiers patrouillent, le commissariat de Charleroi évoque également des «dizaines de dénonciations par jour».