Changer d'édition

L'accord de Brexit de Johnson remporte un premier vote
International 20.12.2019 Cet article est archivé

L'accord de Brexit de Johnson remporte un premier vote

Boris Johnson a gagné son pari. Le vote sur le Brexit a été «emballé pour Noël».

L'accord de Brexit de Johnson remporte un premier vote

Boris Johnson a gagné son pari. Le vote sur le Brexit a été «emballé pour Noël».
Photo: dpa
International 20.12.2019 Cet article est archivé

L'accord de Brexit de Johnson remporte un premier vote

Les députés britanniques ont apporté vendredi leur soutien à l'accord de Brexit du Premier ministre. Un vote qui ouvre la voie à une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne au 31 janvier 2020.

(AFP) -  La Chambre des communes, où le leader conservateur dispose d'une très large majorité depuis les élections du 12 décembre, a approuvé le texte avec 358 pour et 234 contre en deuxième lecture. 


Gulls sit on a roof top neat the Houses of Parliament in central London on December 16, 2019. - Prime Minister Boris Johnson vowed Saturday to repay the trust of former opposition voters who gave his Conservatives a mandate to take Britain out of the European Union next month. Johnson toured a leftist bastion once represented by former Labour leader Tony Blair in a bid to show his intent to unite the country after years of divisions over Brexit. (Photo by Tolga AKMEN / AFP)
Le Brexit revient devant le Parlement britannique
Après trois ans et demi de crise politique et deux élections, les députés britanniques entament vendredi l'adoption de l'accord de sortie de l'Union européenne négocié par Boris Johnson. Le divorce entre les deux parties devraient être acté à la fin du mois de janvier.

Le processus législatif va se poursuivre après les fêtes, le gouvernement tablant sur une adoption finale le 9 janvier 2020. Après l'assentiment de la reine, il ne restera alors plus qu'au Parlement européen à le ratifier.

 S'ouvrira à partir du 31 janvier une période de transition jusqu'à la fin 2020, censée permettre à Londres et Bruxelles de se séparer en douceur, pendant laquelle les Britanniques continueront d'appliquer les règles européennes et d'en bénéficier - sans siéger dans les institutions européennes.  

Cette période est prolongeable une fois d'un an ou deux, toute demande devant intervenir avant le 1er juillet. Mais Boris Johnson veut d'office fermer la porte à cette possibilité et a introduit dans la loi soumise au Parlement vendredi une disposition interdisant tout report. Ce positionnement a fait resurgir les craintes d'un «no-deal» aux conséquences redoutées pour l'économie à la fin 2020.


Britain's Houses of Parliament, incorporating the House of Lords and the House of Commons, is pictured in central London on December 16, 2019. - Prime Minister Boris Johnson vowed Saturday to repay the trust of former opposition voters who gave his Conservatives a mandate to take Britain out of the European Union next month. Johnson toured a leftist bastion once represented by former Labour leader Tony Blair in a bid to show his intent to unite the country after years of divisions over Brexit. (Photo by Tolga Akmen / AFP)
Johnson dévoile sa vision pour le Royaume-Uni
Réaliser le Brexit et augmenter les moyens du système de santé: le Premier ministre britannique donne corps à ses promesses de campagne. Son programme de politique nationale est présenté ce jeudi aux députés lors du traditionnel discours du trône de la reine Elizabeth II.

L'UE a souligné qu'elle ferait le «maximum» pour conclure un accord, tout en prévenant qu'un «no deal» aurait «plus d'impact sur le Royaume-Uni» que sur les Européens. Le projet de loi prévoit également de permettre à la justice britannique le pouvoir de revenir sur les décisions de la Cour européenne de Justice.


Sur le même sujet

La pêche bloque toujours les négociations post-Brexit
A dix jours de la rupture définitive, un accord entre Londres et Bruxelles reste suspendu à un compromis sur la pêche suffisamment incertain pour que l'UE se dise prête à négocier jusqu'à la fin de l'année, voire plus... quitte à accepter le choc d'un «no deal».
(FILES) In this file photo taken on September 28, 2020 Seamen working on the French trawler "Le Marmouset III" empty the fish caught in the English Channel from the trawling net, especially cuttlefish destined for the Spanish market. - The scramble for a post-Brexit trade deal headed into a new week on December 20, 2020 after talks were overshadowed by the coronavirus crisis and broke up with no breakthrough on fishing rights. Britain intends to assume control over its waters on January 1, but is ready to allow continued access to EU fishing fleets for a transitional period under new terms. EU fishermen fear that losing any access to the rich UK fishing waters will threaten their livelihoods. (Photo by Nicolas GUBERT / AFP)
Le Brexit approuvé après trois ans de crise
Cette fois, «it's done»: les députés britanniques ont donné leur feu vert au grand saut. Londres va enfin pouvoir quitter l'Union européenne, même si les négociations à venir s'annoncent délicates à mener même pour un Boris Johnson conforté par ce vote.
A video grab from footage broadcast by the UK Parliament's Parliamentary Recording Unit (PRU) shows tellers announcing the result of a vote on the third reading of the European Union (Withdrawal Agreement) Bill, in the House of Commons in London on January 9, 2020. - The European Union (Withdrawal Agreement) Bill has cleared the House of Commons after getting its third reading by 330 votes to 231. (Photo by HO / PRU / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / PRU "
Le Brexit revient devant le Parlement britannique
Après trois ans et demi de crise politique et deux élections, les députés britanniques entament vendredi l'adoption de l'accord de sortie de l'Union européenne négocié par Boris Johnson. Le divorce entre les deux parties devraient être acté à la fin du mois de janvier.
Gulls sit on a roof top neat the Houses of Parliament in central London on December 16, 2019. - Prime Minister Boris Johnson vowed Saturday to repay the trust of former opposition voters who gave his Conservatives a mandate to take Britain out of the European Union next month. Johnson toured a leftist bastion once represented by former Labour leader Tony Blair in a bid to show his intent to unite the country after years of divisions over Brexit. (Photo by Tolga AKMEN / AFP)
Gare à la concurrence déloyale du Royaume-Uni
A peine le résultat des élections britanniques tombé, que les partenaires européens réagissent au Brexit désormais plus que probable après la large victoire des partisans de Boris Johnson.
TOPSHOT - A man in a Union Jack suit walks in Green park, London on December 13, 2019. - Conservative Prime Minister Boris Johnson today hailed a political "earthquake" in Britain after a thumping election victory which clears the way for the country to finally leave the EU next month after years of paralysing deadlock. (Photo by Niklas HALLE'N / AFP)