Changer d'édition

Kanye West vise la présidence des Etats-Unis
International 05.07.2020

Kanye West vise la présidence des Etats-Unis

Pas au meilleur de sa forme, en 2016, le rappeur avait apporté son soutien à celui qui n'était pour l'heure que candidat à la présidence.

Kanye West vise la présidence des Etats-Unis

Pas au meilleur de sa forme, en 2016, le rappeur avait apporté son soutien à celui qui n'était pour l'heure que candidat à la présidence.
Photo : AFP
International 05.07.2020

Kanye West vise la présidence des Etats-Unis

Le rappeur et producteur Kanye West a annoncé samedi sa candidature à l'élection présidentielle américaine de novembre prochain. Une fantaisie.

(AFP) -  «Nous devons maintenant accomplir la promesse de l'Amérique en ayant confiance en Dieu, en unifiant nos visions et en construisant notre avenir. Je suis candidat à la présidence des Etats-Unis ! #2020VISION» a tweeté Kanye West. L'entrepreneur milliardaire de 43 ans, qui appelle dans une de ses chansons à «viser les étoiles, et comme ça si vous échouez vous atterrissez sur un nuage» («reach for the stars so if you fall you land on a cloud») n'a pas fourni plus de détails. 

Le mari de la star de la téléréalité Kim Kardashian a fait la une des journaux ces dernières années pour ses problèmes psychiatriques, ses propos controversés sur l'esclavage et pour son soutien au président républicain Donald Trump, pourtant très impopulaire dans le milieu du rap. Kanye West a d'ailleurs rencontré le président républicain en tête-à-tête dans le bureau ovale en 2018. Avant de confier, l'année suivante, que son soutien à Trump était en fait un stratagème pour se payer la tête des démocrates et paver le chemin de sa propre course vers la Maison Blanche. 

Fin juin, Kanye West a sorti un nouveau morceau à fortes connotations bibliques, Wash Us In the Blood, accompagné d'un clip reprenant des images des récentes manifestations anti-racisme qui ont secoué les Etats-Unis.


Sur le même sujet

Biden prend le large dans le dernier sondage
Favori des intentions de vote chez les minorités et les femmes américaines, le candidat démocrate a pris une avance de 14 points sur Donald Trump dans un sondage national publié mercredi, à quelques mois de l'élection présidentielle.
Democratic presidential candidate Joe Biden speaks about reopening the country during a speech in Darby, Pennsylvania, on June 17, 2020. (Photo by JIM WATSON / AFP)
La voix d'Obama pour apaiser les foules
L'ex-président américain a salué mercredi le «changement de mentalité» opéré chez les Américains manifestant contre le racisme et les violences policières, qui pourrait selon lui aboutir à des réformes au niveau national.
CORRECTION - This screen grab from a video released courtesy of The Obama Foundation shows MBK (My Brother's Keeper) Alliance Virtual Town Hall with President Obama on "Reimagining Policing in the Wake of Continued Police Violence" live streamed on June 3, 2020. - Former US president Barack Obama on Wednesday applauded the "profound" protests by Americans demanding racial justice and said demonstrations over last week's killing of a black man in police custody could spark nationwide reforms. (Photo by - / THE OBAMA FOUNDATION / AFP) / �The erroneous mention[s] appearing in the metadata of this photo has been modified in AFP systems in the following manner: credit The Obama Foundation instead of Chris Delmas/The Obama Foundation Please immediately remove the erroneous mention[s] from all your online services and delete it (them) from your servers. If you have been authorized by AFP to distribute it (them) to third parties, please ensure that the same actions are carried out by them. Failure to promptly comply with these instructions will entail liability on your part for any continued or post notification usage. Therefore we thank you very much for all your attention and prompt action. We are sorry for the inconvenience this notification may cause and remain at your disposal for any further information you may require.�
Donald Trump timidement rappelé à l'ordre par Twitter
Le réseau social a signalé pour la première fois mardi des messages du président américain comme «trompeurs» mais était dans le même temps violemment attaqué pour avoir laissé le locataire de la Maison Blanche accuser, sans l'ombre d'une preuve, un ancien élu d'avoir assassiné une assistante parlementaire.
(FILES) In this file photo US President Donald Trump speaks to the press on May 22, 2020, in the Brady Briefing Room of the White House in Washington, DC. - President Donald Trump tweeted a conspiracy theory on May 26, 2020 accusing one of his media critics of murder -- and prompting a demand that Twitter block the Republican leader's "vicious lie." The president's attempt at character assassination of MSNBC host Joe Scarborough by spreading the baseless rumor to his nearly 80 million followers was only his latest foray into conspiracy theory territory. (Photo by MANDEL NGAN / AFP)