Changer d'édition

Le procès des attentats du 13 novembre en chiffres
International 4 3 min. 07.09.2021
Justice française

Le procès des attentats du 13 novembre en chiffres

En tout, 1.765 personnes, victimes ou familles de victimes, se sont constituées parties civiles dans ce procès.
Justice française

Le procès des attentats du 13 novembre en chiffres

En tout, 1.765 personnes, victimes ou familles de victimes, se sont constituées parties civiles dans ce procès.
Photo: AFP
International 4 3 min. 07.09.2021
Justice française

Le procès des attentats du 13 novembre en chiffres

Six ans après les attaques terroristes les plus meurtrières commises sur le sol français, vingt personnes comparaîtront à partir de mercredi devant la cour d'assises spéciale de Paris. Prévu pour durer jusqu'en mai 2022, le procès s'annonce inédit.

Six attaques, 130 morts et 350 blessés. A partir de mercredi, la justice française se replonge dans les attentats les plus meurtriers qu'ait vécus la France, avec l'ouverture du procès des attaques du 13 novembre 2015. Déjà surnommé «le procès du siècle» dans les couloirs de la cour d'assises spéciale de Paris, ce marathon judiciaire s'annonce hors norme à bien des égards.


La série d'attaques revendiquée par l'Etat islamique avait fait 130 morts en quelques heures.
Paris se souvient des attentats du 13 novembre
Quatre ans après l'attaque terroriste la plus meurtrière jamais perpétrée en France, la capitale fait son devoir de mémoire. Bientôt un «jardin du souvenir» en mémoire des victimes prendra forme.

Une toute nouvelle salle d'audience a été spécialement construite pour l'occasion sur l'île de la Cité, au sein du palais de justice. Cette salle «Grands Procès» qui a nécessité un an et demi de travaux, servira à la tenue d'autres procès d'attentats comme celui du 14 juillet 2016. Longue de 45 mètres de long sur 15 de large, la pièce a coûté 7,5 millions d’euros à l'Etat. Elle peut accueillir 550 personnes et comporte huit écrans géants.

Mais aussi grande soit-elle, cette salle d'audience ne suffira pas à accueillir les 1.765 personnes constituées parties civiles, un nombre susceptible d'évoluer tout au long du procès. D'une vingtaine de nationalités différentes, ces victimes et familles de victimes seront représentées par 300 avocats, parmi les 330 figurant au dossier. 

Et puisque tous ne pourront pas assister en présentiel au procès, la justice a également mis en place une webradio spécifique. La captation audio des débats sera diffusée en différé d'une demi-heure sur une plateforme spécifique, protégée par un code d'identification. Une assistance psychologique téléphonique est également proposée aux parties civiles qui suivront ces débats à distance.

En plus de ceux des parties civiles, trois avocats généraux ont été désignés pour représenter l'accusation, portée par le parquet national antiterroriste: Camille Hennetier, Nicolas Le Bris et Nicolas Braconnay. Ils feront leur réquisitoire face à cinq magistrats professionnels composant cette cour d'assises spéciale, présidée par Jean-Louis Périès. Lesquels devront juger quatorze accusés.

Parmi eux Salah Abdeslam, seul membre encore en vie de ces attaques perpétrées à Paris il y a six ans. Dix autres personnes comparaissent détenues et trois libres, sous contrôle judiciaire. Six autres accusés sont jugés par défaut, les forces de l'ordre n'ayant pas réussi à les retrouver avant ce procès qui devrait s'achever le 25 mai 2022, après 140 journées d'audiences.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les attaques, d'une extrême violence, avaient semé l'effroi et la consternation en France comme à l'étranger. Dès aujourd'hui, la justice se penche sur les faits commis dans la rédaction de Charlie Hebdo et dans l'Hyper Cacher.
(FILES) This file photo taken on January 7, 2019 shows policemen seen outside Charlie Hebdo's former office ahead of a ceremony marking the fourth anniversary of the jihadist attack on the satirical magazine that killed 12 people in Paris. - The trial of the January 2015 attacks on Charlie Hebdo, Montrouge and Hyper Cacher will take place from September 2 to November 10, 2020 in Paris. (Photo by STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
Quatre ans après l'attaque terroriste la plus meurtrière jamais perpétrée en France, la capitale fait son devoir de mémoire. Bientôt un «jardin du souvenir» en mémoire des victimes prendra forme.
La série d'attaques revendiquée par l'Etat islamique avait fait 130 morts en quelques heures.
Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des commandos jihadistes du 13-Novembre, s'est exprimé vendredi pour la première fois devant le juge français en charge de l'enquête, pour dédouaner un suspect soupçonné de l'avoir aidé dans sa cavale, a appris l'AFP de source proche du dossier.
Salah Abdeslam, seul membre encore vivant des commandos jihadistes du 13 novembre 2015 à Paris, est arrivé lundi matin au Palais de justice de Bruxelles pour son premier procès, lié à sa participation présumée à une fusillade avec des policiers à la fin de sa cavale en mars 2016.
Salah Abdeslam est arrivé lundi matin au Palais de justice de Bruxelles pour son premier procès, lié à sa participation présumée à une fusillade avec des policiers à la fin de sa cavale en mars 2016.
Un an après les attentats terroristes survenus à Saint-Denis, au Stade de France, et à Paris, aux terrasses du 11e arrondissement et au Bataclan, la France rend hommage à ses morts.