Changer d'édition

Juncker tacle Trump sur sa vision du Brexit
International 30.03.2017 Cet article est archivé
A Malte

Juncker tacle Trump sur sa vision du Brexit

Jean-Claude Juncker à Malte ce jeudi
A Malte

Juncker tacle Trump sur sa vision du Brexit

Jean-Claude Juncker à Malte ce jeudi
REUTERS
International 30.03.2017 Cet article est archivé
A Malte

Juncker tacle Trump sur sa vision du Brexit

Christelle BRUCKER
Christelle BRUCKER
«Le président récemment élu se réjouit de voir la Grande-Bretagne sortir» de l'UE. S'il continue, je vais encourager l'Ohio ou le Texas à quitter les Etats-Unis», a lancé Jean-Claude Juncker.

(AFP) - Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a promis jeudi à La Valette qu'il encouragerait l'Ohio ou le Texas à sortir des Etats-Unis si le président américain Donald Trump devait continuer à se réjouir ostensiblement du Brexit.

Devant les participants au congrès du Parti populaire européen (PPE), principale fédération de partis de droite de l'Union européenne (UE), M. Juncker a ironisé sur les pays se réjouissant du Brexit, à commencer par les Etats-Unis.

Dans ce pays, «le président récemment élu se réjouit de voir la Grande-Bretagne sortir» de l'UE, a-t-il déploré à ce congrès ouvert mercredi à Malte, qui assure la présidence tournante de l'UE.

«S'il continue ainsi, je vais encourager l'Ohio ou le Texas à quitter les Etats-Unis», a-t-il ajouté, selon la traduction de ses propos tenus en allemand.

"Quelque chose qui sera nouveau, plus fort, meilleur"

«Le Brexit n'est pas la fin de tout mais nous devons en faire un commencement de quelque chose qui sera nouveau, qui sera plus fort et qui sera meilleur», a encore dit M. Juncker, cette fois en français.

Neuf mois après le vote pour le Brexit, le Royaume-Uni a lancé mercredi le processus historique de sortie de l'Union européenne et ouvert deux ans de difficiles négociations pour couper les amarres avec un bloc rejoint sans enthousiasme il y a 44 ans.

M. Juncker a déjà rappelé la semaine dernière avoir demandé aux Etats-Unis de ne pas encourager les pays membres de l'UE à la quitter, lors d'une rencontre en février à Bruxelles avec le vice-président américain Mike Pence.


Sur le même sujet

Ses meilleurs alliés doivent-ils à nouveau s'attendre au pire? Donald Trump pourrait encore jouer les trouble-fêtes ce week-end au sommet du G7 de Biarritz, en France, tant les sujets de discorde se multiplient entre les Etats-Unis et les autres pays riches.
US President Donald Trump speaks to the press before boarding Air Force One in Morristown, New Jersey, on August 18, 2019. (Photo by Nicholas Kamm / AFP)
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a affirmé vendredi que c'est Donald Trump qui a pris l'initiative de lui faire la bise lors de leur rencontre mercredi à Washington, référence au cliché très commenté tweeté par le président américain.
Le président américain Donald Trump a été reçu jeudi à Bruxelles par les présidents du Conseil et de la Commission européens, Donald Tusk et Jean-Claude Juncker, pour sa première rencontre avec les dirigeants d'une UE qu'il a sévèrement critiquée.
Cette première rencontre entre le président américain et les principaux dirigeants de l'Union européenne a duré environ une heure et demie.
›› SOUS LE POUCE
›› SOUS LE POUCE, rubrique spécialement dédiée au mobile, fait le tour de l'actu du jour, en bref, pour vous tous les soirs à 17 heures. Alors que s'est-il passé ce jeudi 30 mars 2017?
Russie, Merkel, Otan, Brexit
La main tendue vers la Russie, «l'erreur catastrophique de Merkel» sur les migrants, l'Otan «obsolète», le «succès» du Brexit qui verra d'autres pays quitter l'UE: le président américain élu Donald Trump a réalimenté la machine à polémiques dimanche dans des entretiens à la presse européenne.
Il a tendu une main vers Moscou, en froid avec l'administration de son prédécesseur Barack Obama qui l'accuse d'ingérence dans l'élection présidentielle américaine.
En pleine tempête post-Brexit au Royaume-Uni, le Premier ministre David Cameron réunit lundi son Conseil des ministres et les députés reprennent leurs travaux, quatre jours après le vote des Britanniques pour sortir de l'Union européenne.
TOPSHOT - People walk over Westminster Bridge wrapped in Union flags, towards the Queen Elizabeth Tower (Big Ben) and The Houses of Parliament in central London on June 26, 2016. 
Britain's opposition Labour party plunged into turmoil Sunday and the prospect of Scottish independence drew closer, ahead of a showdown with EU leaders over the country's seismic vote to leave the bloc. Two days after Prime Minister David Cameron resigned over his failure to keep Britain in the European Union, Labour leader Jeremy Corbyn faced a revolt by his lawmakers who called for him, too, to quit.
 / AFP PHOTO / Odd ANDERSEN