Changer d'édition

Juncker prêt à discuter avec Johnson de ses propositions
International 02.10.2019

Juncker prêt à discuter avec Johnson de ses propositions

Jean-Claude Juncker ne ferme pas la porte aux propositions de Boris Johnson mais certaines conditions restent de mise.

Juncker prêt à discuter avec Johnson de ses propositions

Jean-Claude Juncker ne ferme pas la porte aux propositions de Boris Johnson mais certaines conditions restent de mise.
Photo: AFP
International 02.10.2019

Juncker prêt à discuter avec Johnson de ses propositions

Le président de la Commission européenne a prévu de s'entretenir ce mercredi avec le Premier ministre britannique après avoir pris connaissance de ses nouvelles propositions pour parvenir à une sortie négociée du Royaume-Uni de l'UE.

(AFP) -  «L'entretien est prévu à 17h15. L'Union européenne veut un accord (sur le Brexit) et pour avoir un accord, nous voulons que tous les objectifs du filet de sécurité (irlandais) soient respectés», a annoncé la porte-parole de Jean-Claude Juncker. 

Les négociateurs européens attendent de prendre connaissance des nouvelles propositions britanniques. L'émissaire de Boris Johnson, David Frost, doit les présenter mercredi après-midi aux collaborateurs du négociateur de l'UE Michel Barnier, a-t-on appris de sources diplomatiques.  


Britain's Prime Minister Boris Johnson prepares his keynote speech for the annual Conservative Party conference in Manchester, northwest England, on October 1, 2019 which he'll deliver on the final day on October 2. - Britain is on the verge of submitting proposals for a new Brexit deal, Prime Minister Boris Johnson said Tuesday, even as France warned that failure to get a new agreement was the most likely outcome as the deadline loomed. (Photo by Stefan Rousseau / POOL / AFP)
Boris Johnson dévoile son «offre finale»
Le Premier ministre britannique détaillera mercredi une ultime proposition sur la sortie de l'UE qu'il soumettra à Bruxelles. Il réserve ses annonces pour son discours de clôture du congrès du Parti conservateur.

Boris Johnson a averti que son «offre finale» pour la sortie de l'UE prévue le 31 octobre est à prendre ou à laisser. La Commission européenne s'est refusée à tout commentaire avant d'en avoir pris officiellement connaissance.

«Nous allons écouter les Britanniques et nous allons probablement leur poser beaucoup de questions», a toutefois confié un responsable européen. «Nous informerons ensuite les Etats membres et le Parlement européen et nous déciderons ensuite si nous entrons dans le tunnel ou pas», a-t-il indiqué.

Selon le journal The Telegraph, la nouvelle proposition britannique prévoit que l'Irlande du Nord reste dans le marché unique européen jusqu'en 2025, tout en formant une union douanière avec le Royaume-Uni. Il y aurait donc en quelque sorte deux frontières: des contrôles douaniers entre les deux Irlande et des contrôles réglementaires en mer d'Irlande, qui sépare la Grande-Bretagne de sa province nord-irlandaise.   


Britain's Chancellor of the Exchequer Sajid Javid speaks at a fringe event on the second day of the annual Conservative Party conference at the Manchester Central convention complex in Manchester, north-west England on September 30, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson's office has denied allegations he made unwanted sexual advances towards two women 20 years ago. Journalist Charlotte Edwardes wrote in a column for The Sunday Times that Johnson put his hand on her thigh at a dinner party thrown by the magazine he was editing at the time. (Photo by Ben STANSALL / AFP)
«Personne ne sait vraiment» le coût du no deal
Le ministre des Finances britannique Sajid Javid a affirmé lundi sur la BBC qu'il n'était pas en mesure de connaître l'impact pour l'économie du Royaume-Uni d'un Brexit sans accord. Un scénario qui reste, selon lui, «une possibilité».

Les premières réactions montraient toutefois un certain agacement et beaucoup de scepticisme dans les capitales. «Si vous exaspérez les Irlandais et si vous exaspérez l'UE, comment est-ce que vous pensez que ça peut marcher?», a déclaré une source européenne.    



Sur le même sujet

Ultimes discussions entre Johnson et l'Irlande
Le Premier ministre britannique rencontre ce jeudi son homologue irlandais Leo Varadkar, pour trouver un arrangement sur la question de la frontière irlandaise sur laquelle butent toujours les négociations du Brexit.
Britain's Prime Minister Boris Johnson reacts outside 10 Downing Street in central London on October 10, 2019, as he greets mental health campaigner Ben West (unseen), delivering a petition calling for compulsory mental health first aid training for teachers. (Photo by ISABEL INFANTES / AFP)
Johnson ne convainc toujours pas les Européens
Le compromis du Premier ministre britannique sur le Brexit s'est heurté jeudi à un scepticisme grandissant de l'Irlande et de ses alliés européens, renforçant les craintes d'un divorce sans accord dans quatre semaines.
A video grab from footage broadcast by the UK Parliament's Parliamentary Recording Unit (PRU) shows Britain's Prime Minister Boris Johnson speaking about the government's proposed Brexit deal in the House of Commons in central London on October 3, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson met his senior ministers on Thursday before setting out on a delicate mission to convince sceptical EU leaders to back his new Brexit plan. (Photo by HO / PRU / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / PRU " - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS - EDITORS NOTE THE IMAGE HAS BEEN DIGITALLY ALTERED AT SOURCE TO OBSCURE VISIBLE DOCUMENTS
Déjeuner à Luxembourg entre Juncker et Johnson
Six semaines avant le divorce avec l'Union européenne, le Premier ministre britannique échangera ce lundi à Luxembourg avec des négociateurs européens. Ils sont très réservés sur ses annonces et peu optimistes sur les chances d'une séparation concertée.
Jean-Claude Juncker unterzieht sich einer Gallenblasen-OP.
Moment de vérité pour l'accord sur le Brexit
A seulement 17 jours du Brexit, les députés britanniques se prononcent ce mardi sur l'accord de divorce avec l'Union européenne, après les garanties de dernière minute que Theresa May a annoncé avoir décrochées.
European Commission President Jean-Claude Juncker (R) and British Prime Minister Theresa May leave after giving a press conference following their meeting in Strasbourg, on March 11, 2019. - The British government said on Monday it had agreed "legally binding changes" to the Brexit deal during discussions between British Prime Minister Theresa May and EU officials in Strasbourg. (Photo by Frederick FLORIN / AFP)
Brexit: l'UE refuse de renégocier l'accord
Les dirigeants des 27 pays membres de l'Union européenne ont opposé mardi une fin de non-recevoir à l'exigence des autorités britanniques de renégocier l'accord pour la sortie du Royaume-Uni le 29 mars et le «filet de sécurité» prévu pour l'Irlande.
A handout photograph released by the UK Parliament shows Britain's Prime Minister Theresa May (C) smiling in the House of Commons in London on January 29, 2019, as members of Parliament vote on amendments to Theresa May's Brexit withdrawal bill. - British MPs on Tuesday voted on a series of amendments seeking to show what they want as Brexit approaches on March 29, with Britain currently on course to crash out of the EU without a withdrawal deal. (Photo by Jessica TAYLOR / UK PARLIAMENT / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, ADVERTISING PURPOSES - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO /JESSICA TAYLOR / UK Parliament"