Changer d'édition

Juncker devrait rester président plus longtemps
International 2 min. 16.10.2019 Cet article est archivé

Juncker devrait rester président plus longtemps

L'actuel président de la Commission européenne n'est pas près de rendre les clés.

Juncker devrait rester président plus longtemps

L'actuel président de la Commission européenne n'est pas près de rendre les clés.
Photo: AFP
International 2 min. 16.10.2019 Cet article est archivé

Juncker devrait rester président plus longtemps

A défaut d'avoir pu désigner l'ensemble de ses commissaires, Ursula von der Leyen ne prendra pas ses fonctions de présidente de la Commission européenne à la fin du mois. Le Luxembourgeois et son équipe vont donc diriger l'institution un mois supplémentaire.

(PJ) Elle devait officiellement succéder à Jean-Claude Juncker à compter du 1er novembre, mais Ursula von der Leyen devra sans doute patienter quelques semaines de plus. D'après le quotidien belge Le Soir, le mandat de l'actuel président de la Commission européenne devrait être prolongé. Il est vrai que la candidate allemande à la succession peine à constituer son équipe

Le 23 octobre, tout aurait dû être ficelé dans la liste des 26 commissaires européens du nouvel exécutif. Sauf que ces dernières semaines, au cours des auditions des candidats proposés, les eurodéputés ont joué les frondeurs. Trois commissaires potentiels ont ainsi été retoqués.


Sylvie Goulard se voir reprocher une possible implication dans une affaire d'emploi fictif au sein du Parlement européen.
Sylvie Goulard ne sera pas commissaire européen
La Française a vu sa candidature rejetée à une forte majorité par les eurodéputés qui l'auditionnaient pour la seconde fois ce jeudi. Un revers pour le président Macron qui l'avait lui-même choisie.

Le refus le plus récent en date restant celui opposé à la nomination de Sylvie Goulard, choisie par le président Emmanuel Macron mais qui n'avait pas réussi à convaincre les eurodéputés de sa probité à l'occasion de deux longues auditions. Une mésaventure que n'avait pas connue le candidat luxembourgeois, Nicolas Schmit. L'ancien ministre LSAP ayant convaincu son auditoire de se voir confier le dossier du Travail. 

Désormais la Hongrie, la Roumanie et donc aussi la France doivent proposer de nouveaux noms (un homme et une femme dans les trois cas). 

Retard prévisible côté roumain

Si Paris et Budapest ne devraient pas tarder à livrer leur second choix, il est moins certain qu'une annonce provienne de Bucarest. En effet, le gouvernement social-démocrate y a été renversé par une motion de censure en début de mois. Le pays se cherche donc d'abord de nouveaux dirigeants avant d'envisager la désignation du nouveau commissaire européen.

Selon nos confrères belges, les membres des cabinets des commissaires sortants ont déjà été avertis que leur mission devrait aller jusqu’au 1er décembre. Ce sera donc sans doute à eux de poursuivre les pourparlers autour du Brexit mais aussi l’approbation des budgets nationaux. Deux lourdes missions. Quant à Ursula von der Leyen, son arrivée à la tête de la Commission européenne pourrait donc au mieux être effective pour le dernier mois de l'année.


Sur le même sujet

Nicolas Schmit attend les autres commissaires
Si pour le futur commissaire européen à l'Emploi, «l'examen de passage» s'est bien déroulé au Parlement européen, d'autres prétendants pour de hautes fonctions auprès d'Ursula von der Leyen ont déjà été retoqués. Les candidats roumains et hongrois doivent ainsi être remplacés.
Von der Leyen sous pression
La nouvelle présidente de la Commission européenne était sous pression jeudi pour retirer l'intitulé controversé «protection du mode de vie européen» du portefeuille du commissaire chargé du dossier migration, face aux protestations de députés européens.
TOPSHOT - European Commission President German Ursula von der Leyen smiles as she gives a press conference to announce the names of the new European commissioners, on September 10, 2019 at the European Commission in Brussels. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Von der Leyen commence à former son équipe
La future présidente de la Commission européenne engage cette semaine le processus en vue de constituer le staff dirigeant qui l'entourera. Un groupe voulu paritaire entre hommes et femmes.
Ursula von der Leyen attend toujours les propositions françaises et italiennes.
Ursula von der Leyen peine à former sa Commission
Confirmée de justesse par le Parlement européen, la première présidente de l'exécutif européen travaille à la composition de sa future équipe, un exercice «délicat» au vu de la nécessité de composer avec les exigences des partis politiques pour obtenir leur investiture en octobre.
(FILES) In this file photo taken on July 23, 2019 outgoing president of the European Commission Jean-Claude Juncker (L) welcomes German Defence Minister and newly-appointed EU Commission Chief Ursula von der Leyen, in Brussels. - While others spend August on the beach, EU president-elect Ursula von der Leyen works on the "delicate" task of building a team to run the bloc's executive for the next five years. After she was only narrowly approved by the European Parliament, the former German defence minister faces a tricky balancing act. She is trying to accommodate the competing demands of different political parties to make sure her team survives a confirmation vote by MEPs in October. (Photo by JOHN THYS / AFP)