Changer d'édition

Juncker déplore "une spirale négative" au sein de l'UE
International 27.01.2016 Cet article est archivé
Crise des réfugiés

Juncker déplore "une spirale négative" au sein de l'UE

Jean-Claude Juncker à Bruxelles, le 27 janvier 2016
Crise des réfugiés

Juncker déplore "une spirale négative" au sein de l'UE

Jean-Claude Juncker à Bruxelles, le 27 janvier 2016
Photo: Reuters
International 27.01.2016 Cet article est archivé
Crise des réfugiés

Juncker déplore "une spirale négative" au sein de l'UE

Dans la crise des réfugiés, les pays membres de l'Union européenne ont engagé entre eux "une spirale négative" visant à décourager les demandeurs d'asile de venir chez eux, regrette le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

(AFP) - Dans la crise des réfugiés, les pays membres de l'Union européenne ont engagé entre eux "une spirale négative" visant à décourager les demandeurs d'asile de venir chez eux, regrette le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker.

Dans une tribune publiée mercredi par le journal Le Monde, M. Juncker estime qu'il s'est "enclenché une spirale négative dans laquelle les gouvernements nationaux restreignent leur régime d'asile pour le rendre moins attrayant que celui du pays voisin, tandis que les responsables politiques alimentent un populisme qui n'apporte que de la colère, et non des solutions".

Les semaines passent sans que les engagements soient tenus.

Tout en assurant en titre de sa tribune que "la solidarité européenne finira par prévaloir", le président de la Commission déplore qu'en matière de coopération européenne sur le dossier des migrants, "les semaines passent sans que les engagements soient tenus" et "qu'au contraire, les blâmes sont distribués à droite et à gauche".

"Il est temps d'avoir un peu plus confiance dans la capacité de l'Europe à apporter des réponses collectives à des problèmes que chaque État membre de l'Union subit, seul, de manière intense", poursuit-il. "En finir avec la législation de l'Union en matière d'asile ne supprimera pas les obligations nationales de respecter le droit international et l'exigence humanitaire d'offrir l'asile aux personnes qui en ont besoin".

"L'intégration européenne est une question souvent complexe", conclut-il. "Nous ne réussissons pas toujours du premier coup. Si je pouvais décrire l'Europe d'un seul mot, ce serait +persévérance+. Ensemble, nous serons unis contre ce qui cherche à nous diviser. Nous persévérerons en 2016. Et nous réussirons".


Sur le même sujet

Jean-Claude Juncker juge la réponse européenne apportée à la crise du coronavirus. L'ex-président de la Commission observe que «les premières réactions furent nationales» pour la bonne et simple raison que «l'UE ne dispose pas d'un arsenal suffisant en matière de santé publique».
European Commission President Jean-Claude Juncker gestures during his last presser in Brussels on November 29, 2019. - The 64-year-old head of the EU's executive is at the end of his five-year mandate and is expected to hand over the reins to his successor on December 1, 2019. (Photo by Kenzo TRIBOUILLARD / AFP)
Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a annoncé qu'il ne briguerait pas un deuxième mandat en 2019, en dressant un sombre tableau de la situation de l'UE, dans une interview à la radio publique allemande.
Wegen seiner Haltung als früherer Premierminister sehen Kritiker die Glaubwürdigkeit Jean-Claude Junckers beschädigt
L'accord entre la Turquie et l'UE, qui a permis d'assécher le flux de passages clandestins vers l'Europe, «doit être respecté et il le sera», a affirmé le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, dans une interview samedi à un journal belge.
«Je constate qu'Erdogan et son gouvernement sont en train de "préculpabiliser" l'Europe pour l'échec des négociations d'adhésion»
L'existence de l'Union européenne n'est "pas menacée" par la décision britannique de la quitter, a assuré mercredi le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker, dans son discours programme annuel sur l'état de l'Union.
European Commission President Jean-Claude Juncker addresses the European Parliament during a debate on The State of the European Union in Strasbourg, France, September 14, 2016.   REUTERS/Vincent Kessler
La présidence de l'Union européenne se donne deux mois, jusqu'à la fin de l'hiver, pour endiguer le flux de migrants vers l'Europe, a souligné le Premier ministre néerlandais mercredi à Strasbourg.
Des migrants font la queue pour recevoir à manger, en attendant de traverser la frontière gréco-macédonienne, le 20 janvier.
Le chef du gouvernement italien, Matteo Renzi, a piqué un coup de sang jeudi soir contre ses homologues européens durant un débat consacré aux migrants, pour obtenir leur engagement de prendre en charge 40.000 demandeurs d'asile arrivés en Italie et en Grèce.
Xavier Bettel en pleine discussion avec Matteo Renzi