Changer d'édition

Johnson revient à la charge pour convoquer des élections
International 3 min. 29.10.2019

Johnson revient à la charge pour convoquer des élections

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a demandé à l'Union européenne d'exclure un autre report du Brexit après le 31 janvier.

Johnson revient à la charge pour convoquer des élections

Le Premier ministre britannique Boris Johnson a demandé à l'Union européenne d'exclure un autre report du Brexit après le 31 janvier.
Photo: AFP
International 3 min. 29.10.2019

Johnson revient à la charge pour convoquer des élections

Le Premier ministre britannique tente ce mardi une quatrième fois de convoquer des élections anticipées en décembre pour obtenir une majorité et sortir de l'impasse le Brexit, qui a été repoussé une troisième fois.

(AFP) -  Après le rejet lundi par les députés d'un texte convoquant des législatives le 12 décembre, Boris Johnson a aussitôt annoncé préparer un nouveau vote. Il espère ainsi se redonner une majorité, ce qui lui permettrait d'honorer enfin sa promesse de mettre en oeuvre le Brexit, pour lequel les Britanniques ont voté à 52% lors du référendum de juin 2016.

Alors que le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne devait se produire ce jeudi, les 27 autres membres de l'UE ont donné lundi leur feu vert à une prolongation jusqu'au 31 janvier, à moins que l'accord de divorce conclu il y a une dizaine de jours à Bruxelles ne soit ratifié d'ici là.

Quelques heures plus tard, la Chambre des communes a rejeté le texte du gouvernement convoquant des élections le 12 décembre, qui n'a reçu le soutien que de 299 députés alors qu'il fallait pour ce vote une majorité des deux tiers de 434 voix. Les travaillistes, première formation d'opposition, ont bloqué le texte en s'abstenant, expliquant vouloir d'abord écarter le risque d'une sortie sans accord.


EU and Union flags belonging to Brexit activists fly outside the Houses of Parliament in London on October 23, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson could pivot towards a general election as the EU mulls granting a Brexit deadline extension on Wednesday, after a fresh twist to the divorce saga cast doubt over his hopes of leaving on October 31. In tense parliamentary votes on Tuesday, Johnson won initial backing for the divorce deal he agreed with the EU -- but MPs then rejected his timetable to rush it through parliament in a matter of days. (Photo by Tolga Akmen / AFP)
Les 27 s'accordent pour un report du Brexit
Les pays membres de l'Union européenne ont donné leur feu vert ce lundi pour accorder un différé de la date de sortie du Royaume-Uni jusqu'au 31 janvier 2020. Boris Johnson, de son côté, va à nouveau tenter de déclencher des élections anticipées.

Les députés avaient déjà rejeté deux tentatives de Boris Johnson, arrivé au pouvoir en juillet avec la promesse d'un Brexit le 31 octobre, d'organiser un vote en septembre.

Déterminé à mettre un terme à cette «paralysie», le chef du gouvernement tente de nouveau de déclencher des élections anticipées mardi.

Utilisant les subtilités du système électoral britannique, il compte pour cela présenter un texte de loi fixant la date des élections au 12 décembre. Une telle procédure ne nécessite qu'une majorité simple mais ouvre la voie à une bataille d'amendements sur les modalités des élections.

«Voir le Premier ministre évincé de Downing Street»  

Le texte pourrait obtenir le soutien de certains partis d'opposition, comme les formations europhiles, le Parti national écossais (SNP) et les libéraux-démocrates, qui espèrent une victoire du camp anti-Brexit dans les urnes.

«Nous voulons voir le Premier ministre défait et évincé de Downing Street», a déclaré mardi à BBC Scotland Ian Blackford, chef du groupe parlementaire SNP à Westminster.

Pour les convaincre, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Jacob Rees-Mogg a assuré lundi que le gouvernement ne soumettrait pas de nouveau aux députés le texte prévoyant l'application de l'accord de Brexit conclu avec l'UE il y a une dizaine de jours.

Dernier report?

Si «le Parlement résiste» et bloque la tenue d'élections, «je voudrais exhorter les Etats membres de l'Union européenne à indiquer clairement qu'un autre report (du Brexit) après le 31 janvier n'est pas possible», a écrit Boris Johnson au président du Conseil européen, Donald Tusk, prenant acte de la décision européenne.

Plus de trois ans après le vote des Britanniques pour quitter l'Union européenne, le Brexit initialement prévu le 29 mars 2019, a déjà été repoussé au 12 avril puis au 31 octobre.

Le report accordé lundi prévoit une date butoir au 31 janvier mais avec la possibilité pour le Royaume-Uni de quitter l'UE au 30 novembre ou au 31 décembre en cas de ratification de l'accord de sortie avant ces échéances.


Sur le même sujet

«Nous avons fait tout ce qui était en notre pouvoir»
Le président de la Commission européenne Jean-Claude Juncker a assuré mardi que l'Union européenne avait veillé à la mise en place d'un départ ordonné du Royaume-Uni, alors que l'UE restait suspendue à une ratification côté britannique.
Jean-Claude Juncker,
Le Brexit fait gonfler les coûts salariaux des banques
Le transfert récent au Luxembourg de plusieurs dizaines d'organismes financiers basés au Royaume-Uni explose les frais du personnel bancaire, selon un rapport de la CSSF rendu mardi. En cause, l'arrivée de top managers aux gros salaires sur la place financière.
Vu que toutes les institutions financières n'ont pas encore activé une stratégie de transfert vers Luxembourg en vue du Brexit, les coûts du personnel bancaire pourraient continuer à grimper dans les prochaines mois
Le Parlement britannique refuse à nouveau des élections
Les députés britanniques ont infligé, mardi, une nouvelle défaite cuisante au Premier ministre Boris Johnson en s'opposant encore à l'organisation de législatives anticipées, avant que le Parlement ne soit suspendu jusqu'au 14 octobre.
A video grab from footage broadcast by the UK Parliament's Parliamentary Recording Unit (PRU) shows Speaker of the House of Commons John Bercow (L) reading the address from the Queen that was just read by the Speaker of the House of Lords in the House of Commons in London on September 10, 2019, after the ceremony to prorogue (suspend) parliament. - The UK Parliament was prorogued, or suspended, until October 14, 2019. (Photo by HO / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / PRU " - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS - EDITORS NOTE THE IMAGE HAS BEEN DIGITALLY ALTERED AT SOURCE TO OBSCURE VISIBLE DOCUMENTS
Le scénario d'un «no deal» enterré par le Parlement
La Chambre des Lords britannique a adopté définitivement vendredi le texte de loi visant à bloquer une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord, infligeant une nouvelle défaite au Premier ministre Boris Johnson, opposé à une telle initiative.
Le texte adopté ce vendredi par la Chambre des Lords vise à repousser de trois mois le Brexit, prévu le 31 octobre