Changer d'édition

Johnson ne comprend le marché unique «que depuis une semaine»
International 9 2 min. 18.09.2019

Johnson ne comprend le marché unique «que depuis une semaine»

Derrière les sourires de façade, c'est un dialogue de sourd qui prévaut entre Boris Johnson (à g.) et Jean-Claude Juncker

Johnson ne comprend le marché unique «que depuis une semaine»

Derrière les sourires de façade, c'est un dialogue de sourd qui prévaut entre Boris Johnson (à g.) et Jean-Claude Juncker
Photo: AFP
International 9 2 min. 18.09.2019

Johnson ne comprend le marché unique «que depuis une semaine»

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Selon le Financial Times, le Premier ministre britannique aurait fait l'objet de railleries sur ses connaissances limitées du fonctionnement de l'UE de la part de Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne.

Eclipsée par le show de Xavier Bettel lundi lors de la visite officielle du Premier ministre britannique, la teneur des discussions entre Boris Johnson et Jean-Claude Juncker sur le Brexit se dévoile peu à peu. Sur fond d'incompréhension mutuelle à en croire le Financial Times.

«Boris Johnson ne semble comprendre la signification du marché unique que depuis cette semaine», aurait affirmé le président de la Commission lors d'un résumé effectué aux commissaires européens, assure le quotidien économique britannique. Pour le Luxembourgeois, Boris Johnson «ne mesure pas non plus les coûts de son départ pour l'Irlande du Nord.»

Des déclarations qui font écho aux paroles de Michel Barnier, qui avait estimé, à l'issue de l'entrevue infructueuse de lundi à Luxembourg sur le Brexit, que «l'UE ne devrait pas passer son temps à faire semblant de négocier.»

Face au «no deal» de Boris Johnson et la date-butoir du 31 octobre, les eurodéputés expriment de plus en plus leur exaspération et leur hostilité. Ils reçoivent le président de la Commission ce mercredi, puis débattront avec Michel Barnier. 

Épreuve du feu au Royaume-Uni

Ces déclarations interviennent dans un contexte particulier au Royaume-Uni, puisque l'activité du Parlement britannique se trouve suspendue jusqu'au 14 octobre, conséquence directe d'une décision prise par Boris Johnson lui-même pour ramener au silence le pouvoir législatif sur le Brexit.

Le locataire du 10, Downing street avait alors suscité l'indignation des députés britanniques, qui s'étaient opposé à l'organisation d'élections législatives anticipées le 15 octobre, et avaient voté un texte obligeant le Premier ministre à demander le report du Brexit à l'UE s'il n'obtient pas d'accord de sortie d'ici au 19 octobre.

Les onze juges de la Cour suprême britannique doivent se prononcer au plus tôt jeudi, mais plus probablement au début de la semaine prochaine, sur la question de la légalité de cette suspension du Parlement pendant cinq semaines, à quelques jours de la date officielle du Brexit. Seul contre tous, Boris Johnson risque jusqu'à une peine d'emprisonnement pour avoir potentiellement enfreint la loi de son pays.


Sur le même sujet

Xavier Bettel sous un feu nourri de critiques
Au lendemain de la conférence de presse réalisée en l'absence de Boris Johnson, le Premier ministre luxembourgeois se trouve au centre d'une polémique de part et d'autre de la Manche. Tour d'horizon.
Aucune avancée concrète sur le Brexit
Six semaines avant le jour J, le départ du Royaume-Uni de l'UE se trouvait au cœur des discussions programmées au Grand-Duché ce lundi. Boris Johnson a été accueilli à l'heure du déjeuner par Jean-Claude Juncker, président de la Commission européenne et Michel Barnier, négociateur de l'UE.
EU Commission president Jean-Claude Juncker (L) shakes hands with British Prime Minister Boris Johnson (R) prior to their meeting, on September 16, 2019 in Luxembourg - Six weeks before he is due to lead Britain out of the European Union, Prime Minister Boris Johnson meets Jean-Claude Juncker, insisting that a Brexit deal is possible. Downing Street has confidently billed the Luxembourg visit as part of efforts to negotiate an orderly divorce from the union before an October 17 EU summit. (Photo by Fran�ois WALSCHAERTS / AFP)
Le Parlement britannique refuse à nouveau des élections
Les députés britanniques ont infligé, mardi, une nouvelle défaite cuisante au Premier ministre Boris Johnson en s'opposant encore à l'organisation de législatives anticipées, avant que le Parlement ne soit suspendu jusqu'au 14 octobre.
A video grab from footage broadcast by the UK Parliament's Parliamentary Recording Unit (PRU) shows Speaker of the House of Commons John Bercow (L) reading the address from the Queen that was just read by the Speaker of the House of Lords in the House of Commons in London on September 10, 2019, after the ceremony to prorogue (suspend) parliament. - The UK Parliament was prorogued, or suspended, until October 14, 2019. (Photo by HO / various sources / AFP) / RESTRICTED TO EDITORIAL USE - MANDATORY CREDIT " AFP PHOTO / PRU " - NO USE FOR ENTERTAINMENT, SATIRICAL, MARKETING OR ADVERTISING CAMPAIGNS - EDITORS NOTE THE IMAGE HAS BEEN DIGITALLY ALTERED AT SOURCE TO OBSCURE VISIBLE DOCUMENTS
Le scénario d'un «no deal» enterré par le Parlement
La Chambre des Lords britannique a adopté définitivement vendredi le texte de loi visant à bloquer une sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne sans accord, infligeant une nouvelle défaite au Premier ministre Boris Johnson, opposé à une telle initiative.
Le texte adopté ce vendredi par la Chambre des Lords vise à repousser de trois mois le Brexit, prévu le 31 octobre
Boris Johnson «ne vise pas un Brexit sans accord»
L'ancien maire de Londres et candidat à la succession de la Première ministre Theresa May ne vise pas le «No Deal», même s'il est prêt à opter «en dernier recours» pour cette sortie brutale de l'Union européenne.
Boris Johnson compte renégocier l'accord de Brexit conclu en novembre entre Bruxelles et Theresa May.