Changer d'édition

Johnson et Varadkar ravivent l'espoir d'un accord
International 3 min. 11.10.2019

Johnson et Varadkar ravivent l'espoir d'un accord

Boris Johnson (à g.) et Leo Varadkar ont assuré «continuer de croire qu'un accord est dans l'intérêt de tous»

Johnson et Varadkar ravivent l'espoir d'un accord

Boris Johnson (à g.) et Leo Varadkar ont assuré «continuer de croire qu'un accord est dans l'intérêt de tous»
Photo: AFP
International 3 min. 11.10.2019

Johnson et Varadkar ravivent l'espoir d'un accord

Le Premier ministre britannique et son homologue irlandais assurent entrevoir «un chemin» vers un compromis sur la question clé de la frontière irlandaise, dans le cadre du Brexit d'ici à sa date prévue le 31 octobre.

(AFP). -  Sans expliquer sur le fond comment ils comptaient sortir les négociations de l'impasse de ces derniers jours, Boris Johnson et Leo Varadkar ont assuré «continuer de croire qu'un accord est dans l'intérêt de tous», dans une déclaration commune publiée à l'issue d'une rencontre dans un manoir à Birkenhead, près de Liverpool.

«Ils ont convenu qu'ils pouvaient voir un chemin vers un possible accord», relève le texte. Jusqu'alors très pessimiste, le chef du gouvernement irlandais a jugé devant la presse un accord «possible d'ici à la fin octobre». «Il reste bien sûr des problèmes à régler», a-t-il reconnu. «J'espère que ce qui s'est passé aujourd'hui sera suffisant pour permettre la reprise des négociations à Bruxelles».

Rencontre Barnier-Barclay ce vendredi à Bruxelles

L'horloge tourne: il ne reste plus qu'une semaine avant un sommet européen crucial pour éviter une sortie de l'UE sans accord aux conséquences économiques potentiellement catastrophiques le 31 octobre.

Dans cette optique, l'UE a donné jusqu'à vendredi au gouvernement britannique pour lui présenter un compromis acceptable sur la frontière et arriver à une séparation à l'amiable plus de trois ans après la victoire du «Leave» au référendum de juin 2016. Dès vendredi matin, le ministre britannique du Brexit Steve Barclay doit rencontrer à Bruxelles le négociateur en chef de l'UE, Michel Barnier.

L'Irlande est une question clé, Londres et Bruxelles ne parvenant pas à s'accorder sur la manière d'éviter un retour à une frontière physique entre l'Irlande du Nord, province britannique, et la République d'Irlande, qui restera membre de l'UE, et de préserver la paix sur l'île, qui a connu plusieurs décennies de violences.

Optimisme des marchés

Au début de sa rencontre avec Boris Johnson, Leo Varadkar avait tweeté plusieurs photos montrant les deux hommes tout sourire.

Les dirigeants britannique et irlandais n'ont donné aucun détail sur la manière concrète dont ils comptaient surmonter les points de désaccord persistant ces derniers jours, notamment sur la manière d'éviter la mise en place de contrôles douaniers et le droit de regard donné aux autorités locales d'Irlande du Nord dans le mécanisme.

Signe de l'espoir suscité malgré tout par cette rencontre dans les milieux financiers qui craignent un «no deal», la livre sterling, sous pression ces derniers temps, s'est nettement renforcée face au dollar et à l'euro. La principale organisation patronale britannique, la CBI, avait exhorté jeudi matin les deux parties à «mettre toute leur énergie dans un compromis».

Depuis la présentation la semaine dernière par Boris Johnson d'un plan de Brexit, rejeté par les Européens, aucun progrès majeur n'a été annoncé et les deux camps semblaient jusque-là se préparer à un échec des négociations et s'en renvoyer la responsabilité.

Emmanuel Macron a qualifié jeudi le Brexit de «crise intérieure britannique, pas européenne». Qu'il y ait un accord pour une sortie de l'UE, pas d'accord ou une annulation du Brexit, «à la fin, c'est une responsabilité britannique», a ajouté le président français.

Des élections anticipées semblent inévitables  

Faute d'accord le 19 octobre, une loi récemment adoptée par le Parlement britannique impose au Premier ministre de demander un report de trois mois, bien qu'il ait promis un Brexit «coûte que coûte» le 31 octobre. Cette demande de report devra être approuvée à l'unanimité des autres Etats membres, et devra être motivée par la perspective d'élections anticipées ou d'un nouveau référendum, a souligné mercredi la secrétaire d'Etat française aux Affaires européennes, Amélie de Montchalin.

Des élections anticipées semblent inévitables vu la profondeur de la crise politique dans laquelle le Brexit a plongé le Royaume-Uni, et tous les partis s'y préparent activement.

Dans un discours jeudi à Northampton, Jeremy Corbyn, le chef du principal parti d'opposition, le Labour (gauche), a promis s'il arrivait au pouvoir, de décrocher un accord de Brexit dans les trois mois et de présenter celui-ci au vote des Britanniques, ainsi que l'option de rester au sein de l'Union européenne.      


Sur le même sujet

Londres et Bruxelles au bord de la rupture
Les négociations sur le Brexit entre le Royaume-Uni et les Européens semblaient au plus mal mardi à un peu plus de trois semaines de sa date prévue. Les Européens ont accusé le Premier ministre britannique Boris Johnson de jouer avec «l'avenir de l'Europe».
(FILES) In this file photo taken on September 11, 2019 (FILES) In this file photo taken on March 29, 2017 a pro-remain protester holds up an EU flag with one of the stars symbolically cut out in front of the Houses of Parliament, shortly after British Prime Minister Theresa May announced to the House of Commons that Article 50 had been triggered in London. - Britain's government debt to national income ratio would surge to its highest level in 50 years if it leaves the EU without a deal, a leading think-tank said on October 8, 2019. (Photo by OLI SCARFF / AFP)
Boris Johnson dévoile son «offre finale»
Le Premier ministre britannique détaillera mercredi une ultime proposition sur la sortie de l'UE qu'il soumettra à Bruxelles. Il réserve ses annonces pour son discours de clôture du congrès du Parti conservateur.
Britain's Prime Minister Boris Johnson prepares his keynote speech for the annual Conservative Party conference in Manchester, northwest England, on October 1, 2019 which he'll deliver on the final day on October 2. - Britain is on the verge of submitting proposals for a new Brexit deal, Prime Minister Boris Johnson said Tuesday, even as France warned that failure to get a new agreement was the most likely outcome as the deadline loomed. (Photo by Stefan Rousseau / POOL / AFP)
Johnson évoque de nouvelles propositions pour le Brexit
Le Premier ministre britannique a promis, mardi, des nouvelles propositions sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE «très bientôt». Mais il n'a en rien détaillé comment il comptait régler la question de la frontière irlandaise, principal point de blocage.
Britain's Prime Minister Boris Johnson listens to a speech by Britain's Chancellor of the Exchequer Sajid Javid in the main auditorium on the second day of the annual Conservative Party conference at the Manchester Central convention complex in Manchester, north-west England on September 30, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson's office has denied allegations he made unwanted sexual advances towards two women 20 years ago. Journalist Charlotte Edwardes wrote in a column for The Sunday Times that Johnson put his hand on her thigh at a dinner party thrown by the magazine he was editing at the time. (Photo by Oli SCARFF / AFP)