Changer d'édition

Johnson engage une nouvelle bataille avec le Parlement
International 12 4 min. 03.09.2019

Johnson engage une nouvelle bataille avec le Parlement

La plupart des éditorialistes britanniques estimaient ce mercredi que Boris Johnson avait «perdu le contrôle» sur le processus du Brexit.

Johnson engage une nouvelle bataille avec le Parlement

La plupart des éditorialistes britanniques estimaient ce mercredi que Boris Johnson avait «perdu le contrôle» sur le processus du Brexit.
Photo: AFP
International 12 4 min. 03.09.2019

Johnson engage une nouvelle bataille avec le Parlement

Lors d'échanges acrimonieux à la Chambre des communes, le Premier ministre britannique a mis au défi le leader de l'opposition, Jeremy Corbyn, de soutenir la tenue d'élections le 15 octobre.

(AFP) – Boris Johnson a engagé un nouveau bras de fer avec le Parlement britannique mercredi, après une défaite humiliante la veille sur sa stratégie du Brexit: les députés doivent se prononcer sur une loi visant à empêcher une sortie sans accord de l'Union européenne, envisagée par le Premier ministre. Si les députés votent en faveur de ce texte de loi, et donc contre le gouvernement, Boris Johnson a déclaré mercredi qu'il soumettrait au vote de la Chambre des Communes une motion pour convoquer des élections législatives anticipées le 15 octobre. 

Ce texte devra toutefois recueillir deux tiers des voix pour être adopté et il a peu de chances de l'être puisque le Labour, principale formation d'opposition, a déjà appelé à le rejeter. Boris Johnson a promis de faire sortir le Royaume-Uni de l'Union européenne le 31 octobre, avec ou sans accord de retrait conclu avec Bruxelles. Lors d'un référendum en 2016, les Britanniques avaient voté à 52% en faveur d'un divorce avec l'UE. Mais le sujet divise profondément la société britannique et une nouvelle manifestation anti-Brexit était prévue en fin d'après-midi devant le Parlement. 

Ambiance électrique au parlement britannique pour cette rentrée
Ambiance électrique au parlement britannique pour cette rentrée
Photo: AFP

Suspension «légale»

En parallèle de la bataille dans la Chambre des Communes, des élus anti "no deal" s'en sont remis aux tribunaux. La plus haute instance civile d'Ecosse a rejeté mercredi une action intentée par 75 parlementaires pro-européens visant à bloquer la suspension du Parlement, décidée par Boris Johnson. Le juge Raymond Doherty a estimé que cette affaire relevait «du domaine de la politique et de la prise de décision, ce qui ne saurait être évalué par des critères légaux mais seulement par des jugements politiques». 

 Boris Johnson s'est attiré les foudres de nombreux députés en décidant de suspendre pendant cinq semaines le Parlement, jusqu'au 14 octobre, leur laissant très peu de temps pour s'opposer à un «Brexit dur».

La décision de justice est une toute petite bouffée d'air pour Boris Johnson, après une journée infernale pour lui mardi au cours de laquelle il a perdu sa majorité absolue avec la défection d'un député avant d'être désavoué par une majorité d'élus; ils ont approuvé par 328 voix contre 301 une motion leur permettant de prendre le contrôle de l'agenda parlementaire, normalement détenu par le gouvernement.

«Johnson perd le contrôle»

 Grâce à cette motion, ils vont présenter mercredi en fin de journée un texte de loi contraignant le Premier ministre à demander à l'UE un nouveau report du Brexit au 31 janvier 2020, au cas où aucun accord de retrait ne serait conclu avec Bruxelles dans les prochaines semaines. La Chambre des Communes doit voter en début de soirée.

L'humiliation a été d'autant plus cuisante pour le dirigeant que 21 députés de son propre Parti conservateur l'ont défié et ont voté avec les élus de l'opposition. Ces rebelles - dont Nicholas Soames, le petit-fils de Winston Churchill, idole de M. Johnson, ou l'ex-ministre des Finances Philip Hammond -, ont été expulsés du parti dans la foulée. Mercredi matin, la plupart des éditorialistes britanniques estimaient que Boris Johnson avait «perdu le contrôle» sur le processus du Brexit.

 Mais Boris Johnson a prévenu qu'il n'accepterait dans «aucune circonstance» de demander à Bruxelles un nouveau report. Si les partisans du «no deal» l'emportent au Parlement, le chef du gouvernement présentera dans la foulée une motion pour organiser des élections législatives le 14 octobre, a prévenu lundi soir un responsable gouvernemental. Cette motion sera soumise au vote des députés mercredi et devra recueillir les deux tiers des voix. 

«Personne ne le croit»

Le vote crucial pour les adversaires d'un no deal, s'il est autorisé par le président de la Chambre des Communes, doit intervenir vers 21 heures, heure locale (20 heures GMT). «Il est tout simplement faux de dire que nous ne faisons aucun progrès» dans les discussions avec l'UE, a décrété Boris Johnson. «Il y a beaucoup à faire dans les prochains jours, mais les choses sont en train de bouger», a-t-il assuré. 

Si les parlementaires anti- «no deal» parviennent bien à imposer un report du Brexit, Boris Johnson soumettra au vote de la Chambre une motion pour convoquer des élections législatives anticipées. Estimant qu'un tel report serait «une capitulation», le Premier ministre a mis au défi le leader de l'opposition, Jeremy Corbyn, de soutenir la tenue d'élections le 15 octobre «afin de permettre au peuple de ce pays d'exprimer son opinion».

Le scrutin aurait ainsi lieu avant le sommet européen des 17 et 18 octobre à Bruxelles. Mais l'opposition, qui veut également des élections dans l'espoir de conforter sa position dans la Chambre, redoute que Boris Johnson ne repousse le scrutin au dernier moment, après le 31 octobre, obligeant ainsi à une sortie sans accord.

«Le niveau de confiance en Boris Johnson est très, très bas», a déclaré Keir Starmer, le responsable du Brexit au sein du Parti travailliste, principale formation de l'opposition. «On veut une élection générale» mais "on ne votera pas avec Johnson aujourd'hui", a-t-il déclaré à la chaîne de télévision ITV.


Sur le même sujet

Nouvelle épreuve de force pour Boris Johnson
Un nouveau bras de fer est attendu ce mercredi au parlement britannique entre Boris Johnson et les députés qui veulent empêcher un Brexit sans accord. Une épreuve de force qui pourrait déboucher sur des élections législatives anticipées.
A demonstrator holds up a smoke bomb during a protest outside the Houses of Parliament in central London on September 3, 2019, at a gathering hosted by The People's Assembly Against Austerity. - The fate of Brexit hung in the balance on Tuesday as parliament prepared for an explosive showdown with Prime Minister Boris Johnson's that could end in a snap election. Members of Johnson's own Conservative party, including Philip Hammond, are preparing to join opposition lawmakers in a vote to try to force a delay to Britain's exit from the European Union if he cannot secure a divorce deal with Brussels in the next few weeks. (Photo by Oli SCARFF / AFP)
L'Europe aidera le Luxembourg en cas de «no deal»
L’UE se prépare à soutenir financièrement les États membres les plus touchés par les retombées économiques d’un éventuel Brexit sans accord. Tout comme ses voisins économiquement très liés au Royaume-Uni, le Grand-Duché est concerné.
Bras de fer en vue entre Johnson et le Parlement
Le Premier ministre britannique va devoir faire face mardi à la fronde de députés de son propre parti conservateur hostiles à un Brexit sans accord, en dépit de sa menace de convoquer des élections législatives anticipées à la mi-octobre s'il essuie une défaite au Parlement.
Britain's Prime Minister Boris Johnson delivers a statement outside 10 Downing Street in central London on September 2, 2019. - British Prime Minister Boris Johnson on Monday said the chances of a Brexit deal with Brussels were "rising" but ruled out any delay to the October 31 deadline for Britain to leave the European Union if no agreement is struck. Johnson also said he did not want a general election and urged rebel Conservative MPs not to undermine his negotiations with Brussels by voting with the opposition on a draft law that might force him to postpone Brexit. (Photo by Ben STANSALL / AFP)